ArchivesLe dossier du mois

Sénégal : Au rythme de la CAN des affaires

Formidable rendez-vous pour voir à l’œuvre toutes les meilleures équipes africaines, la Coupe d’Afrique des Nations sert également à d’autres professions qui profitent de l’aubaine pour booster leurs chiffres d’affaires de façon considérable. Seulement, si certains s’en tirent à bon compte, d’autres ne ressentent pas l’impact dans leur business.

 

Cette 30ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations fait nourrir de grands espoirs chez les 12ème Gaindés. Tous suivent de près les performances de l’équipe du Sénégal à l’orée de cette compétition qu’elle a entamée avec brio avec une première victoire sur le Ghana (2-1). Une victoire qui a fait des heureux. Particulièrement chez les vendeurs de maillots.

Quand le football et affaires font bon ménage…

Trouvés au marché Castor, des vendeurs de maillots et gadgets à l’effigie des lions de la Téranga, se frottent les mains. De teint clair, Ali Goumbel Mbaye que nous avons trouvé dans sa boutique spécialisée dans la vente d’articles sportifs, appelle à une victoire finale du Sénégal. Cela, en bon commerçant. En bon affairiste : « comme vous le savez, les Sénégalais attendent toujours le dernier moment pour sortir faire des achats. A l’entame de la CAN, il n y a pas eu beaucoup de ventes de maillots, on en écoulait au compte-gouttes, mais depuis que le Sénégal a remporté son premier match (face au Ghana) les gens affluent davantage. Je sens qu’il y a un léger mieux, surtout si le Sénégal gagne », explique-t-il. Sur la fréquence des ventes et le chiffre réalisé par jour, ce quadragénaire aux allures d’intellectuel détaille : « approximativement, on vend quatre à cinq maillots par jour en raison de 3500 CFA, 4000 CFA et 10.000 CFA l’unité. Les prix étant en fonction de la qualité. Les jours où nous vendons plus, ce sont les lendemains de matchs victorieux, parfois le jour- même du match, parce que certains arborent leurs maillots pour aller au boulot par exemple ».

Parmi les maillots qui ont la côte auprès des clients, celui de Sadio Mané est en tête. Loin derrière suivent Moussa Sow, Dame Ndoye voire Papiss Demba Cissé. Même chanson chez des vendeurs de gadgets. Regroupés en grand nombre au marché Sandaga, ces marchands ambulants proposent différents articles aussi accessibles qu’originaux. C’est le cas de Moussa Fall. Des lunettes de supporters aux couleurs du Sénégal, des blousons ou encore des T-shirts décorés par la photo de plusieurs joueurs de l’équipe nationale se bousculent sur son petit étal. Pour ce vendeur, la CAN est une occasion « en or de rentabiliser nos achats, souligne-t-il au milieu d’une foule pleine de badauds. Franchement on rend grâce à Dieu, les gens viennent acheter les produits ».

« La CAN n’a rien changé dans mes activités »

Pour d’autres par contre le soleil est moins reluisant. En effet si les vendeurs de maillots s’en tirent à bon compte, les réparateurs de postes de télévision se rongent les ongles. Sur les raisons de cette baisse d’intérêt des Sénégalais avec les réparateurs de télévisions, l’explication est d’ordre technique. « Avec l’apparition de téléphones équipées de postes de radios, on peut suivre toutes les rencontres sans pour autant quitter son fauteuil. Et il faut dire qu’actuellement au Sénégal, les gens sont plutôt tournés vers la radio pendant la journée et c’est l’heure de la diffusion des matchs », nous raconte Ibrahima Alioune Sow, un réparateur qui a pignon sur rue à Grand-Dakar. Même constat chez Modou Diop, un autre réparateur de téléviseurs trouvé en train de suivre la télé. Il balance : « la CAN n’a rien changé dans mes activités, se désole-t-il, en tout cas depuis le début, je n’ai pas senti une amélioration. Comme avant, les affaires marchent au ralenti ».

Autre lieu, autre réalité. A Ngor, dans un restaurant réputé tenu par un Algérien, la CAN fait faire de bonnes recettes. S’il en est ainsi, c’est que le gérant des lieux propose divers services pour attirer davantage de clients. Aziz, le boss, explique son modus opérandi :

« on a voulu jouer un peu sur la renommée du lieu et bien sûr de la CAN pour offrir quelque chose de différent. C’est pourquoi, tous les matchs sont diffusés sur écran géant avec de l’animation. Et à la fin de la rencontre, généralement, on offre des cadeaux à la communauté victorieuse. Comme vous le savez, « Chez Aziz » est fréquenté par toutes les communautés africaines résidant au Sénégal ».

Can, Sénegal


Par Mouhamed CAMARA