ActualitéArchives

Vivatech L’Afrique à l’honneur

Une centaine de starp up africaines exposent leur innovation à Paris à l’occasion du forum Vivatech. Si l’Afrique est à l’honneur de ce rdv de la Tech mondiale, c’est que sur le continent se joue la prochaine révolution numérique.

Par Bilkiss Mentari, à Paris

C’est une image qui vaut tous les symboles : sur le perron de l’Elysée, aux côtés des lecteurs mondiaux du numérique, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, ainsi que les PDG de Microsoft, IBM, Uber, Orange, réunis par le président français pour le Sommet « Paris Tech for good », des personnalités africaines de haut rang. Le président rwandais Paul Kagamé et le Nigérian Tony Elumelu entre autres.

D’ici 2025, la contribution du digital au PIB Africain pourrait atteindre 10%

Organisée en marge du forum Viva Technology, coorganisé par le groupe Publicis et le quotidien Les Échos, la grande messe de la Tech mondiale qui  tenait sa troisième édition du 24 au 26 mai à Paris, la rencontre à l’Elysée confirme l’idée selon laquelle, dans le secteur, tous les projecteurs sont dirigés vers l’Afrique. Pour preuve l’édition 2018 mettait à l’honneur l’Afrique. 100 start up du continent ont été invités, représentant une quinzaine de pays, alors que six d’entre eux disposaient d’un pavillon d’honneur. En l’occurrence,  l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, le Maroc et la Tunisie. Des pays aqui s’affichent comme des hub numérique, voir des pépinières de start up. Une cible pour les investisseurs internationaux alors que d’ici 2025, la contribution du digital au PIB Africain pourrait atteindre 10%.

65 millions d’euro de l’AFD pour Digital Africa

Blockchain, FinTech, e-santé… Les Ntics bouleversent et accélèrent le développement dans un continent qui s’affiche comme celui de la prochaine révolution, numérique. Au centre de tous les intérêts, l’Afrique fait l’objet de toutes les convoitises et les forums dédiés à la Tech africaine se multiplient en Europe, aux USA ou en Asie. Tout autant que les plateformes dédiées aux start up africaines.  Dont Digital Africa porté par la France. A ce titre, Emmanuel Macron a annoncé 65 millions d’euros apportés par l’AFD à ce fonds destiné à « développer les écosystèmes africains « selon le chef de l’Etat français.

« Il est extrêmement important de montrer qu’il y a de nombreux talents en Afrique, des innovateurs, et leur donner la possibilité de se montrer »

« Il est extrêmement important de montrer qu’il y a de nombreux talents en Afrique, des innovateurs, et leur donner la possibilité de se montrer. », déclarait Maurice Levy, président du conseil de surveillance de Publicis lors de la conférence de presse qui précédait l’évènement. Lequel aura réuni 80 000 visiteurs et environ 1 800 “start-ups” du monde entier.


 

Par Bilkiss Mentari, à Paris

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe