A la uneParcours

Parcours Penda Cissé « La créativité permettra à la jeunesse africaine de se distinguer »

Fille de diplomate, Penda Cissé a voyagé aux quatre coins du globe durant son enfance. Une ouverture au monde dans laquelle elle puise son inépuisable inspiration. Après une expérience à l’international, elle a fondé, à Abidjan, Piment bleu, une agence de communication globale, doublée de Co-Lab, un espace de co-working.

 

« J’ai passé la première partie de ma vie entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Ces déménagements successifs, liés à la carrière diplomatique de mon père, n’ont jamais été un problème. J’aime bouger, et faire bouger les choses. J’aime le challenge » analyse Penda Cissé.

Pour preuve, après de brillantes études en France, elle aurait pu se satisfaire d’une carrière toute tracée dans une grande entreprise. Mais la jeune femme a préféré partir pour de nouvelles aventures. Elle s’expatrie alors au Canada, puis à New York, où elle intègre l’univers du luxe made in France.

Son goût du changement la ramène sur le continent. « Pour moi, le retour en Afrique était conditionné à l’entrepreneuriat », souligne-t-elle. « Dans la mesure où, formée dans de grandes écoles, avec une expérience en management dans plusieurs multinationales pendant dix ans, je souhaitais rentrer en Afrique pour exprimer ma créativité. Il me semblait avoir acquis toutes les bases pour monter une entreprise viable ».

 

« Manager des équipes en Afrique, un véritable challenge »

 

La créativité est son principal leitmotiv. Mais avant de l’exprimer dans sa totalité, à travers l’agence de communication globale, Piment bleu, elle a dû s’adapter à son environnement et trouver ses marques. « Quand je suis arrivée en Côte d’Ivoire en 2011, un espoir immense marquait ce pays, considéré comme une terre d’opportunités. Le pays reprenait sa place de moteur dans la sous-région ouest-africaine, après des années de crise. Je pensais que cela serait un bon point de départ pour monter un business », se souvient Penda, avant de nuancer. « Mais je dois reconnaître avoir connu des difficultés d’adaptation au début. Car manager des équipes en Afrique s’est révélé un véritable challenge quand on a été comme moi formée à l’étranger. En Europe ou en Amérique du Nord, la liberté de parole prime. Alors qu’en Afrique, il faut avoir un management paternaliste, avec plusieurs niveaux de validation… Cela m’a effrayée à l’époque. Il fallait prendre en compte un environnement qui m’était étranger ».

Pourtant, Penda s’adapte rapidement et s’affirme. Avec un objectif : « mettre en place une chaîne de valeur fonctionnelle, un vrai défi. » Pour cela, elle innove. « Piment bleu se veut une agence de communication pluri-média, basée sur l’innovation, d’où le nom. L’idée consiste à proposer une perspective nouvelle et ouverte sur le monde, tout en restant fidèle aux codes de la culture africaine. » Cette idée constitue sa recette pour développer une entreprise en Afrique. « Nous sommes aujourd’hui précurseur sur les programmés télévisés dédiés à la bourse en Afrique. Nous avons lancé la première émission télévisée sur la chaîne publique ivoirienne, la RTI, « Flash bourse », une émission quotidienne qui donne les tendances du marché. » Ce programme porte une forte dimension pédagogique. Une tonalité que l’on retrouve dans un autre chantier de Penda : Le Co-Lab, un espace de co-working d’un nouveau genre. « La création de l’agence s’est accompagnée par celle de Co-Lab Abidjan, un lieu d’innovation, avec des espaces de travail en collaboration connectés que nos clients, les co-labeurs, peuvent utiliser de manière très flexible ».

 

Accompagner les jeunes entrepreneurs

 

Surtout, l’intégration de l’agence de communication Piment Bleu à cet espace de co-working crée sa particularité : « L’originalité de Co-Lab est d’appartenir à un grand groupe. Nous sommes à la fois un média pour nos entrepreneurs en herbe et un lieu d’innovation. Le concept ne se résume pas à un espace de travail. Même si l’environnement est conçu avec tous les éléments nécessaires, notre valeur ajoutée réside dans la mixité avec l’agence. L’idée est de permettre aux jeunes entrepreneurs de faire connaitre leur société, à travers un espace partagé avec l’agence et un réseau fourni. Co-Lab se veut une plateforme qui permet aux entrepreneurs d’être au cœur du système».

Et la stimulation semble réciproque : « Notre agence est elle aussi parfaitement intégrée dans la ville, dans son environnement, entourée de jeunes. Je reste convaincue que la communication doit se faire par des jeunes et pour des jeunes. » Cette proximité lui permet de mieux identifier les besoins de ces jeunes entrepreneurs. « Apprendre à pitcher (NDLR : résumer et présenter son projet à des investisseurs potentiels) notamment. Ils ont beaucoup d’idées. Mais, sans doute en raison de la faiblesse du système éducatif, ils peinent à expliquer leur projet. » Les femmes davantage encore, selon elle. « Les femmes africaines, en raison de leur culture, demeurent encore trop réservées, elles manifestent moins de confiance en elle. C’est leur talon d’Achille. Il faut par conséquent leur donner des outils pour gagner en assurance. Grâce à Co-Lab, elles peuvent bénéficier d’un accompagnement. »

 

« La créativité permettra à la jeunesse africaine de se distinguer »

 

Car si Penda Cissé préconise une solide formation, comme composante majeure de tout projet entrepreneurial, sa recette comporte d’autres ingrédients tout aussi importants. « Incontestablement, il faut en premier lieu pousser les études le plus loin possible pour acquérir des qualifications, et ensuite s’enrichir d’une expérience professionnelle de qualité. Très souvent, les femmes évoluent dans l’informel. Il faut les convaincre de rejoindre le secteur formel, quitte à perdre quelques années de revenus. » Dernier conseil : adopter les outils du futur grâce à une expérience professionnelle dans une grande entreprise. « Cela me paraît indispensable pour la suite,  qu’il s’agisse d’être employé ou de se lancer dans l’entrepreneuriat. Mais quelque soit l’option choisie, avoir un moral d’acier est primordial ! » Elle ajoute en guise de conclusion : « Il faut sortir des sentiers battus et innover pour avoir de l’avance sur les autres. La créativité permettra à la jeunesse africaine de se distinguer. L’innovation dans nos pays doit être stimulée chaque jour ».

 

En savoir plus : http://colab.ci/

 

CareerFeatured

Career Penda Cissé « Creativity will allow African youth to distinguish themselves »

Daughter of a diplomat, Penda Cissé travelled all over the world during her childhood. An opening to the world from which she draws her inexhaustible inspiration. After an international experience, she founded, in Africa, Piment Bleu, a global communication agency, and Co-Lab, a co-working space.

By Bilkiss Mentari

 

I spent the first part of my life between Africa, Europe and the Middle East. These successive moves, linked to my father’s diplomatic career, have never been a problem. I like to move, and make things happen. I like the challenge” analyses Penda Cissé.
As proof, after brilliant studies in France, she could have been satisfied with a career in a large company. But the young woman preferred to leave for new adventures. She then moved to Canada, then to New York, where she entered the world of luxury made in France.


Her taste for change brings her back to the continent. “For me, the return to Africa was conditional on entrepreneurship,” she says. “As I was trained in prestigious schools and had management experience in several multinationals for ten years, I wanted to go back to Africa to express my creativity. It seemed to me that I had acquired all the basics to start a viable business.

 

“Team management in Africa, a real challenge”

 

Creativity is its main leitmotiv. But before expressing it in its entirety, through the global communication agency, Piment Bleu, it had to adapt to its environment and find its brands. “When I arrived in Côte d’Ivoire in 2011, there was great hope in this country, which is considered a land of opportunity. The country was once again taking its place as a driving force in the West African sub-region, after years of crisis. I thought it would be a good starting point to start a business,” recalls Penda, before qualifying. “But I must admit that I had difficulty adapting at first. Because managing teams in Africa has proven to be a real challenge when people like me have been trained abroad. In Europe or North America, freedom of speech prevails. While in Africa, you have to have a paternalistic management, with several levels of validation… It frightened me at the time. It was necessary to take into account an environment that was foreign to me.

However, Penda adapts quickly and asserts herself. With one objective: “to set up a functional value chain, a real challenge. “To do this, it innovates.” Piment bleu is a multimedia communication agency based on innovation, hence the name. The idea is to offer a new and open perspective on the world, while remaining faithful to the codes of African culture. “This idea is his recipe for developing a business in Africa. “We are now a pioneer in television programs dedicated to the stock market in Africa. We launched the first television show on the Ivorian public channel, RTI, “Flash bourse”, a daily show that gives market trends. “This programme has a strong pedagogical dimension. A tone that can be found in another Penda construction site: The Co-Lab, a new kind of co-working space. “The creation of the agency was accompanied by the creation of Co-Lab Abidjan, a place of innovation, with connected collaborative workspaces that our clients, the co-labellers, can use in a very flexible way.

 

Supporting young entrepreneurs

 

Above all, the integration of the communication agency Piment Bleu into this co-working space creates its particularity: “Co-Lab’s originality is to belong to a large group. We are both a media for our budding entrepreneurs and a place of innovation. The concept is not just a workspace. Even if the environment is designed with all the necessary elements, our added value lies in the mix with the agency. The idea is to allow young entrepreneurs to make their company known through a space shared with the agency and a network provided. Co-Lab is a platform that allows entrepreneurs to be at the heart of the system.
And the stimulation seems to be reciprocal: “Our agency is also perfectly integrated in the city, in its environment, surrounded by young people. I remain convinced that communication must be done by and for young people.” This proximity allows him to better identify the needs of these young entrepreneurs. “Learning to Pitch” (Editor’s note: summarize and present your project to potential investors) in particular. They have a lot of ideas. But, probably because of the weakness of the education system, they struggle to explain their project. “Women even more so“, she said. “African women, because of their culture, are still too reserved, they show less self-confidence. This is their Achilles’ heel. They must therefore be given the tools to gain confidence. Thanks to Co-Lab, they can have a support.

 

“Creativity will enable African youth to distinguish themselves”

 

While Penda Cissé advocates solid training as a major component of any entrepreneurial project, her recipe contains other equally important ingredients. “Undoubtedly, it is first necessary to push the studies as far as possible to acquire qualifications, and then to enrich oneself with quality professional experience. Very often, women evolve in the informal sector. They must be convinced to join the formal sector, even if it means losing a few years’ income.” Last advice: adopt the tools of the future thanks to professional experience in a large company. “I think this is essential for the future, whether it is to be an employee or to start an entrepreneurship. But whatever option you choose, having a high morale is essential!” She concludes: “You have to think outside the box and innovate to stay ahead of others. Creativity will allow African youth to distinguish themselves. Innovation in our countries must be stimulated every day.