En Bref

Ticad Des infrastructures « abordables »

La Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad) co-organisée avec l’ONU, la Banque Mondiale et l’Union Africaine depuis 1993 a réuni plus de 50 pays africains à Yokohama, dans la banlieue de la capitale japonaise. 

Dans une déclaration finale publiée plus tôt, les participants de ce sommet co-organisé avec l’ONU, la Banque mondiale et l’Union africaine avaient souligné l’importance d’investissements « abordables » et « de qualité ».

« Si des pays partenaires sont profondément endettés, cela gêne les efforts de tout le monde pour entrer sur le marché », avait déjà déclaré jeudi M. Abe devant des dirigeants africains. 

La septième édition de la Ticad, qui s’est tenue sur trois jours, a mis l’accent sur les investissements du secteur privé plutôt que des financements publics au développement.

Un accord préliminaire a par exemple été signé jeudi entre le gouvernement ivoirien et le géant automobile nippon Toyota pour implanter à terme une usine de montage de véhicules en Côte d’Ivoire, mais ce projet n’a pas été davantage détaillé.

La déclaration finale salue aussi les efforts internationaux pour réduire les risques des investissements privés.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe