Actualité

Sécurité et défense « L’’Afrique doit contrer les menaces majeures qui entravent la poursuite de son développement »

Terrorisme, cybercriminalité, piraterie maritime… Alors que l’Afrique fait face à de nouvelles menaces en matière de sécurité, sur le marché de la sécurité, elle reste, là aussi, un consommateur passif. Une des vocations du salon international de la Sécurité et de la Défense, ShieldAfrica, dont la 5ème édition, organisé par la société ivoirienne COGES Africa et parrainé par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de Côte d’Ivoire, se tiendra à l’Ecole de Police d’Abidjan du 22 au 24 janvier 2019, avec 29 pays représentés dont l’Afrique du Sud, la Bulgarie, la Chine, les Etats-Unis, Israël, le Kazakhstan, la Turquie… Avec la veille du salon, le 21 janvier une conférence internationale sur le thème de la sécurité des frontières. Une question prioritaire pour Patrick Colas Des Francs, Président de COGES Africa.  Interview.

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed 

La sécurité est devenue un enjeu majeur en Afrique… Un préalable à tout développement selon vous ?

Continent immensément riche en ressources naturelles, l’Afrique doit contrer les menaces majeures qui entravent la poursuite de son développement. La sécurité des populations africaines et de leurs activités est le préalable à toute forme d’expansion économique.

La Sécurité de l’Afrique s’entend de façon globale : sécurité des Etats face aux menaces internes et externes, sécurité des personnes physiques et des biens, sécurité des transports terrestres, maritimes et aériens, sécurité des activités économiques, sécurité des villes (Safe city), sécurité des approvisionnements en énergie, sécurité des communications et cybersécurité, sécurité sanitaire, sécurité de l’eau en quantité et en qualité, etc…

ShieldAfrica se veut une plateforme de rencontres entre les responsables de la sécurité en Afrique et tous ceux qui œuvrent pour le développement du continent, les utilisateurs publics et privés et les industriels du monde entier qui proposent des solutions fiables et éprouvées.

Les industriels exposant au salon concourent à la protection des territoires et des populations et offrent des solutions sur terre, en mer et dans les airs pour assurer une meilleure sécurité en Afrique. Assurer la sécurité nécessaire au développement économique ;  rétablir ou maintenir la paix ; prévenir et lutter contre les catastrophes naturelles et industrielles ; assurer la sécurité des villes ; développer les services nécessaires aux institutionnels, aux populations et aux opérateurs privés ; …

Avec ShieldAfrica, les décideurs institutionnels et privés disposent depuis 2013 d’un salon leur permettant d’échanger sur la réalité et le contour des menaces pesant sur le développement du continent et d’appréhender l’offre mondiale en matière de sécurité et de défense pour créer l’Afrique plus sure de demain.

Le développement des nouvelles technologies change la donne également sur le secteur. C’est la nouvelle tendance ? 

Très avancé dans le domaine des nouvelles technologies de communication, le continent africain est continuellement en recherche de solutions pragmatiques répondant à des besoins de sécurité des biens, des personnes et des transactions. Au salon ShieldAfrica, les représentants des Etats, des administrations, des entreprises, grandes et moyennes peuvent trouver l’offre internationale des produits et des solutions adaptées à leurs besoins spécifiques.

Quoi qu’il en soit, le domaine de la sécurité est également un marché. Où l’Afrique demeure un consommateur plutôt qu’un producteur ? 

Le marché de la sécurité en Afrique est effectivement en pleine expansion avec d’une part des menaces, terroristes, présentes dans le Sahel, le Machrek ou encore dans certains pays d’Afrique Centrale mais aussi avec une insécurité locale multi domaines qui en de très nombreuses régions empêche le développement du commerce et de l’économie.

Aujourd’hui, l’Afrique demeure en effet plutôt consommateur de sécurité plutôt que producteur. La plupart des sociétés exposantes proviennent de l’étranger, Biélorussie (4 sociétés), Bulgarie (7 sociétés), Etats-Unis (3 sociétés), France (66 sociétés), Israël (11 sociétés) mais l’industrie de sécurité africaine se développe avec cette année 12 exposants de Côte d’Ivoire et deux d’Afrique du Sud.

L’industrie de sécurité et de défense est en croissance en effet dans certains pays (Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Egypte, Maroc, Nigeria), notamment au travers de partenariat avec des industriels internationaux. Elle est maintenant présente sur les marchés export comme en témoigne le fait par exemple que certaines sociétés africaines exposant sur Eurosatory.

Que nous réserve l’édition 2019 de ShieldAfrica à Abidjan ? 

Cette édition 2019 se déroulera du 22 au 24 janvier au sein de l’Ecole de Police d’Abidjan. Placé sous le parrainage du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, elle traitera comme les éditions précédentes des multiples besoins en sécurité du continent et plus particulièrement du contrôle et de la protection des frontières (sur terre, dans l’air et sur les mers).

La tendance majeure de cette édition 2019 et l’internationalisation du salon avec de plus en plus de pays participants. Les 140 exposants inscrits aujourd’hui proviennent de 25 pays différents, tous les continents étant représentés. En plus des pays cités précédemment, il faut noter l’arrivée comme exposants de sociétés venant également du Kazakhstan ou encore de Turquie. A noter cette année que les sociétés d’Afrique du Sud, de Bulgarie, de Biélorussie exposeront sous forme de pavillons nationaux.

Edition après édition, ShieldAfrica se révèle être toujours davantage le salon de référence de sécurité et de défense du continent africain.

Pour plus d’information : www.shieldafrica.com