Le dossier du mois

Radioscopie de l’industrie du voyage : la reprise est amorcée

Dans une récente étude consacrée au sujet, le spécialiste des paiements Mastercard confirme le retour progressif des voyages, plus terrestres et moins orientés à l’international. Des évolutions que devront notamment prendre en compte les acteurs africains du secteur.  

Publié fin juin par le Mastercard Economics Institute, le département en charge des études du spécialiste du paiement, le rapport[1] s’appuie sur les données des transactions agrégées du réseau mondial Mastercard pour cerner les premières tendances à l’œuvre dans la reprise des voyages. Un retour à la normale qui ne se fera cependant pas « en ligne droite, [car] de nombreux pays et corridors de voyage continuent de faire face à des défis importants (lenteur des vaccinations, nouvelles variantes de Covid-19, destruction des emplois laissés par la pandémie…) », préviennent les auteurs de l’étude. 

Il n’empêche, un certain  nombre de signaux précurseurs ressortent d’ores et déjà clairement de l’enquête. Parmi ceux-ci, la hausse nette des dépenses mondiales en carburant, en progression de 13 % par rapport à leur précédent pic de 2019. En Afrique notamment, « il existe des indicateurs de reprise sur certains marchés, par exemple au Nigeria et en Égypte, où les dépenses dans les stations-services dépassent déjà les pics de 2019 tandis qu’au Kenya, elles égalent les niveaux précédents»note David Mann, économiste en chef du pôle Asie/Moyen-Orient-Afrique chez Mastercard, cité dans l’étude susmentionnée. Une tendance qui confirme le retour en force des excursions en voiture (road trips), car ces voyages terrestres répondent à l’envie de découvrir et s’évader, tout en privilégiant un tourisme de proximité. 

« Des achats reflétant de potentiels plans de déplacement et plus d’interactions personnelles  »

Autre point-clé à retenir du rapport, l’énorme épargne de précaution- accumulée dès les débuts de la pandémie en 2020 et évaluée à 5000 milliards de dollars à l’échelle mondiale, selon Mastercard – s’est traduite, au moment des déconfinements, par un surcroit d’achats dans certaines catégories reflétant de potentiels plans de déplacement et plus d’interactions personnelles. L’étude cite notamment l’augmentation des dépenses dans les magasins de vélos (+62 %), la hausse des ventes de postiches et de perruques (+75 %)  ou bien encore les bonnes performances des salons de beauté et des ventes de magasins de bagages. 

« Les voyages aériens internationaux ont encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre les niveaux pré-pandémiques  »

En revanche, « les voyages aériens internationaux ont encore un long chemin à parcourir avant d’atteindre les niveaux pré-pandémiques », constatent les auteurs de l’étude Mastercard qui notent par ailleurs que les « voyages d’affaires sont encore plus à la traîne », ces derniers accusant un retard d’environ quatre mois sur le rythme de reprise des voyages d’agrément.  

Des lueurs d’espoir pointent pourtant à l’horizon : sur des marchés africains comme l’Égypte, le Nigéria et le Kenya, le rapport relève une hausse des réservations de vols internationaux, et ce bien qu’ils ne soient encore qu’à une fraction du niveau d’avant le début de la pandémie. Autre avancée mise en avant par l’analyse des réservations de vols, la reprise des vols domestiques. Citée par le Mastercard Economics Institute, l’Afrique du Sud a par exemple vu ses vols intérieurs se redresser fortement pour représenter désormais 56,7 % de l’ensemble de l’activité aérienne nationale, contre 40,9 % en 2019.  De quoi booster à terme certains corridors de voyage, la réouverture des frontières favorisant, en autres, les voyages vers l’Égypte (lire l’article Tourisme, c’est la reprise !), comme le montrent les données de l’étude.    

« Se préparer et créer les expériences adéquates pour les consommateurs désireux de voyager à nouveau »

Au final, les équipes du Mastercard Economics Institute appellent les entreprises et les gouvernements à utiliser les indications fournies par les premiers signaux de reprise du voyage « pour se préparer et créer les expériences adéquates pour les consommateurs désireux de voyager à nouveau » et ce tout en reconnaissant sans ambages que « le chemin vers la reprise des voyages sera semé d’embûches ». En clair, les défis à relever ne font que commencer… 

Consultez l’intégralité d’Aperçus sur la reprise : Prêts à décoller  ici (en anglais). 


[1] Recovery Insights: Ready for Takeoff?

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe