ActualitéArchives

Services bancaires au Sénégal : la BCEAO compte sévir

Les banques ne respectant pas les 19 mesures édictées par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et visant à faire démocratiser les services bancaires à toutes les couches de la population, sont dans l’œil du cyclone. Pour cause, la BCEAO compte sévir contre les récalcitrants.

Les banques et institutions financières qui refusent de se plier à la volonté de la BCEAO y seront contraintes. Le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Thiémoko Koné, l’a rappelé lors de la première réunion du comité politique monétaire de l’institution : « Une chose est de prendre les dispositions, une autre est de les contrôler. Ces contrôles sont en cours et à un certain moment nous ferons le point pour savoir si ces mesures ont été appliquées. Et si elles sont appliquées, cela veut dire que nous sommes dans la perspective d’atteindre les objectifs fixés. Si elles ne sont pas appliquées, alors il y a des sanctions qui sont prévues et ces sanctions seront prises à l’encontre des banques qui auront contrevenu à ces mesures », avertit-il. Parmi ces 19 mesures, celle phare dont rechigne à appliquer les institutions est la gratuité de l’ouverture de compte. Cela, malgré le tintamarre fait par certains groupes bancaires implantés sous nos tropiques.

Une croissance de 7,2% espérée cette année

Pour les perspectives, la BCEAO table sur une croissance de 7,2% pour les pays de l’Union, en 2015. C’est le vœu affiché par le responsable de la BCEAO. « Il n y a aucun signal qui nous permette de réviser ces prévisions de croissance, mais nous pensons qu’elles seront atteintes. Comme les prévisions sont ce qu’elles sont, nous constaterons avec l’évolution de la conjoncture », fait savoir Thiémoko Koné.

Par ailleurs, le comité de pilotage monétaire a décidé de maintenir intact le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres, d’injections de liquidités et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal respectivement à 2,5% et 3,5%. Le coefficient des réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union est fixé à 5% soit au même niveau depuis 2012.


Par Mouhamed Camara

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe