A la uneL'editorial

Tribune : Avec un effort concerté, le « Freiheitsgas » africain peut aider l’Europe à surmonter sa dépendance au gaz russe  

Actuellement, la Russie fournit environ un tiers des importations de pétrole brut de l’Europe et près de la moitié de son gaz naturel, soit quelque 150 à 190 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Par NJ Ayuk*

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a élargi le sens de la « transition énergétique » en Europe.

Habituellement, ce terme signifie que l’on s’éloigne des combustibles fossiles qui ont été le moteur du progrès pendant des générations pour se tourner, à la place, vers les sources d’énergie verte émergentes. Mais avec le Royaume-Uni qui élimine progressivement les importations de pétrole russe par suite de l’interdiction des États-Unis – et d’autres pays de l’UE qui devraient suivre – cette fois, la transition fait référence à la recherche de nouvelles sources d’hydrocarbures.

Actuellement, la Russie fournit environ un tiers des importations de pétrole brut de l’Europe et près de la moitié de son gaz naturel, soit quelque 150 à 190 milliards de mètres cubes de gaz par an. Il faudra un producteur disposant de ressources considérables pour prendre la place de la Russie.

« Oui, les pays africains peuvent contribuer à combler le fossé. Ils peuvent fournir le « Freiheitsgas » qui arrachera l’Europe à sa dépendance vis-à-vis des gazoducs russes »

Le monde se demande, à juste titre, si les réserves de gaz de l’Afrique – estimées à 221,6 billions de pieds cubes – pourraient faire partie de la solution énergétique dont l’Europe a si désespérément besoin.

Ma réponse : Oui, les pays africains peuvent contribuer à combler le fossé. Ils peuvent fournir le « Freiheitsgas » qui arrachera l’Europe à sa dépendance vis-à-vis des gazoducs russes.

Mais il sera difficile d’y parvenir. Les pays africains auront besoin de plusieurs mois pour augmenter leur production de gaz, d’autant plus que, jusqu’à très récemment, les dirigeants occidentaux et les organisations de défense de l’environnement ont fait pression pour que les investissements dans le gaz africain soient rapidement arrêtés au nom de la protection du climat, ce qui a poussé les entreprises étrangères à se mettre à l’abri.

« Pour réduire le temps nécessaire à l’écoulement et à l’exportation du gaz naturel, il faudra une action rapide de la part des parties prenantes européennes et africaines »

Pour réduire le temps nécessaire à l’écoulement et à l’exportation du gaz naturel, il faudra une action rapide de la part des parties prenantes européennes et africaines.

D’une part, si l’Afrique dispose d’une grande quantité de réserves de gaz naturel, elle manque considérablement d’infrastructures gazières. Si les pays européens, les institutions financières et les entreprises du secteur de l’énergie n’investissent pas rapidement et de manière significative, l’Afrique ne disposera jamais de suffisamment de gazoducs, de capacités de stockage ou d’installations de traitement pour répondre aux besoins en gaz de l’Europe.

Les dirigeants africains doivent également agir de manière décisive pour permettre aux entités européennes d’investir avec succès dans des projets d’infrastructures pétrolières et gazières en Afrique, de conclure des accords plutôt que de s’engager dans des délais déraisonnables, et de mettre en route la production et le transport du gaz. Dans le même temps, les gouvernements africains doivent faire tout leur possible pour tenir compte des besoins africains, même s’ils tentent de répondre à ceux de l’Europe.

Les Africains ont fait valoir qu’avant de se précipiter vers les sources d’énergie renouvelables, nous devons continuer à produire du gaz naturel afin de pouvoir l’utiliser pour alimenter la production d’électricité au niveau national et lutter contre la pauvreté énergétique généralisée du continent. Nous avons fait valoir que nous avons besoin de temps pour monétiser la chaîne de valeur du gaz naturel afin de pouvoir construire des infrastructures énergétiques, tant pour les combustibles fossiles que pour les énergies renouvelables. La monétisation du gaz en Afrique créerait des opportunités économiques pour nos jeunes chez nous. Ils sont si nombreux aujourd’hui à faire le voyage risqué à travers la Méditerranée à la recherche de pâturages plus verts en Europe. Nous pouvons créer des pâturages plus verts en Afrique avec du gaz naturel propre et envoyer du GNL à faible teneur en carbone et de l’hydrogène vert en Europe. Le gaz naturel africain peut constituer une voie essentielle pour la croissance et la diversification des économies des nations africaines et ouvrir la voie à une transition énergétique réussie et juste.

