ActualitéArchives

Sénégal : La France demeure le premier investisseur

Malgré la montée en puissance, depuis une dizaine d’années, de la Chine et du Nigeria, devenus les principaux fournisseurs du Sénégal, la France continue de maîtriser l’économie nationale à travers maints segments…stratégiques.

Avec un stock d’investissements directs étrangers (IDE) de 727 millions d’euros (plus de 416 milliards CFA) en 2012, la France demeure le premier investisseur au Sénégal avec 40% des investissements étrangers. Les filiales d’entreprises françaises (environ une centaine, ndlr) et entités de droit sénégalais détenues par des ressortissants français représentent près du quart du PIB et des recettes fiscales au Sénégal. Parmi elles, il convient de noter l’importance de la Sonatel, filiale d’Orange et première entreprise du pays. Et cette prédominance française devrait se stabiliser, voire se renforcer, dans les prochaines années avec l’entrée en production de la mine de Zircon, détenue à 50% par le groupe Eramet. Outre les 15 000 personnes employées dans des entreprises françaises, la présence des français dans l’économie est visible dans tous les secteurs d’activité.

Sonatel, la locomotive du leadership français

La Sonatel, qui vient d’étrenner ses nouveaux locaux, se présente comme le navire amiral de la présence de la France au Sénégal. Première capitalisation boursière à la bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan, la Sonatel demeure la première entreprise du pays avec un chiffre de 816 milliards CFA, en 2014.

Dans le domaine de l’agriculture et de l’agro-industrie, la compagnie fruitière dans la production horticole, créée en 2003, intègre la société des Grands domaines du Sénégal qui est aujourd’hui leader de l’horticulture exportatrice dans le pays. Castel-France en partenariat avec les huiles Lesieur Sofiproteol s’investit aussi dans le raffinage d’huile végétale.

Au niveau du segment « mines et industrie », la cimenterie Sococim a été reprise par VICAT avec notamment un investissement de 200 millions d’euros (130 milliards FCFA) en 2007. Malgré l’arrivée sur le marché de Dangote et des ciments du Sahel, Sococim reste leader dans son domaine d’activité.

En matière de commerce, le Sénégal est l’un des principaux partenaires de la France en Afrique. Les échanges entre les deux pays s’élèvent à 796 millions d’euros (plus de 522 milliards FCFA). Les variations importantes de ces échanges (+16% en 2010, +23% en 2011, -9% en 2012, et -11% en 2013) s’expliquent par l’évolution erratique des ventes françaises de produits pétroliers. Les ventes à destination du Sénégal restent fortement concentrées sur quatre produits : les céréales (13,6% des exportations en 2013), les produits pharmaceutiques (9,7%), les carburants (8,4%) et le tabac (5,5%). En raison d’une production domestique limitée au Sénégal, les importations françaises demeurent modestes car comprises entre 70 millions d’euros (46 milliards FCFA) et 100 millions d’euros (65 milliards FCFA) depuis plus de dix ans.

Même si les indicateurs socio-économiques du pays sont encore très bas (plus de la moitié de la population vit encore avec moins de 2 dollars par jour), les opportunités d’affaires dans certains secteurs comme les TIC, les services financiers ou encore l’agriculture demeurent attractives pour les capitaux étrangers. Cet intérêt pourrait être renforcé dans les prochaines années avec la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent qui accorde une large place au secteur privé notamment international.


Par Mouhamed Camara