Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneParcours

Parcours Selena Souah, l’accès à internet pour libérer l’innovation africaine

Selena Souah, 31 ans, déploie depuis 2019 avec sa société Revolution’air un système innovant de fourniture d’accès internet. Fournisseur officiel au Rwanda depuis un peu plus d’un an, l’entreprise s’attaquera prochainement à la zone Smart Africa qui rassemble 30 pays.

 

A 31 ans, la Franco-Gabonaise Selena Souah représente « l’Afrique de demain ». D’une part parce qu’elle est habitée par un esprit panafricain et d’autre part parce que l’entreprise qu’elle a cofondée a pour ambition de transformer le continent. Son histoire débute au Gabon. Son père travaille lui aussi dans le déploiement des télécommunications. L’un de ses collègues n’est autre que le père de Feissal Mombo, celui avec qui Selena Souah décidera en 2019 de fonder l’entreprise Revolution’air Ltd, un fournisseur d’accès à internet. Elle vit au Gabon jusqu’à l’âge de 10 ans avant de poursuivre sa scolarité en France. Elle y décroche un master 2 en Finance d’entreprise à l’Institut Supérieur de Commerce de Paris (ISC), après avoir complété son secondaire avec des études en Commerce International dans l’internat de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur française. Sitôt diplômée, elle exerce comme analyste-risques financiers au sein de la Banco Espirito Santo et de la Vénétie (BESV) à Paris, avant d’entreprendre dans les secteurs du digital et des télécommunications.

Une innovation technologique pour l’accès à internet

Mais l’Afrique reste au cœur de ses préoccupations. Tous comme les télécommunications. Elle décide donc de lancer son entreprise dans ce secteur d’activité. Mais pas au Gabon, « pour assurer notre crédibilité et prouver notre indépendance, nous avons choisi de débuter cette aventure dans un autre pays : le Rwanda ». Cela tombe bien le pays des mille collines a fait du développement des télécommunications l’une de ses priorités. Revolution’air est donc lancée, et en novembre 2019, obtient une licence d’exploitation pour une durée de 15 ans auprès de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes du Rwanda. L’entreprise propose une solution d’accès à internet pour les particuliers et les entreprises. La technologie utilisée pour cela est d’ailleurs relativement simple à installer, et c’est la force de la compagnie. Une antenne est installée et couvre une large partie de territoire. Toutes les habitations du secteur sont alors éligibles à l’installation d’une parabole permettant de capter du débit.

Prochaine étape, les pays de la zone Smart Africa

Un système qui a aussi l’avantage de limiter les travaux d’installation de câbles, même si, bien sûr, l’antenne doit, elle, être reliée. Cela permet de proposer des solutions d’accès dans des territoires ruraux. La possibilité aussi d’offrir des accès à une connexion rapide et de qualité aux particuliers et aux entreprises. Aujourd’hui, l’accès à internet se fait principalement à l’aide des data mobile. Des réseaux surchargés, parfois pas très efficaces, et couteux pour l’utilisateur qui doit payer le moindre de ses mégas de consommations. Avec sa solution innovante pour connecter tout un chacun à un réseau fiable, Revolution’air offre de nombreuses possibilités qui sont en total accord avec le développement du secteur numérique au Rwanda, mais aussi dans le reste de l’Afrique : e-learning, e-santé, Fintech… Car l’objectif est bien évidemment de ne pas se cantonner au territoire rwandais pour la jeune entrepreneuse : « Nous allons lancer dans les prochains mois la création d’une usine d’assemblage d’équipements à Kigali pour accélérer le déploiement de notre technologie dans tous les pays membres de la zone Smart Africa. D’autre part, nous déploierons notre technologie en République Démocratique du Congo et au Soudan. Pour nous, c’est le début d’une aventure qui va s’étendre à d’autres pays d’Afrique, continent qui nous a vus naître et pour lequel il est de notre devoir de nous investir. » L’Afrique de demain !

Ce message est également disponible en : Anglais