« Donc, oui, travaillons avec les pays européens pour les aider à réduire leur dépendance au gaz russe, mais ne manquons pas de répondre en même temps aux besoins pressants des nations africaines »

Alors que nous augmentons l’activité du gaz naturel, nous ne devons pas perdre de vue nos objectifs pour l’Afrique. Nous devons travailler ensemble, et de manière stratégique, pour mettre en place les programmes qui permettront de les atteindre, qu’il s’agisse d’engagements à conserver une partie du gaz naturel que nous produisons pour des projets de conversion du gaz en électricité ou d’efforts de monétisation.

Donc, oui, travaillons avec les pays européens pour les aider à réduire leur dépendance au gaz russe, mais ne manquons pas de répondre en même temps aux besoins pressants des nations africaines.

Europe, il faut être pragmatique

Depuis plusieurs années, les pays européens, les institutions financières et les organisations environnementales exercent une pression considérable sur les pays africains pour qu’ils abandonnent leurs réserves de gaz et passent immédiatement aux énergies vertes.

Pour réduire le temps nécessaire à l’écoulement et à l’exportation du gaz naturel, il faudra une action rapide de la part des parties prenantes européennes et africaines

Plus récemment, cette pression est allée plus loin, en interférant avec les investissements étrangers dans les projets de gaz naturel africains. Ainsi, lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26) qui s’est tenue à Glasgow en 2021, plus de 20 pays et institutions financières se sont engagés à mettre fin au financement public de projets de combustibles fossiles à l’étranger.

Des préoccupations environnementales non étayées par la science ont même empêché la multinationale néerlandaise Shell d’effectuer une étude sismique pour prospecter des réserves de pétrole et de gaz le long de la côte orientale de l’Afrique du Sud en décembre dernier, malgré le grand besoin d’énergie de l’Afrique du Sud et le rôle que tout pétrole ou gaz découvert aurait pu jouer pour diminuer la pauvreté énergétique du pays. (Shell vient de faire une découverte fructueuse en Namibie, et je suis convaincu qu’ils utiliseront avec succès les technologies de capture du carbone pour produire des hydrocarbures neutres en carbone).

Mais si cette tendance à interférer avec le financement et la production de pétrole et de gaz en Afrique se poursuit, les projets gaziers existants au Mozambique, en Tanzanie, au Nigeria, en Guinée équatoriale, en Mauritanie, au Congo et au Sénégal risquent d’être compromis. Il est peu probable que de nouveaux projets gaziers soient lancés ou étendus. Les capitaux vont là où ils sont les bienvenus.

Aujourd’hui, avec la crise en Ukraine, il est devenu évident que nous ne sommes pas encore proches de l’objectif louable d’une énergie à émissions nulles, nous n’y sommes tout simplement pas encore. Quelques jours après l’invasion de la Russie, les prix de l’essence étaient déjà en hausse, signe de la dépendance du marché à l’égard du pétrole brut comme matière première pour le transport. Aujourd’hui, nous observons les prix les plus élevés du carburant depuis des décennies. Quant au gaz naturel, il a atteint un sommet historique en Europe le 7 mars et continue de battre des records. Donc, non, l’Europe n’en est pas encore là, et l’Afrique non plus. La production, le transport et l’utilisation du gaz naturel, le plus propre de tous les combustibles fossiles, n’est même pas un mal nécessaire. C’est un moyen raisonnable de répondre aux besoins énergétiques généralisés tout en limitant les émissions de dioxyde de carbone.

Que se passerait-il si nous devions rectifier le tir en réponse à la crise en Ukraine ?

Imaginez que la Banque européenne d’investissement et d’autres institutions financières commencent à financer des projets gaziers. Non, cela ne fournirait pas le gaz dont l’Europe a besoin aujourd’hui, mais cela aiderait à plus long terme en offrant une alternative à l’énergie russe. Les pays africains deviendront ainsi une source fiable et durable de gaz naturel pour l’Europe à l’avenir. Et l’Afrique serait ainsi en mesure de répondre à ses propres besoins énergétiques urgents.

J’ai mis au défi un grand nombre d’entreprises de s’engager à signer des accords sur le gaz et l’hydrogène vert lors de la semaine africaine de l’énergie qui se tiendra en octobre au Cap. Le récent accord de développement de l’hydrogène vert signé par la société énergétique allemande Emerging Energy Corporation en République du Niger est un pas dans la bonne direction.

« Une dernière réflexion sur l’Europe : elle doit cesser d’handicaper l’Afrique avec ses subventions et son aide étrangère. L’aide doit cesser. Elle ne nous aide pas. Nous préférerions que l’Europe coopère avec nous »

Une dernière réflexion sur l’Europe : elle doit cesser d’handicaper l’Afrique avec ses subventions et son aide étrangère. L’aide doit cesser. Elle ne nous aide pas. Nous préférerions que l’Europe coopère avec nous et se concentre sur l’entreprise de marché libre, la liberté économique et la monétisation du gaz.

