A la uneActualité

Sport : L’AFD et Paris 2024 s’unissent pour promouvoir les « athlètes entrepreneurs »

Annoncé en 2020, le partenariat entre l’Agence française de développement et Paris 2024 est définitivement acté avec le lancement d’un incubateur dédié aux « athlètes entrepreneurs », notamment africains. 

Par Jacques Leroueil

Portée sur les fonts baptismaux en février dernier, durant la Global Sports Week 2021, la première promotion de l’incubateur soutiendra une majorité d’athlètes africains, 16 des 26 lauréats retenus étant originaires du continent. De fait, cet engagement s’inscrit dans la continuité du discours tenu à l’université de Ouagadougou (Burkina Faso), en 2017, lorsque le président Emmanuel Macron avait appelé à faire du  « sport […] un puissant vecteur de développement et de croissance des économies africaines ».  La rhétorique présidentielle s’est depuis traduite en actes, via notamment les engagements pris par l’Agence française de développement (AFD) : outre des appuis nationaux ponctuels sur des enjeux liés au sport, tels qu’un soutien technique à la fédération sportive sénégalaise dans la préparation des Jeux olympiques de la jeunesse 2022 à Dakar ou une récente subvention de 1,5 million d’euros fournie à la politique d’excellence sportive rwandaise, le principal instrument de la diplomatie économique française a apporté son aide à la création de la Basketball Africa League (BAL), en février 2019. C’est désormais au tour des « athlètes entrepreneurs » de bénéficier des largesses de l’AFD et de son partenaire, Paris 2024. 

« Un accompagnement sur mesure, centré sur la construction d’un modèle économique et un plan de commercialisation »

Dans la pratique, les athlètes sélectionnés par l’incubateur bénéficieront « pendant huit mois- de février à octobre 2021- d’un accompagnement sur mesure, […] centré sur la construction d’un modèle économique et d’un plan de commercialisation », expliquent l’AFD et Paris 2024 dans leur communiqué conjoint, ce soutien passant notamment par des « bootcamps, ateliers collectifs d’idéation, séances de mentorat et rencontres avec des personnalités inspirantes ». Autant de facilités qui devraient in fine « fournir [aux membres de la promotion] une méthode et des outils pour construire de A à Z leur projet », espèrent les initiateurs du programme qui citent par ailleurs la liste des projets retenus, en particulier en Afrique : première piscine publique au Togo, établissement d’une structure de sport-étude au Sénégal, infrastructures sportives de proximité en RDC, développement de l’éco-tourisme par le sport au Maroc… 

Les athlètes, des entrepreneurs sociaux en puissance

Pas étonnant dans ces conditions que les athlètes de l’incubateur en redemandent. « Dans ce groupe, je retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de ma carrière sportive : l’émulation collective, l’encadrement et l’entrainement, la volonté d’atteindre son objectif », s’enthousiasme ainsi Sarah Hanffou, athlète ghanéenne membre du programme Afrique. Tony Estanguet, Président de Paris 2024, ne dit pas autre chose lorsqu’il note que les « athlètes, tout au long de leur carrière, développent des qualités qui peuvent être transposées dans le monde du business : endurance, détermination, dépassement de soi ». Pour le dirigeant du comité d’organisation des JO de Paris, lui-même triple champion olympique de canoë, l’affaire est entendue : ces athlètes sont tous « des entrepreneurs sociaux en puissance ! ». 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe