Usine de recyclage à Yopougon, Côte d'Ivoire- Nabil Zorkot
A la uneL'editorial

Transformer les déchets en ressources : Pourquoi l’Afrique devrait-elle profiter de l’expertise de la Chine ?

Les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) suggèrent que d’ici 2050, les villes africaines accueilleront 950 millions de personnes supplémentaires, ce qui représente la croissance de la population urbaine la plus rapide au monde. Certes, l’explosion de la population urbaine du continent apporte des gains économiques importants à la région ; toutefois, cette situation est une arme à double tranchant.

Par Alexander Ayertey Odonkor*

En effet, si l’explosion de la population urbaine améliore le sort économique du continent, en grande partie grâce à l’essor de l’activité économique, ce qui est souhaitable, elle augmente en même temps la taille des déchets dans les villes. Cela représente une lourde tâche de gestion des déchets supplémentaires dans les zones urbaines, augmentant la gravité d’un chancre qui sévit dans les villes africaines depuis de nombreuses décennies.

En Afrique subsaharienne (ASS), l’épicentre de la plus grande partie de la croissance de la population urbaine du continent, les déchets solides de la région devraient augmenter à un rythme plus élevé que dans toute autre région du monde. Les données de la Banque mondiale indiquent que d’ici 2050, le volume de déchets solides de l’ASS atteindra 516 millions de tonnes par an, soit le triple des 174 millions de tonnes par an enregistrées en 2016.

D’ici 2050, le volume de déchets solides de l’ASS atteindra 516 millions de tonnes par an

La taille croissante des déchets du continent a un impact ruineux sur le paysage social, économique et environnemental de l’Afrique – de nombreuses poches de déchets à travers les villes et les villages et des déchets imposants dans les décharges et les sites d’enfouissement en Afrique polluent l’environnement, posant de graves risques pour la santé car ils sont devenus des terrains de reproduction pour plusieurs maladies qui sont une cause majeure de décès annuel pour les enfants et les adultes dans la région.

La gestion des déchets devenant un problème de plus en plus pressant en Afrique avec la croissance rapide de la population urbaine, comment les décideurs politiques et les urbanistes peuvent-ils relever efficacement ce défi ?

« Le continent africain ne dispose pas de l’innovation technologique et de la capacité de gestion nécessaires pour exploiter cette opportunité« 

Il ne fait aucun doute que les gouvernements des pays d’Afrique apportent des contributions significatives pour apporter une solution à ce problème, mais au cœur de ce défi se trouvent une innovation technologique insuffisante et une capacité de gestion inepte qui ne peut pas résoudre un puzzle de cette ampleur.

Pour réussir dans ce domaine, les décideurs politiques doivent reconnaître les déchets comme une ressource secondaire. Dans le cas de l’Afrique, la transformation des déchets en ressources apportera plusieurs solutions aux demandes pressantes du continent, notamment une réponse à la demande d’énergie en croissance rapide de la région grâce à la valorisation énergétique des déchets, la lutte contre l’insalubrité, ainsi que la réalisation des objectifs climatiques et de développement durable grâce au recyclage des déchets.

Par exemple, le recyclage des déchets alimentaires en engrais permettra de protéger l’environnement et de lutter contre la faim. En outre, le recyclage des déchets électroniques, des vêtements et des plastiques s’avérera être une solution circulaire essentielle pour atteindre les objectifs de développement durable, car il créera davantage d’opportunités d’emploi et protégera également la santé des personnes et l’environnement à long terme. Cependant, le continent africain ne dispose pas de l’innovation technologique et de la capacité de gestion nécessaires pour exploiter cette opportunité.

Renforcer les collaborations entre les entreprises d’ingénierie et de gestion des déchets et les universités en Chine et leurs homologues en Afrique

Le Programme des Nations unies pour l’environnement a révélé qu’environ 70 à 80 % des déchets solides municipaux (DSM) produits en Afrique sont recyclables, mais que seuls 4 % sont actuellement recyclés. Par ailleurs, plus de 90 % des déchets produits en Afrique sont éliminés dans des décharges non contrôlées, principalement en raison de l’inefficacité de la procédure de collecte des déchets sur le continent, le taux moyen de collecte des DSM étant de 55 %.

Ce résultat indique clairement que les pays africains doivent renforcer leur capacité de gestion des déchets avant de pouvoir tirer pleinement parti des avantages liés à la transformation des déchets en ressources. Si l’Afrique peut s’inspirer de quelques pays, s’appuyer sur l’expertise de la Chine pour transformer les déchets en ressources inestimables est le modèle idéal. Pourquoi la collaboration Afrique-Chine est-elle la solution ?

En tant que premier investisseur dans les infrastructures en Afrique et disposant de la plus grande capacité installée de valorisation énergétique des déchets (EfW) au monde, ainsi que d’une expérience exceptionnelle dans le recyclage des déchets d’une population de plus d’un milliard d’habitants, l’exploitation de l’expertise de la Chine en matière d’innovation technologique et de gestion des déchets est la voie la plus sûre pour le continent africain vers une gestion durable des déchets.

Pourquoi en est-il ainsi ? Alors que l’EfW installé en Chine équivaut à 40 % du total combiné de tous les pays de l’OCDE, de 2013 à 2017, le pays a enregistré une moyenne de 1 GW par an, ce qui représentait la plus grande forme de capacité bioénergétique. Encore une fois, avec la taille de la population chinoise, les expériences du pays en matière de recyclage de déchets domestiques gargantuesques, de déchets électroniques et de déchets plastiques en ressources telles que des engrais, des fibres, des polymères, des métaux et de l’énergie seront un énorme coup de pouce pour la conversion de l’Afrique à la gestion des déchets.

Grâce à cette expertise technologique vitale, il est important pour les gouvernements africains de s’engager auprès du gouvernement chinois, de renforcer les collaborations entre les entreprises d’ingénierie et de gestion des déchets et les universités en Chine et leurs homologues en Afrique – en promouvant la recherche et les programmes d’échanges universitaires dans le cadre desquels les étudiants africains auront la possibilité d’étudier la gestion des déchets et les disciplines connexes en Chine, l’objectif ultime étant de retourner dans leurs pays respectifs après l’obtention de leur diplôme afin d’améliorer la capacité de gestion de l’énergie provenant des déchets dans la région.

Ces programmes universitaires, séminaires, conférences et recherches entre la Chine et l’Afrique permettront d’améliorer la législation du continent en matière de gestion des déchets, de renforcer les structures organisationnelles des agences de gestion des déchets, d’accroître la sensibilisation du public et de promouvoir la responsabilité, ce qui est essentiel pour améliorer la conversion des déchets en ressources dans la région.

*Alexander Ayertey Odonkor est analyste financier agréé et économiste agréé et éditorialiste pour la China Global Television Network (CGTN).

Source : The China Global Television Network (CGTN)

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe