ArchivesLe dossier du mois

Yavuz Selim : Une présence turque dans l’Education au Sénégal

La Turquie est présente au Sénégal dans le domaine du transport (voir par ailleurs) certes, mais aussi de l’éducation et de la culture. Outre la présence remarquée du groupe scolaire turc Yavuz Selim, à Dakar, Thiès, Saint-Louis, Ziguinchor et Kaolack et qui dispense un enseignement de qualité, le Sénégal a pris rendez-vous avec la culture turque avec l’organisation l’année dernière, pour la première fois en Afrique, d’un festival turc de langue et culture à Dakar. Dans un mois, ce sera la seconde édition. Ce qui témoigne d’une coopération fluide et importante.

Présent au Sénégal depuis 1997, à Dakar avec le collège des filles qui se trouve en face de l’Université, le groupe scolaire Yavuz Selim s’est élargi à Ouest Foire où se trouve le Collège des garçons qui va de la 6ème à la Terminale. Le groupe turc Yavuz Selim est présent à Thiès (70 km de Dakar) depuis 2009. Après avoir démarré avec le préscolaire et l’élémentaire, le collège a été lancé en 2011, qui va de la 6ème à la seconde. Les effectifs sont relativement réduits, avec des classes de maximum 24 élèves, là où la moyenne nationale est de 54 élèves par classe. Dans la dynamique de coopération entre les deux pays, le corps enseignant est composé de Sénégalais et de Turcs.

 

« Les classes sont dotées de matériels en technologie nouvelles, fruits de la coopération entre la Turquie et le Sénégal inscrit dans une dynamique intitulée ‘’Le regard nouveau dur l’éducation’’. Cela s’explique par cette volonté de promouvoir l’excellence. On est inscrit dans le programme sénégalais puisque nos élèves passent le CFEE, le BFEM et le Baccalauréat sénégalais. Nous avons un plus, notamment l’anglais dont l’initiation se fait déjà dès le préscolaire, mais nous avons aussi le turc qui est enseigné à Yavuz Selim, pour permettre aux apprenants d’avoir les rudiments de la matière. Surtout que la Turquie est devenue une nouvelle destination pour les Sénégalais. Avec l’ouverture, il n’est pas à écarter que le turc intègre les Langue étrangères appliquées (LEA) dans les universités sénégalaises. Pour vous dire que la coopération entre la Turquie et le Sénégal est très dynamique, parmi les premiers élèves de Yavuz Selim Dakar, beaucoup sont partis faire leurs études supérieures en Turquie. Nombre d’entre eux sont rentrés et ont intégré l’administration du groupe ; ils sont soit Directeur des études ou conseillers auprès du Directeur général à Dakar. Certains ont intégré les réseaux de communication et d’information, notamment dans le cadre de la traduction, du journalisme entre autres », nous dit Mamadou Coulibaly, Directeur des études Yavuz Selim Printemps de Thiès, ancien professeur de français au lycée Malick Sy de Thiès.

Il faut souligner que depuis quelques années, des cadres de l’éducation nationale se rendent régulièrement en Turquie pour confronter l’expérience turque à celle du Sénégal en matière d’éducation. Pour M. Coulibaly, « cela a permis une mise en cohérence qui a servi à prendre ce qui peut être tiré de positif dans ce qui se fait dans l’enseignement en Turquie et le mettre en synergie avec ce qui se fait de meilleur au Sénégal. Et certainement, en combinant les deux, cela permet d’aller vers l’excellence. Pour vous dire que Yavuz Selim est dans une dynamique de qualité, au regard de ce qui se fait de meilleur au Sénégal en matière d’excellence, je veux citer le Concours général qui est un baromètre fiable, le groupe est sorti 4ème l’année dernière, après le Prytanée militaires, Mariama Bâ (lycée de jeunes filles à Gorée) et lycée de Guédiawaye. Des résultats obtenus en seulement cinq ans de présence, et ce, de façon constante depuis 3 ans ».

Ce qui, selon le Directeur des études, prouve que la coopération sénégalo-turque a permis de faire éclore une nouvelle élite dans l’enseignement avec un groupe qui fait partie du peloton de tête. « Les résultats au Baccalauréat sont d’autant plus positifs que nous glanons des mentions, aussi bien dans les séries S que dans les séries L. Voilà ce que nous sommes en train de faire et qui participe au renforcement de la coopération entre le Sénégal et la Turquie. L’éducation, à mon avis, constitue un élément fondamental dans cette coopération. Car une fois que les enfants sont imbus des deux cultures, turque et sénégalaise, cela est facteur de développement dans le domaine, de l’éducation certes, mais aussi et surtout de la culture », conclut Mamadou Coulibaly qui précise que la direction administrative est gérée par des Turcs et la direction pédagogique par des Sénégalais.


 

Par Malick Diallo

 

 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe