ArchivesLe dossier du mois

Sénégal : La 4G, une révolution qui tarde à se faire

La souveraineté numérique deviendra bientôt une réalité au Sénégal avec l’arrivée imminente de la 4G. Mais pour le moment, elle tarde à voir le jour.

La journée mondiale dédiée à la télécommunication a été riche en enseignements. L’occasion a été saisie par l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) pour faire le point sur la question relative à la 4G notamment. Même si pour l’heure, l’on n’est pas fixé clairement sur la date d’arrivée de la 4G ni avec quel opérateur, cela se fera, on sait en revanche que le Sénégal va bel et bien avoir la 4G : « je ne peux pas vous dire avec qui cela se fera mais le plus important, c’est que les Sénégalais puissent avoir la 4G et ils auront la 4G, si Dieu le veut », assure le directeur de l’Artp, Abdou Karim Sall. Ces assurances viennent soulager les plus sceptiques. En effet, la 4G est parue comme une chimère pour bon nombre de Sénégalais après l’appel d’offre lancé par l’ARTP qui avait fixé le coût de la licence 4G au Sénégal à 30 milliards CFA. Une annonce qui à eu le don d’irriter les opérateurs qui estimaient le prix excessif. Dès lors, ces derniers n’ont pas soumissionné pour l’acquisition de cette licence. Un bras de fer qui perdure toujours même si des conciliations sont en train d’être menées pour un dialogue entre les différentes parties.

Optic en médiateur

La question de l’acquisition de la 4G préoccupe au plus haut point l’Organisation des Professionnels des TICS du Sénégal (Optic). D’ailleurs, elle se tient prête à porter le costume de médiateur pour un dégel de la situation. Il y va de l’enjeu économique du Sénégal, selon ces professionnels des télécommunications : « le numérique est un enjeu de gouvernance économique et sociale partout dans le monde et la question de la 4G, hautement stratégique pour le Sénégal, devra nécessairement faire l’objet d’une concertation publique/privée afin de trouver les solutions idoines pour un Sénégal numérique », expliquent ces professionnels.

Si le Sénégal traîne encore le pas pour la 4G, certains pays limitrophes sont déjà passés au haut débit. Comme la Côte d’Ivoire ou la licence a été cédée à 100 milliards FCFA.

Pour rappel, la 4G offre une garantie de connectivité supérieure à celle de l’ADSL et également un accès plus fluide aux contenus internet. Ce qui ferait le bonheur des internautes et des entreprises sénégalaises.


 

Par Mouhamed Camara