Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Adama Wade
A la uneL'editorial

Tribune Crise de la dette en Afrique subsaharienne : la peur de l’effet domino

Avec la Zambie susceptible, avec un ratio dette sur PIB de 120%, de faire défaut sur son Eurobond d’ici la fin de l’année en cours, les spéculations vont bon train sur la dette des pays de l’Afrique subsaharienne, rapporte Citi Research, une division de Citigroup Global Markets…

 

Par Adama Wade *

 

Selon le rapport datant du 2 novembre 2020, la dette publique des pays de la région est passé de 50,4% du PIB en 2019 à 56,6% en 2020. Le ratio grimperait même à 60,4% en excluant le Nigeria et l’Afrique du Sud, les deux premières économies de la région, qui totalisent à elles deux 50% de son PIB. Quelque 6 pays présentent un stock de dette dépassant les 100%. Il s’agit de l’Angola, du Cap-Vert, de la République du Congo, de l’Érythrée, du Mozambique et de la Zambie. Tous ces 6 pays cherchent à restructurer leurs dettes à l’exception du Cap-Vert.

 

Selon les données du FMI, il y a quinze autres pays où le ratio dette publique/PIB est supérieur à 65% mais inférieur à 100%. Cependant, ce groupe de 15 pays est assez diversifié. Il comprend des pays assez pauvres et politiquement en difficulté où la dette est en grande partie contractée auprès des bailleurs publics à des conditions très concessionnelles qu’ils pourraient envisager d’annuler, un peu comme dans le cadre des initiatives PPTE au milieu de 2000. Ce groupe comprend également de nombreuses économies plus importantes, et notamment des pays à revenu intermédiaire, notamment le Gabon, le Ghana, le Kenya, Maurice, la Namibie, le Sénégal, les Seychelles et l’Afrique du Sud.

 

Dans un contexte historique, le niveau d’endettement est encore plus élevé qu’avant les annulations de dette au titre des initiatives PPTE au milieu des années 2000. Selon les données du FMI, la dette publique de l’Afrique subsaharienne est passée de 46,5% en 2004 à 38,1% en 2005, puis à 28,6% en 2006 au fur et à mesure de la mise en œuvre des annulations, mises en œuvre par les membres du Club de Paris.

 

À bien des égards, relèvent les chercheurs de Citi, « la vraie question de la dette en Afrique subsaharienne est de savoir si ces pays continueront de voir leur encours de dette augmenter aussi rapidement que ces dernières années, dans les années à venir ». Si ces pays atteignent la barre des 100% d’endettement par rapport au PIB, il y aura forcément crise. La rapidité de l’augmentation de la dette est soulignée en rouge. L’exemple de la Zambie est éloquent à ce sujet. Le niveau de la dette de ce pays d’Afrique Australe est passé de seulement 65,5% du PIB en 2017 à plus de 100% en 2020. « Mais la Zambie nous rappelle également que même si la dette continue à augmenter dans ces pays, il est peu probable qu’une crise de la dette soit imminente », tempère l’étude.

 

Les recettes fiscales 

 

La réalité est que 2020 est probablement assez exceptionnelle en ce qui concerne la hausse des niveaux d’endettement, alors qu’à partir de 2021, les niveaux d’endettement reviendront à une hausse plus régulière sur plusieurs années. Beaucoup de paramètres seront à étudier pour voir si oui ou non il y aura crise de la dette. Entre autres, cela dépendra de la disposition des détenteurs de coupons Euronbonds africains à accepter la restructuration. Ou encore de l’Etat chinois à souscrire à un programme de rééchelonnement. “Dans le même temps, nous prévoyons toujours que de nombreux pays dont l’encours de la dette est élevé continueront d’avoir accès non seulement aux financements Eurobond dans les années à venir, mais aussi aux banques commerciales via des prêts syndiqués, des prêteurs multilatéraux et bilatéraux et même des entrées sur leur marché intérieur de la dette”, opine le rapport de Citi.

 

En parallèle, « nous pensons que l’autre débat politique critique portera sur le rythme de l’assainissement budgétaire en Afrique subsaharienne après 2020. En particulier, nous pensons que la politique devra se concentrer sur l’assainissement budgétaire axé sur les recettes, car une tendance très nette ces dernières années est la baisse des recettes fiscales perçues en pourcentage du PIB ». Au cours de la décennie 2000-2010, les gouvernements de l’Afrique subsaharienne ont perçu plus de 20% du PIB en recettes hors subventions en une année, principalement des recettes fiscales. Ce niveau a commencé à baisser un peu au cours des dernières années de la décennie, mais selon les données du FMI, il est remonté à 22,1% du PIB en 2011.

 

Cependant, depuis lors, il est en baisse constante, une tendance aggravée par le COVID-19 en 2020, le FMI estimant désormais que ce chiffre ne représentera que 14,5% du PIB en 2020. Illustration de cette tendance, en 2011, le PIB de l’Afrique subsaharienne était de 1 521,7 milliards de dollars EU alors que les revenus perçus par les gouvernements s’élevaient à 336,3 milliards de dollars américains. En 2019, le PIB de l’Afrique subsaharienne était de 1714,2 milliards de dollars américains. Cela signifie que les revenus perçus par les gouvernements de l’Afrique subsaharienne s’élevaient à 288,3 milliards de dollars américains.

 

Si le recouvrement des recettes représentait le même pourcentage du PIB en 2019 qu’en 2011, les gouvernements de l’Afrique subsaharienne auraient collecté 378,8 milliards de dollars américains, pas loin des 100 milliards de dollars de plus en un an seulement. Pour replacer cela dans son contexte, au début de la crise du COVID-19, par le biais de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), les ministres africains des finances et l’Union africaine ont appelé « les partenaires de développement à leur accorder 100 milliards de dollars dont 44 milliards de dollars de dette secours, pour aider à soutenir les systèmes de santé, sauvegarder les emplois et fournir des filets de sécurité aux groupes vulnérables ».

 

En substance, poursuivent les auteurs du rapport de Citi, « nous ne sommes pas sûrs que l’Afrique subsaharienne ait un problème d’endettement, mais ce qu’elle a manifestement, c’est un problème de recouvrement des recettes publiques. Et cela a un impact non seulement sur la capacité des gouvernements à fournir des services de base, tels que la santé et l’éducation, mais aussi à financer les infrastructures et à rembourser la dette ».

 

Le péché originel

 

Bien entendu, dans la plupart des pays, la perception des impôts en monnaie locale a probablement augmenté, ce qui contribue à financer l’augmentation des dépenses en monnaie locale. Mais cela aura été compensé par la dépréciation du taux de change lorsqu’on pense aux recettes publiques en dollars américains. Et cela met en évidence le problème de l’emprunt extérieur, pour certains économistes c’est le « péché originel » (cf. « La douleur du péché originel » de Barry Eichengreen, Ricardo Hausmann et Ugo Panizza).

 

Pour de nombreux gouvernements africains, les emprunts extérieurs semblent moins chers que les emprunts intérieurs, car les taux d’intérêt semblent inférieurs aux taux d’intérêt intérieurs élevés. Mais ce calcul global ne prend pas en compte l’impact de la dépréciation de la monnaie sur les coûts du service de la dette si vous augmentez les recettes en monnaie nationale, mais que vous devez payer le service de la dette en grande partie en dollars américains.

 

Selon les données du FMI, même les pays africains à revenu intermédiaire ne collecteront que 15% du PIB en recettes publiques en 2020, contre 23,8% en 2011, dix ans plus tôt. Cependant, il existe d’énormes variations avec l’Afrique du Sud et ses États voisins et les économies insulaires collectant généralement bien plus de 20% du PIB en revenus.

 

Une décision rapide à prendre vis-à-vis du FMI

 

Compte tenu de la flambée des prêts du FMI à l’Afrique subsaharienne en 2020, les gouvernements doivent décider assez rapidement en 2021 s’ils souhaitent abandonner les accords d’emprunt avec le FMI en 2020, essentiellement dans le cadre de la facilité de crédit rapide (FCR) et de l’instrument de financement rapide (RFI), en programmes formels pluriannuels du Fonds avec conditionnalité. Cela peut fournir un ancrage plus solide à l’ajustement budgétaire, bien que ce ne soit pas une panacée politique. Cela renforce également la confiance des investisseurs dans le programme de réforme.

 

Étant donné que les déficits budgétaires ne reculeront que lentement et que de nombreuses banques centrales ont assoupli leur politique monétaire – bien que la plupart des taux directeurs soient toujours positifs -, il est fort probable que les devises du continent s’affaibliront. En tant que tels, les gouvernements devraient réfléchir plus attentivement aux coûts et aux avantages de contracter une dette extérieure supplémentaire, tout en travaillant beaucoup plus activement pour développer leurs marchés locaux de la dette et augmenter l’épargne détenue par les fonds de pension locaux. À une époque de taux d’intérêt réels très bas, voire négatifs dans la plupart des économies avancées, ils doivent également développer une politique claire permettant aux investisseurs de portefeuille étrangers d’accéder à leurs marchés obligataires nationaux.

 

« Même si nous avons bon espoir que la croissance du PIB rebondira de manière relativement robuste en Afrique Subsaharienne, en 2021-2022, nous sommes moins optimistes quant à la reprise potentielle des recettes publiques. Cependant, la crise est souvent un bon catalyseur de changement de politique, de sorte que la question qui pèsera sur l’Afrique subsaharienne dans les années à venir pourrait bien être de savoir si la pandémie de Covid-19 sera le catalyseur d’une préoccupation beaucoup plus forte pour la réforme fiscale. Cependant, cette réforme peut être politiquement difficile et, selon la manière dont le débat international sur le fardeau de la dette africaine se déroule, le rééchelonnement ou le reprofilage de la dette peut finalement s’avérer l’option politique la plus facile. »

 

* Adama Wade est journaliste et directeur de publication de Financial Afrik

 Crédit photo : DR.

Ce message est également disponible en : Anglais