Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneActualité

Tribune Quand l’Entrepreneur africain surfe sur la vague de l’innovation frugale

Dans un contexte marqué par la pandémie Covid-19, les Entrepreneurs africains, confrontés à des enjeux et défis énergétiques, infrastructurels (interconnexion, connectivité, mobilité régionales), financiers, militaires (terrorisme au Sahel, guéguerres ethniques), agricoles, digitaux… et de regain d’élans protectionnistes, peuvent tirer un certain nombre de leçons. La première pourrait avoir trait à l’innovation frugale.

Par Alioune Guèye*

 

Mais qu’est-ce donc l’innovation frugale ? Pour répondre simplement, je dirais que c’est «faire mieux avec moins».  En Afrique, les ressources  peuvent être limitées, notamment lorsqu’il faut innover pendant que la R&D peut ressortir onéreuse. Néanmoins, l’environnement mondial actuel dicte aux opérateurs des productions de qualité, accessibles à tous. Pour ce faire, il faut aller à l’essentiel et éviter le superflu. Ce n’est rien d’autre que la voie royale de l’innovation frugale. Sur le continent, c’est d’autant plus judicieux que la créativité et la débrouillardise sont à tous les c oins de rue. Y révolutionner le monde de l’entreprise passerait par le fameux «Less is more», dans la mesure où la rareté des ressources doublée du besoin peut être une source d’émancipation.

 

« Il revient aux décideurs de tous bords de se concerter avec les opérateurs économiques pour mobiliser cette capacité ingénieuse « 

 

Il revient aux décideurs de tous bords de se concerter avec les opérateurs économiques pour mobiliser cette capacité ingénieuse et produire des solutions simples et aux standards internationaux de qualité, de respect environnementaux, non carbonées…

J’ose espérer que Covid-19 a poussé l’Entrepreneur africain a adopté cet état d’esprit qui peut être érigé en modèle de développement économique. Un modèle universel du reste qui aboutit à des produits et services accessibles au plus grand nombre. Il pourrait  créer ce cercle vertueux qui favoriserait la mise à disposition de nouveaux outils et produits performants de consommation technologique qui nourriraient à leur tour l’innovation.

Il ne s’agira pas de réinventer la roue, mais très souvent partir de l’existant (2G qui a une plus grande couverture que la 5G…) , passer de l’économie linéaire à l’économie circulaire, façonner le comportement du client en consom’acteur, associer les salariés- pas besoin de proposer des stock-options- à la réflexion stratégique de l’entreprise.

* Alioune Guèye, CEO HUB AFRICA et PDG Groupe Afrique Challenge

Ce message est également disponible en : Anglais