ArchivesLe dossier du mois

Togo : Attirer environ 500.000 touristes à l’horizon 2020

Le Togo est à pied d’œuvre pour redonner vie au secteur touristique qui, au début des années 90, représentait la 3ème source de devises après les phosphates et les produits agricoles de rente (café, cacao, coton). Très récemment, pour redynamiser le secteur, l’Etat togolais a lancé une nouvelle stratégie de marketing touristique d’envergure en vue d’attirer environ 500.000 touristes à l’horizon 2020. Cet ambitieux projet permettra, selon les autorités togolaises, de diversifier les produits et les services liés au tourisme afin d’en faire profiter tous les autres secteurs d’activité du pays.

Une nouvelle stratégie de marketing pour la relance du tourisme

A l’instar de ses voisins directs, le Togo relance son secteur touristique à travers plusieurs programmes. Après la politique nationale adoptée et financée à hauteur de 319.000 dollars par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en 2011, le gouvernement s’est à nouveau lancé dans l’élaboration d’un « Plan directeur de développement et d’aménagement » du secteur. Ce plan vise à définir un cadre cohérent qui fixe les orientations et décrit les programmes d’actions à mettre en œuvre à moyen et long terme pour faire du secteur touristique un moteur du développement économique et social du Togo. « C’est du concret, c’est-à-dire mettre sur pied des plans d’actions élaborés pour le développement du secteur. Le tourisme est un secteur vital pour l’économie togolaise. Le pays a du potentiel et pourra reprendre la place qui était la sienne, il y a plusieurs décennies », a souligné Mme Kardiata Lô Ndiaye, la représentante du PNUD au Togo.

Au Togo, le tourisme contribue aujourd’hui pour environ 2,2% au PIB, sensiblement identique aux autres pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). L’objectif, selon les autorités togolaises, est d’atteindre 7% en 2020.

Inscrit parmi les composantes sectorielles priorisées par le gouvernement pour le développement du Togo, le secteur touristique connait, depuis quelques moments, des mutations à travers la mise en œuvre des actions de promotion et de reformes destinées à la relance de ce secteur vital pour le décollage économique du pays. Selon le PNUD, au rang des actes concrets qui confirment cette volonté politique au Togo, figure l’inscription du secteur du tourisme parmi les secteurs porteurs de croissance dans la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE), qui est l’instrument national de planification du développement.

Ces efforts du gouvernement ont déjà commencé à porter leurs fruits puisque le Togo a enregistré, ces dernières années, une ascension dans le nombre de touristes. Les statistiques officielles parlent d’une nette augmentation, le nombre de touristes passant de 251.696 en 2010 à 325.633 touristes en 2015. « Le Togo a accueilli 325.633 touristes en 2015 avec une recette hôtelière estimés à 26 milliards FCFA. Ces chiffres traduisent une évolution progressive amorcée depuis le début des années 2010. L’objectif visé est de franchir la barre des 500.000 touristes par an avant 2020 avec des recettes touristiques à la hauteur de cette progression », a déclaré Bernadette Legzim-Balouki, la ministre du Commerce et du Tourisme, à l’ouverture du forum africain sur l’investissement hôtelier (AHIF), le 21 juin dernier.

A en croire le dernier rapport du Conseil mondial du voyage et du tourisme, l’industrie du tourisme emploie 79.000 personnes au Togo. « Il y a une relance palpable de l’activité touristique au Togo. Déjà en cette année, 431.000 touristes, y compris d’affaires, sont attendus au Togo », indique le rapport. Selon les spécialistes du domaine, ces chiffres pourront doubler une fois les nouvelles infrastructures hôtelières achevées. « Si le Togo a commencé à faire des exploits dans le secteur touristique, c’est grâce à l’hospitalité légendaire du peuple togolais, la stabilité sociale et les valeurs démocratiques qui commencent à s’enraciner », ajoute Kodjo Menssa, propriétaire d’un hôtel à Lomé.

Pour faire profiter tous les autres secteurs d’activité du pays, le gouvernement togolais s’attèle à améliorer le niveau de compétitivité des infrastructures hôtelières de même que le niveau de la chaîne de transport terrestre, aérien et portuaire.

La rénovation des infrastructures d’accueil

L’activité touristique au Togo reprend progressivement sa place, l’Etat ayant pris le taureau par les cornes en se lançant dans la rénovation et la construction des structures d’accueil. Aujourd’hui, le Togo, un pays d’environ 7 millions d’habitants, dispose d’une industrie hôtelière qui compte environ une soixantaine d’hôtels de hauts standings. Les hôtels haut de gamme (entre 3 et 5 étoiles) sont en construction dans la capitale togolaise. C’est dans cette perspective que l’on note l’apparition de nouveaux investisseurs internationaux dont Radisson Blu et Onomo, qui sont des garanties pour une clientèle internationale exigeante. L’arrivée d’autres hôtels internationaux a été annoncée par la ministre du Tourisme.

Les autorités togolaises ne lésinent pas sur les moyens pour faire démarrer le tourisme. En effet, il y a quelques semaines, le capitaine des Éperviers du Togo, Emmanuel Sheyi Adébayor, a été nommé ambassadeur du tourisme du Togo. Son rôle, convaincre les investisseurs étrangers à investir au Togo, dans le cadre du tourisme.

Les atouts pour la relance du secteur

Le Togo est un pays disposant de plusieurs atouts touristiques d´ordre naturel et social. On cite, en exemple, la variété des paysages et la diversité culturelle, notamment le patrimoine historique et les habitats typiques dont le très célèbre Koutammakou, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Selon le Premier ministre togolais, Selom Klassou, le Togo dispose de beaucoup de potentialités touristiques pouvant optimiser le secteur qui, aujourd’hui, reste un secteur à fort potentiel de croissance. « En dehors de nos atouts naturels et sociaux, la nouvelle aérogare de Lomé, la modernisation du port vont aussi apporter un plus pour le secteur. De plus, le Togo fait partie des pays stables et sécurisés de la sous-région », a indiqué le Premier ministre au cours du forum africain sur l’investissement hôtelier (AHIF).

En effet, depuis les attaques de Bamako et de Ouagadougou, les grands hôtels de Lomé ont renforcé leur sécurité. Check point à l’entrée, contrôle des coffres des véhicules, patrouilles de vigiles 24/7. « Il n’y a pas de menace, mais soyons vigilants pour ne pas être surpris. Vous devez vous équiper en appareils de sécurité pour mieux protéger vos clients et pour nous faciliter la tâche », a déclaré, en mai dernier, Yark Damehame, le ministre de la Sécurité, s’adressant aux hôteliers.


 

Par Emmanuel Atcha

Ce message est également disponible en : Anglais