A la uneActualité

Share Africa : promouvoir l’Afrique du XXI e siècle

Lancée en 2020 par la top franco-ivoirienne Valérie Ka, la plateforme Share Africa multiplie les initiatives en faveur de la créativité africaine. Et ce, à tous les niveaux.

Par DBM

Démarré dans l’optique de participer à la Saison Africa2020, cette initiative panafricaine et
pluridisciplinaire voulue par le président Emmanuel Macron, qui cherche à « regarder et comprendre
le monde d’un point de vue africain », le forum Share Africa est d’abord le fruit d’une ambition
personnelle. Celle de la mannequin franco-ivoirienne Valérie Ka- à l’origine de l’idée- de créer
une plateforme d’échanges et de réflexion destinée à mettre en avant les potentialités du
continent. « J’ai eu l’opportunité de pouvoir voyager un peu partout dans le monde et j’ai pu constater que les initiatives portées par des projets africains manquaient souvent d’accompagnement et de soutien », raconte la top-model, qui regrette par exemple que « les défilés africains organisés en France n’étaient pas au niveau de ce que l’on pouvait trouver avec la Fashion Week entre autres ».

« Une initiative destinée à mettre en valeur l’Afrique du XXIème siècle, sa jeunesse et sa créativité »

De ce constat est né Share Africa, « une initiative destinée à mettre en valeur l’Afrique du XXIème siècle, sa jeunesse et sa créativité ». Pour atteindre cet ambitieux objectif, Share Africa a développé depuis le début de l’année 2020, et malgré les difficultés liées à la pandémie de Covid 19, une série d’activités, à commencer par Les soirées de l’innovation. Le concept ? « Une série de webinaires organisés autour de grandes thématiques (création de contenu, cinéma, entreprenariat tech…) et réunissant des experts,
professionnels du numérique, écrivains, personnalités du cinéma, de la musique et de la mode.
Autant d’influenceurs capables, selon les mots de Valérie Ka, « de préparer le public et de créer une
communauté qui suit [Share Africa] avec régularité » puisque les soirées de l’innovation ont démarré dès
mars cette année, bien en amont des autres initiatives portées par Share Africa.


Autres volets-clés mis en place par la plateforme, le « Hakaton »- une compétition informatique entre groupes de développeurs- et la « Machine à rêves »- qui cherche à apporter des financements et de l’accompagnement à des projets prometteurs en Afrique- s’adressent pour leur part à la jeunesse du continent. De fait, ces deux programmes, dévoilés en juillet dernier à l’occasion du premier forum digital Share Africa, ont d’ores et déjà permis de sélectionner plusieurs projets novateurs et durables, à l’image de l’encyclopédie digitale et participative Afrorama, lauréate du premier Hackathon.


« Offrir un espace de visibilité et d’expression pour aborder les grands enjeux auxquels sont confrontés l’Afrique et le monde actuel »


Organisé du 2 au 6 juillet, avec la participation de quelques invités de renom, tels que le célèbre
activiste anti-apartheid sud-africain Jay Naidoo- compagnon de Nelson Mandela- le forum était
centré autour du thème « Afrique positive, Afrique du XXIe siècle » et avait pour objectif d’offrir
« un espace de visibilité et d’expression aux entrepreneurs, économistes, scientifiques, designers, activistes, penseurs, entrepreneurs sociaux et étudiants africains qui proposent des approches résolument innovantes pour aborder les grands enjeux auxquels sont confrontés l’Afrique et le monde actuel », rappelle le site de la plateforme .


Dans ces grandes lignes, cet but a été atteint, « nombre de questions d’importance telles que le rôle de la jeunesse du continent dans l’organisation d’actions de solidarité ou la nécessité d’être acteur de changement et de faire évoluer le récit des médias ayant été débattues », se félicite la co-fondatrice de Share Africa.


« Jeunesse, entrepreneuriat, créativité et innovation seront les clés de cette Afrique du
XXIe siècle »

Même satisfaction pour Kine Seck Mercier, la présidente du comité consultatif de Share Africa
pour qui le forum a permis de consacrer « la jeunesse, l’entrepreneuriat, la créativité et l’innovation, […]
clés de cette Afrique du XXIe siècle » en donnant la parole « à celles et ceux qui construisent cette Afrique optimiste et conquérante ».


Un parti pris proactif sur les réalités du continent qui a fait mouche : convaincue du bien-fondé
de cette démarche, HEC Paris, la meilleure des écoles de commerce en Europe selon le Financial
Times, a fait cette année de Share Africa le partenaire de sa 4 e édition annuelle des Africa Days
(tenue le 11 mai), une conférence organisée pour débattre des questions relatives au
développement de l’Afrique. En attendant la concrétisation, en septembre, d’un autre partenariat
avec la marque Balenciaga. Dans la mode celui-là, l’Africa Fashion Up. Une belle manière pour la
mannequin Valérie Ka de boucler la boucle.

EN SAVOIR PLUS
 www.shareafrica.live

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe