A la uneActualité

Sommet de Kigali sur le paludisme et les MTN : l’objectif d’investissement d’au moins 18 milliards$ est atteint

Les dirigeants mondiaux réunis au Sommet de Kigali sur le paludisme et les MTN ont décidé de relever les défis actuels, notamment la pandémie de Covid-19, en prenant des engagements fermes pour mettre fin à ces maladies dévastatrices d’ici la fin de la décennie.

Le Sommet de Kigali sur le paludisme et les maladies tropicales négligées (MTN) s’est tenu le jeudi 23 juin 2022, parallèlement à la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth de 2022. Le sommet a réuni des chefs d’État et de gouvernement, des ministres, des dirigeants du secteur privé, de la philanthropie, du monde universitaire et de la recherche, des membres de la société civile et des communautés touchées, des jeunes délégués et toutes les autres parties prenantes qui se sont jointes à l’événement.

« Le Sommet de Kigali a représenté un moment vital dans la lutte contre le paludisme et les MTN »

Le Sommet de Kigali a représenté un moment vital dans la lutte contre le paludisme et les MTN. Avec en toile de fond les perturbations des services essentiels et des chaînes d’approvisionnement pendant la pandémie de covid-19 et le plafonnement des financements, l’augmentation rapide de la population et les défis biologiques généralisés tels que la résistance aux insecticides et aux médicaments, le travail d’élimination de ces maladies a marqué le pas, voire s’est inversé dans certains pays.

« ‘Accélérer ce travail en s’engageant à financer des programmes et des traitements essentiels et en soutenant la recherche scientifique et les traitements essentiels et en soutenant les innovations scientifiques »

Les dirigeants mondiaux réunis au Sommet de Kigali sur le paludisme et les MTN ont décidé de relever les défis actuels, notamment la pandémie de Covid-19, en prenant des engagements fermes en vue d’éliminer ces maladies dévastatrices d’ici la fin de la décennie. Les dirigeants ont promis d’accélérer ce travail en s’engageant à financer des programmes et des traitements essentiels et en soutenant la recherche scientifique et les traitements essentiels et en soutenant les innovations scientifiques qui sont cruciales pour mettre fin au paludisme et aux MTN. Les dirigeants ont souligné à quel point ce travail est vital, à la fois pour protéger la vie et la santé de plus d’un milliard de citoyens directement menacés par le paludisme et les MTN, mais aussi, en renforçant les systèmes de santé de première ligne, pour défendre l’ensemble de la population mondiale contre les futures menaces de pandémie.

« Les pays éligibles pour la lutte contre le paludisme ont fait preuve de leadership en s’engageant à fournir un financement national de 2,18 milliards de dollars en 2022 et 2023 »

Dans la lutte contre le paludisme, le sommet représente une étape importante avant la septième reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui aura lieu plus tard cette année. Les dirigeants présents au sommet ont fait preuve d’un engagement clair en faveur de la reconstitution des ressources. Le gouvernement rwandais, en tant qu’hôte, a appelé tous les acteurs étatiques et non étatiques présents à faire en sorte que la conférence de reconstitution soit un succès total et que l’objectif d’investissement d’au moins 18 milliards de dollars soit atteint. Les pays éligibles pour la lutte contre le paludisme ont fait preuve de leadership en s’engageant à fournir un financement national de 2,18 milliards de dollars en 2022 et 2023 dans le cadre de leurs contreparties au financement mondial, avec de nouvelles augmentations prévues en 2024-2026.

« L’approbation de la Déclaration a galvanisé la volonté politique, l’ambition et les engagements financiers et a créé l’élan nécessaire à la réalisation de la feuille de route de l’OMS sur les MTN »

En ce qui concerne les MTN, le président Paul Kagame a lancé la Déclaration de Kigali sur les maladies tropicales négligées, une déclaration sans précédent. L’approbation de la Déclaration a galvanisé la volonté politique, l’ambition et les engagements financiers et a créé l’élan nécessaire à la réalisation de la feuille de route de l’OMS sur les MTN (2021-2030). La Déclaration de Kigali a permis d’obtenir des engagements substantiels de la part des gouvernements donateurs, des gouvernements des pays endémiques, des sociétés pharmaceutiques, des ONG et d’autres acteurs, notamment des engagements financiers de plus de 1,4 milliard de dollars, 18 milliards de comprimés donnés par 9 partenaires industriels et 562 millions de dollars en autres produits de santé.

Tout au long du sommet, les experts ont discuté des approches intégrées, de l’importance d’une l’innovation et de garantir l’accès aux nouveaux outils et interventions, l’utilisation efficace et axée sur les données des ressources existantes et la nécessité d’un financement et d’une mobilisation des ressources durables, y compris à partir de sources non traditionnelles. Au cours de ces discussions, des engagements ont été pris par un certain nombre d’acteurs essentiels à l’élimination.

Des engagements clairs

Un certain nombre de gouvernements se sont engagés à soutenir la lutte contre le paludisme et les MTN. Il s’agissait notamment d’engagements en matière de ressources nationales, de cofinancement et de soutien à l’innovation.

Les organisations du secteur privé ont pris toute une série d’engagements, notamment des dons de médicaments et de produits de santé, le financement de la recherche, le renforcement des capacités de fabrication locales, le cofinancement d’initiatives visant à débloquer des financements plus importants du secteur privé.

Ces groupements ont pris des engagements substantiels dans des domaines tels que le financement de la recherche, les nouveaux traitements contre les MTN, la prévention, la fourniture et le traitement, ainsi que le renforcement des institutions en Afrique.

Les organisations de la société civile ont pris des engagements importants pour soutenir les programmes de lutte contre le paludisme et les MTN,
notamment des promesses de mobilisation de ressources importantes et un engagement communautaire.

Enfin, il a été reconnu que pour réussir, le sommet ne doit pas être un événement isolé. En tant qu’hôte, le gouvernement rwandais a appelé les dirigeants à s’assurer que l’élan de la réunion d’aujourd’hui soit maintenu. Ce n’est qu’à travers une appropriation nationale continue, un engagement politique, une responsabilité et un grand partenariat que nous pourrons garantir l’accélération des progrès au cours des prochains mois.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe