Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Actualité

Tunisie L’UFTAM, jalon stratégique de la coopération franco-tunisienne en Afrique


Promesse du président français Emmanuel Macron, l’Université Franco-Tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM) ouvrira ses portes à la rentrée prochaine. Renforçant ainsi la coopération franco-tunisienne, et confirmant par la même occasion le positionnement du pays comme un hub pour l’enseignement supérieur en Afrique.

Par Dounia Ben Mohamed 

Il s’y est engagé et il s’y sera tenu. Lors de sa visite en Tunisie en 2008, le président français Emmanuel Macron a manifesté le souhait de donner un nouvel élan à la coopération franco-tunisienne. Avec un accent particulier donné à l’enseignement supérieur. Un des axes privilégiés de la feuille de route africaine du chef de l’État français. Lequel rejoint celui de la Tunisie qui cherche à se positionner, voire à se repositionner, comme la plateforme d’enseignement supérieure pour les étudiants subsahariens dans la région. 

« L’UFTAM illustre la volonté des deux pays de constituer en Tunisie un hub régional d’enseignement supérieur, pour former les futures générations d’entrepreneurs et de cadres supérieurs et de salariés dont l’Afrique et l’espace méditerranéen ont besoin »

Le résultat de cette convergence d’intérêt, l’Université Franco-Tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM), installée à 15 minutes du centre de Tunis, ouvrira ses portes à la rentrée 2019. Destiné autant aux étudiants tunisiens qu’à ceux de l’Afrique Sub-saharienne, mais également aux Français ou aux ressortissants du pourtour méditerranéen, cet établissement porte la particularité d’offrir un panel de formations d’excellence co-construites par de très grandes universités publique françaises et tunisiennes. « Annoncée conjointement par la Tunisie et la France lors de la visite officielle du Président Macron à Tunis en janvier 2018, l’UFTAM illustre la volonté des deux pays de constituer en Tunisie un hub régional d’enseignement supérieur, pour former les futures générations d’entrepreneurs et de cadres supérieurs et de salariés dont l’Afrique et l’espace méditerranéen ont besoin », indique l’UFTAM sur son site. 

Des étudiants « prêts à l’emploi »

Avec des enseignements dispensés par des professionnels français et tunisiens, dans de nombreuses disciplines dans les sciences humaines et sociales ainsi que les sciences pour l’ingénieur, les futurs diplômés de l’UFTAM, dont les diplômes seront reconnus à l’échelle internationale, sont destinés à être « prêts à l’emploi » et « mobilisés autour du développement économique et social de l’Afrique et de sa capacité à relever les défis du monde de demain ».

« La Tunisie a une ressource extraordinaire, l’éducation »

Pour l’ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre d’Arvor, pièce maîtresse de cette université, il s’agit du « « plus grand projet jamais imaginé au monde par la France ».  Et de s’expliquer : « A part la matière première à savoir le phosphate, la Tunisie a une ressource extraordinaire, l’éducation. » Et l’ambassadeur de rappeler : « La Tunisie est un pays extrêmement éduqué depuis 56, depuis les efforts considérables qui ont été fait par Bourguiba, et donc, travaillant sur cette matière-là, l’idée est que vous puissiez accueillir dans de bonnes conditions l’ensemble des étudiants africains qui veulent venir faire des études et avoir un double diplôme, c’est-à-dire un diplôme tunisien, en même temps qu’un diplôme français. »

4500 étudiants subsahariens accueillis en 2018 en Tunisie

En attendant, l’UFTAM devra relever le défi d’accueillir suffisamment d’étudiants subsahariens pour tenir ses promesses. Destiné à dispensé des enseignements complémentaires à ceux qui existent déjà en Tunisie, l’UFTAM vient ainsi conforter la place de hub régional pour l’enseignement supérieur que vise les autorités tunisiennes. Une place qu’elle occupait mais qu’elle doit aujourd’hui retrouver : si en 2010 la Tunisie accueillait12 000 étudiants subsahariens, le chiffre est tombé à 4500 en 2018. L’UFTAM doit participer à donner une nouvelle attractivité à la destination Tunisie auprès des étudiants du continent.