Les prochaines étapes de l’Afrique

Il serait facile de rejeter toute la responsabilité des lacunes de l’Afrique en matière d’infrastructures sur le manque d’investissements européens. Mais les gouvernements africains partagent la responsabilité. Nous devons faire pour nous-mêmes ce que nous attendons des autres qu’ils fassent pour nous. Ce n’est pas à l’Europe de construire l’Afrique.

Pendant des années, les pays africains ont accordé beaucoup plus d’importance à la production de pétrole brut, et aux revenus qu’ils en retiraient auprès des majors pétrolières, qu’à la production de gaz naturel et à sa monétisation pour financer le développement des infrastructures. Heureusement, cet état d’esprit a évolué et de plus en plus de pays africains, dont le Nigeria, la Guinée équatoriale, l’Afrique du Sud et le Ghana, ont lancé des initiatives de monétisation du gaz naturel. Mais ces processus prennent du temps.

Les gouvernements africains ont également été beaucoup trop lents à agir lorsque des opportunités de production de gaz se sont présentées. Il y a une foule d’accords gaziers qui sont en attente. Nous devons admettre que la bureaucratie et la triangulation dans les négociations et l’approbation des accords ont ralenti l’industrie du gaz en Afrique. Dans de nombreux pays où j’ai travaillé, il faut plus de temps pour obtenir la négociation et l’approbation du gouvernement pour un projet gazier que pour le construire. Aujourd’hui, les entreprises peuvent même trouver le financement et être prêtes à investir, mais si le processus de négociation et d’approbation est lent ou interrompu, il n’y a aucun intérêt à conclure un accord sur le gaz en Afrique. Nous avons vu de nombreux cycles d’octroi de licences lancés et aucun accord n’a été signé.  Et toute proposition qui ne parvient pas à réduire la paperasserie ne fonctionnera pas et le potentiel gazier de l’Afrique sera un désastre.  Regardez les énormes quantités de gaz, près de 300 trillions de mètres cubes, au Nigeria, qui doivent encore être produites. Regardez les projets existants qui sont au point mort au Cameroun, en Guinée équatoriale, en Tanzanie et au Mozambique.

J’étais présent lorsque le Niger, l’Algérie et le Nigeria ont signé la déclaration de Niamey le mois dernier. Le résultat final de leur coopération est que le gazoduc transsaharien, longtemps retardé, va enfin avancer. Il s’agit d’une nouvelle importante pour un projet bloqué pendant plus de 20 ans par les préoccupations des investisseurs en matière de sécurité et par l’incapacité des gouvernements à négocier et à faire avancer le projet. Ce gazoduc de 4 128 km, d’un coût de 2,2 milliards de dollars, est extrêmement prometteur pour les pays africains concernés – il s’étendra de Warri, au Nigeria, à Hassi R’Mel, en Algérie, en passant par le Niger – et pour l’Europe. Une fois terminé, il transportera 30 milliards de mètres cubes de gaz par an du Nigeria, de l’Algérie et du Niger vers l’Europe.

Les pays africains doivent commencer à accélérer leurs projets de gaz naturel et les mettre en route pour que les forces du marché puissent les conduire.

Les gouvernements africains doivent également encourager les investissements étrangers dans le domaine du gaz naturel en élaborant des contrats de partage de la production spécifiquement pour la production de gaz naturel, afin que les investisseurs sachent à quoi s’attendre.

Enfin, ils doivent rejeter le nationalisme des ressources : Ce n’est pas le moment de diaboliser les compagnies pétrolières internationales et les opérateurs étrangers en Afrique. Aujourd’hui, plus que jamais, il est essentiel de favoriser la coopération entre les nations si nous voulons atteindre nos objectifs.

Moment critique

À mon avis, les enjeux sont élevés pour deux continents en ce moment. Les réserves de gaz naturel de l’Afrique peuvent répondre à des besoins importants et urgents pour les deux. Mais seulement si les parties prenantes, tant en Europe qu’en Afrique, se mobilisent et s’engagent à travailler ensemble dans un esprit de coopération. Et seulement s’ils agissent de manière décisive. Changeons maintenant d’état d’esprit et mettons-nous au travail.

* NJ Ayuk est président exécutif de la Chambre Africaine de l’énergie (EnergyChamber.org). Ayuk est également PDG de la société Centurion International AG, le seul cabinet de conseil panafricain coté à la Bourse de Düsseldorf en Allemagne.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe