Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Rodrigue Fouafou, entrepreneur et start up investor- Intervention à l'Afro Tech Talk Abidjan mars 2020-DR
A la uneParcours

Parcours Rodrigue Fouafou « Wouessi, un canal pour hisser l’Afrique au rang de leader mondial de l’économie numérique »

Entrepreneur, investisseur, business mentor, Rodrigue Fouafou cumule les casquettes et le doit à deux talents : être ingénieur en informatique et génie des NTIC d’abord mais également un sens inné pour fabriquer des « success stories » entrepreneuriales. Des aptitudes qu’il met au service de son continent. Camerounais de naissance, Canadien d’adoption, il fait le lien entre l’Occident et l’Afrique pour mobiliser des fonds en faveur des start-ups africaines. Aujourd’hui établi au cœur de l’African Tech ecosystem de Kigali, il réunit, à travers sa plateforme Wouessi, les jeunes concepteurs africains des technologies de demain et du numérique.

 

Par Dounia Ben Mohamed

 

Rodrigue Fouafou, Camerounais de naissance, a vécu au Canada pendant20 ans où il a mené de brillantes études en génie informatique à l’Université d’Ottawa. « J’ai commencé par travailler pour une start-up au Canada, puis pour IBM en tant que développeur de logiciels », explique-t-il. Mais très tôt, Rodrigue s’oriente vers l’entreprenariat. Un domaine pour lequel il va révéler de nombreux talents. « Avec un associé, nous avons monté une plateforme internet de consultation de vidéos gratuites. On gagnait de l’argent avec la publicité. C’était un peu comme YouTube aujourd’hui, mais nous n’étions qu’en 2007. »

 

« Pendant que j’évoluais en Occident, mes amis blancs allaient créer des start-ups en Afrique. Cela m’a interpellé »

 

Précurseur, le jeune entrepreneur va connaître une réussite fulgurante. « De deux employés nous sommes passés à une vingtaine au Canada, quinze aux États-Unis, et des centaines en Asie. » Cependant, en 2012, Rodrigue quitte l’aventure et décolle pourla Mecque des start-upsla Silicon Valley. « J’ai eu l’opportunité de rencontrer les plus grands patrons de la Silicon Valley, un espace unique en termes d’innovations dans le monde. » Là, Rodrigue a un déclic : « Pendant que j’évoluais en Occident, mes amis blancsallaient créer des start-ups en Afrique. Cela m’a interpellé. C’est à ce moment que mon intérêt pour l’Afrique est né. Alors que j’étais encore un afro-pessimiste, tous les experts en économie annonçaient l’Afrique comme la dernière frontière, là où se trouvaient les opportunités. J’ai alors changé ma vision. »

 

« Nous améliorons les perspectives de la technologie en la rendant plus économique et plus utile que ce qui est simplement nécessaire à l’existence »

 

De voyage en voyage à travers le continent, d’afro-pessimiste à afro-optimiste, il invite les investisseurs à voir l’Afrique comme une opportunité ce qui se traduit par des investissements dans des start-ups qu’il repère. Et c’est au cours d’une de « ses tournées » africaines, que le jeune homme, « confiné » à Kigali en raison de la Covid-19, finit par créer Wouessi, une plateforme qui connecte des développeurs du continent avec des entreprises à la recherche de solutions technologiques, en Afrique, mais dans le monde également. « Les organisations et entreprises modernes se focalisent sur leurs relations les unes avec les autres aussi bien que sur leur relation avec la technologie. Ces relations sont régies par des principes et des actions qui aident tous les membres à bien grandir et à se développer. Et c’est bel et bien ce que représente Wouessi, explique Rodrigue. Notre approche consiste à examiner les valeurs et les objectifs clés de chaque entreprise ou organisation, avant d’examiner comment la technologie peut servir leurs intérêts, et comment elle peut les aider à accomplir plus. » Et de souligner : « Nous sommes d’abord et avant tout un véritable partenaire de développement dans la croissance de chaque entreprise et organisation que nous servons. Nous améliorons les perspectives de la technologie en la rendant plus économique et plus utile que ce qui est simplement nécessaire à l’existence. »

Et les outils mis à la disposition des entreprises sont nombreux : marketing numérique, réseaux sociaux, applications, blockchain, intelligence artificielle… « Cela se traduit par une croissance accrue, des profits plus élevés et même une réduction des coûts au fil du temps. Cela fait de la technologie un investissement, et non une dépense ».

 

« Je veux que Wouessi soit une voie par laquelle les talents africains puissent s’élever »

 

Au sein de la plateforme à ce jour, ils sont 15 talents, originaires des quatre coins du continent, d’où une parfaite maîtrise des réalités et des besoins des consommateurs africains. En quelques mois, la société a décroché ses premiers clients : une vingtaine d’entreprises basées en Afrique, aux États Unis, au Canada, et en Europe. « En ce moment, la valeur de Wouessi s’élève à 2,4 millions de dollars. Nous levons actuellement 100 000 dollars de fonds afin de stimuler notre croissance aux niveaux local et mondial. D’ici la fin de la première année, nous prévoyons d’atteindre plus de 500 000 dollars de chiffre d’affaires. »

Des ambitions à la hauteur du potentiel de l’Afrique,assure Rodrigue. « Je veux que Wouessi soit une entreprise de services et de solutions technologiques aussi importante que les plus grands acteurs dans le monde, avec des projets et des clients partout dans le monde. Un canal pour hisserl’Afrique au rang deleader de l’économie numérique au niveau mondial . Je veux que ce soit une voie par laquelle les talents africains puissent s’élever. »

« Il est arrivé un moment où investir n’était plus suffisant. Cette fois-ci, je devais être sur le sol africain pour commencer à développer et à renforcer l’écosystème technologique africain. Aujourd’hui, je suis basé à Kigali, au Rwanda où Wouessi a son siège et connaît une expansion rapide sur tout le continent. »

Ce message est également disponible en : Anglais