En Bref

Tunisie : plus de 80% des cerveaux fuient en Europe depuis 2011

La Tunisie a enregistré depuis 2011 la migration de 95.000 personnes dont 84% en Europe principalement dans les filières de la médecine, de l’ingénierie, de l’informatique et de l’enseignement supérieur, selon une information relayée par l’Association tunisienne des grande écoles (ATUGE). Citant les derniers chiffres du rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’ATUGE s’est fondée également sur une étude d’il y a deux années pour confirmer le fait qu’un départ sur trois est motivé par les mauvaises conditions de vie dans le pays, la corruption (67%), l’avenir incertain (52%), la bureaucratie (42%), le climat liberticide (26%), l’instabilité politique (24%) et une meilleure opportunité professionnelle, soit un salaire souvent multiplié par 6 ou 7 avec la dévalorisation actuelle du dinar. Pour certains observateurs et experts tunisiens proches de ce dossier, la fuite de cerveaux pour les uns, la mobilité des compétences pour d’autres, les dénominations diffèrent, mais le phénomène reste entier pour la Tunisie où le phénomène existe sur fond de dépréciation de la monnaie locale et de perturbations socio-économiques profondes.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe