A la uneL'editorial

Uhuru Kenyatta & Patrick Verkooijen : « Le G7 devrait se tourner vers l’Afrique pour tirer des leçons de la gestion des crises multiples »

Les meilleurs efforts de l’Afrique en matière de développement ont été à plusieurs reprises anéantis par des événements indépendants de notre volonté – le changement climatique étant la force la plus destructrice…

Par Uhuru Kenyatta, président du Kenya et Patrick Verkooijen, PDG du Global Center on Adaptation…

Le G7 se réunira prochainement pour convenir d’une réponse commune aux multiples crises qui secouent notre monde. Les guerres, les pénuries alimentaires, les chocs énergétiques et l’inflation font des ravages dans les nations riches et pauvres, mais l’Afrique est déjà passée par là à maintes reprises. Grâce à une expérience longue et douloureuse, elle a beaucoup appris sur la gestion des crises. Que peut nous apprendre l’Afrique ?

Avant tout, la nouvelle approche de l’Afrique consiste à regarder au-delà de la crise immédiate pour s’attaquer aux causes plus profondes des catastrophes récurrentes .

« Les meilleurs efforts de l’Afrique en matière de développement ont été anéantis à plusieurs reprises par des événements indépendants de notre volonté, le changement climatique étant la force la plus destructrice »

Il s’agit d’une stratégie née de la nécessité. Les meilleurs efforts de l’Afrique en matière de développement ont été anéantis à plusieurs reprises par des événements indépendants de notre volonté, le changement climatique étant la force la plus destructrice. Le Kenya estime qu’il perd 3 à 4 % de son PIB par an en raison des multiples impacts du réchauffement climatique. D’autres pays sont également touchés. Toute la Corne de l’Afrique connaît la pire sécheresse depuis des décennies. L’année dernière, le Sud-Soudan a été frappé par des inondations qui ont déplacé 850 000 personnes.

L’argent dépensé pour se remettre de catastrophes climatiques provoquées par l’homme – et dont l’Afrique n’est pratiquement pas responsable – est de l’argent qui n’est pas consacré à l’éducation, aux soins de santé, à l’assainissement ou à l’extension des réseaux d’électricité et de télécommunications. Le changement climatique a fini par dominer nos vies d’une manière que les habitants du monde riche peuvent à peine imaginer. Il absorbe une part croissante des maigres ressources budgétaires tout en érodant progressivement les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies.

Renforcer la résilience

Pendant longtemps, le continent a dépendu de l’aide et des subventions pour lutter contre les impacts climatiques. Mais il s’agit souvent de réponses d’urgence, alors que ce dont l’Afrique a besoin, c’est de renforcer sa résilience à long terme face aux chocs actuels et futurs .

Nous essayons donc aujourd’hui une nouvelle approche. L’année dernière, les 55 États membres de l’Union africaine ont soutenu un plan visant à accélérer l’adaptation au changement climatique sur l’ensemble du continent. Il ne s’agit pas d’une nouvelle mode de développement : C’est une question de survie. Le Global Center on Adaptation (GCA) et la Banque africaine de développement (BAD) mobilisent 25 milliards de dollars pour un programme quinquennal d’accélération de l’adaptation en Afrique (AAAP). Les gouvernements africains soutiennent ce programme par des fonds et d’autres ressources. Le sommet du G7 qui se tiendra en Allemagne à la fin de cette semaine sera l’occasion de discuter des engagements à plus long terme qui doivent être mis en place – de toute urgence – pour aider l’Afrique et d’autres régions à s’adapter aux effets du changement climatique.

Nous ne suggérons pas un seul instant que le G7 ignore les urgences qui se trouvent à leur porte. Mais une approche plus équilibrée est nécessaire. Au lieu d’aller de crise en crise, et de solution à court terme en solution à court terme, nous aurons tout à gagner à planifier et à jeter les bases d’un monde plus résilient.

C’est la leçon que nous avons tirée de nos crises récurrentes, et nous espérons qu’elle pourra éclairer le G7 dans ses débats sur la manière de répondre aux secousses sismiques qui ébranlent nos économies et nos populations.

Équilibrer les besoins

Le G7 doit s’attaquer à la crise alimentaire mondiale immédiate, aux pénuries de carburant qui paralysent les nations africaines non productrices de pétrole et pourraient bientôt conduire à un rationnement en Europe, ainsi qu’à d’autres problèmes urgents.

Mais en Afrique, comme dans d’autres régions, les besoins immédiats doivent être équilibrés par un soutien à plus long terme au développement et à la prospérité, pour lesquels l’adaptation au climat est essentielle. C’est là que l’Afrique met aujourd’hui son talent, ses efforts et son argent. Le continent mérite un soutien total de la part du G7.

Si le G7 s’alignait sur la moitié du financement de l’AAAP, ce dernier pourrait accélérer les projets qui renforceront la capacité de l’Afrique à résister aux effets du changement climatique et, espérons-le, à jeter les bases d’un nouveau type de développement.

« Le PAAA est un exemple de la manière dont l’Afrique réfléchit collectivement à son avenir »

Il existe de grandes différences entre l’ancienne approche et la nouvelle. Le financement d’urgence pour les catastrophes climatiques est un coût irrécupérable. Il s’agit d’une réponse à des situations de vie ou de mort. Les dépenses consacrées à l’adaptation au climat constituent un investissement. Elles nécessitent une planification à long terme et peuvent être très rentables. Le Global Center on Adaptation estime que le coût annuel de l’adaptation agricole pour l’Afrique subsaharienne est de 15 milliards de dollars, mais que le coût de l’inaction pourrait s’élever à plus de 201 milliards de dollars. Les pertes évitées en protégeant nos économies du changement climatique sont bien plus importantes.

Le PAAA est un exemple de la manière dont l’Afrique réfléchit collectivement à son avenir. Au cours de l’année écoulée, grâce à son mécanisme de financement en amont, l’initiative a contribué à améliorer les caractéristiques d’adaptation au climat d’investissements d’une valeur de 3 milliards de dollars. Parmi les exemples, citons des projets visant à renforcer la résilience des infrastructures reliant les exploitations agricoles et les marchés, des travaux de génie civil destinés à protéger les ports maritimes de la Gambie et du Bénin contre les ondes de tempête et des projets de construction d’infrastructures de transport.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe