@Bluemind Foundation-
A la uneالأخبار

Santé : Heal by Hair, une initiative inédite pour accompagner les femmes

Dans le cadre de son initiative Heal by Hair, un programme de premier secours en santé mentale, la Bluemind Foundation dévoile un rapport d’études croisées entre les femmes africaines et leurs coiffeuses.

Par la rédaction 

Enjeu social majeur, la santé mentale n’en reste pas moins souvent mal prise en charge, les troubles dépressifs majeurs et les troubles anxieux touchant par ailleurs plus fortement les femmes que les hommes. Pour le seul continent africain, c’est quelques 66 millions de femmes qui souffriraient ainsi de dépression et de troubles anxieux, d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 85 % d’entre elles n’ayant pas accès à un traitement. Une donne qui n’a fait qu’empirer avec la pandémie du Covid-19 : selon une étude parue début octobre, dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, les cas de dépression et d’anxiété ont augmenté de plus d’un quart dans le monde en 2020, en raison des conséquences socio-psychologiques dues au coronavirus. Et là encore, « pour de nombreuses raisons, les femmes ont été davantage susceptibles d’être plus touchées par les conséquences sociales et économiques de cette pandémie », a rappelé la coautrice de l’étude, Alize Ferrari.

Un rapport basé sur des études réalisées dans sept pays d’Afrique francophone

Dans ce contexte, la Bluemind Foundation- une organisation internationale à but non lucratif fondée en juillet 2021- a publié le 22 novembre un rapport dévoilant les résultats d’études croisées menées auprès de 714 femmes et 148 coiffeuses dans sept pays d’Afrique francophone (Togo, Cameroun, Côte d’ivoire, Bénin, Mali, Sénégal et Guinée) et auprès de la diaspora en France. Intitulé « Heal by Hair, rapport d’études croisées entre les femmes africaines et leurs coiffeuses », le document s’intéresse particulièrement aux femmes, principales victimes des troubles de la santé mentale, notamment en raison des violences physiques et psychologiques auxquelles elles sont exposées au quotidien.

L’originalité des travaux de la Bluemind Foundation ne tient cependant pas tant au constat qui est fait-  l’urgence de mener une action collective et concertée autour de la santé mentale en Afrique- qu’à la solution qui est suggérée, qui est d’inclure les coiffeuses dans la chaîne de soins. Les enquêtes de terrain réalisées par la fondation révèlent ainsi que des coiffeuses secouristes en santé mentale seraient un facteur de mise en confiance pour les femmes africaines : plus de 6 femmes sur 10 feraient davantage confiance à une coiffeuse secouriste en santé mentale tandis que 91% de coiffeuses interrogées se sont dites prêtes à être formées. 

« Il ne devrait y avoir ni honte ni fatalité aux troubles de la santé mentale. Ce sont des maladies comme les autres : elles peuvent se prévenir et se guérir »

« Si la psychiatrie est entrée dans ma vie par effraction et que j’en ai une connaissance intime, je sais aussi qu’il ne devrait y avoir ni honte ni fatalité aux troubles de la santé mentale. Ce sont des maladies comme les autres : elles peuvent se prévenir et se guérir », rappelle pour sa part Marie-Alix de Putter, fondatrice et présidente de la fondation Bluemind, qui a impulsé cette initiative après l’assassinat de son époux. Aujourd’hui, elle se dit « déterminée à changer [cette situation] en co-construisant des solutions innovantes avec les premières personnes concernées ». Outre les 3 axes de recommandations préconisés par le document précité (informer, sensibiliser et déstigmatiser ; prévenir et mobiliser ;  financer, former et organiser), la fondation Bluemind a lancé le projet Heal by Hair, qui est le premier mouvement de coiffeuses secouristes en santé mentale en Afrique. Celui-ci propose notamment un programme de trois jours, inspiré des principes utilisés par le programme international « Mental Health First Aid » (MHFA) qui est aujourd’hui reconnu, adapté et déployé dans 28 pays. À l’instar des formations en premiers secours somatiques, la formation Heal by Hair permettra ainsi aux coiffeuses secouristes de devenir le premier maillon de la chaîne de soins. Au final, la Bluemind Foundation ambitionne de contribuer à améliorer la santé mentale et le bien-être de 5 millions de femmes africaines et de former 1 000 coiffeuses dans 20 villes africaines à l’horizon 2035. 

Pour télécharger le rapport complet « Heal by Hair, Rapport d’Etudes Croisées, Bluemind Foundation, novembre 2021 » : https://bit.ly/32gx9Bj

Ce message est également disponible en : الإنجليزيةالفرنسية