Jovia Kisaakye@DR
A la uneNon classéParcours

Jovia Kisaakye “Sparkle Agro-brands, une solution économique et écologique au paludisme”

Jovia Kisaakye, jeune entrepreneure ougandaise, a lancé Sparkle Agro-brands. Une startup qui transforme le lait avarié en une lotion de soin anti-moustique. Une solution locale à un fléau continental, le paludisme.

Par Lilia Ayari

“J’ai toujours voulu devenir médecin pour aider les enfants comme moi à combattre le paludisme, car c’était le cauchemar de mon enfance.” Jovia Kisaakye a atteint son objectif, mais avec l’entreprenariat. Encore étudiante, la jeune Ougandaise originaire de Wakiso, n’a pas hésité à lancer sa startup Sparkle Agro brands limited, qui transforme le lait avarié en une lotion de soin anti-moustique. Une solution locale pour un problème urgent. Le paludisme est la première cause de mortalité infantile en Afrique. 

Son projet trouve son origine dans l’enfance de la jeune femme actuellement en licence de statistiques commerciales à l’université de Makerere. “Je suis issue du milieu paysan, ma mère pratique l’agriculture et l’élevage du bétail. Depuis mon enfance, ma famille en dépend pour survivre. Nous creusions des fossés pour recueillir l’eau de pluie, mais à la longue, ils se transformaient en lieux de reproduction pour les moustiques. Le paludisme était donc un problème familial chronique. Personnellement, j’étais hospitalisé tous les mois à cause de la malaria. Mon frère a malheureusement perdu la vie à 5 ans à cause de cette même maladie. C’est à ce moment-là que ma famille est passée de l’agriculture à d’autres activités” 

 “À ce jour, Sparkle a vendu plus de 30 000 unités au cours des deux dernières années et nous envisageons d’introduire le produit dans toutes les régions du monde où la malaria est endémique”

@Sparkle Agro-brands

De ce traumatisme, Jovia a tiré une source de motivation. Dès le lycée, elle n’a qu’une obsession : trouver une solution pour lutter contre le paludisme. “Lors d’une exposition sur l’entrepreneuriat au lycée, j’ai rencontré ceux qui sont devenus mes collègues et à qui j’ai parlé de mes idées pour combattre le paludisme. Ensemble, nous avons proposé quelques suggestions de répulsifs ou de sprays anti-moustiques. Un an plus tard, nous avons mis au point une lotion à base de produits laitiers et c’est à ce moment-là que mon rêve s’est réalisé. J’ai rassemblé quelques connaissances sur les ingrédients organiques anti-moustiques que j’ai mélangés à la solution pour en faire la lotion anti-moustiques étincelante. Nous avons ensuite sollicité des chimistes de laboratoires gouvernementaux pour améliorer la qualité de notre produit jusqu’à obtenir la certification par le bureau national des normes.”

“Nous sommes supervisés par des experts en affaires de la Chambre nationale de commerce de l’Ouganda, des experts médicaux dans le domaine de la malaria ainsi qu’un agro-économiste qui est notre chef de projet” 

Ainsi, en 2019, Sparkle Agro brands démarre ses activités. “Le nom vient de l’idée d’ajouter un éclat doux et radieux à la peau des gens, ce qui a donné naissance au nom « Sparkle ». Nous employons actuellement quatre travailleurs à temps plein et huit autres à temps partiel, dont un assistant de production, des agents de vente, des marketeurs et des agriculteurs. Nous sommes supervisés par des experts en affaires de la Chambre nationale de commerce de l’Ouganda, des experts médicaux dans le domaine de la malaria ainsi qu’un agro-économiste qui est notre chef de projet.” Le résultat ne s’est pas fait attendre. “À ce jour, Sparkle a vendu plus de 30 000 unités au cours des deux dernières années et nous envisageons d’introduire le produit dans toutes les régions du monde où la malaria est endémique.”

La lotion est notamment distribuée parmi les communautés de réfugiés et a permis de réduire considérablement les admissions de malaria dans les camps. “Nous avons également vendu des milliers de lotions aux écoles et avons constaté une réduction positive des cas de malaria chez les écoliers.”  

“Nous avons maintenu plus de 50 familles actives dans le secteur laitier et créé des emplois pour les jeunes qui sont nos agents de fabrication et de vente ”

Mieux, tout en apportant une solution économique et écologique au paludisme, le concept permet également de procurer une activité pérenne et rémunératrice aux communautés villageoises qui vivent majoritairement de l’agriculture. “Nous avons recyclé environ 500 000 litres de lait avarié qui provient directement des petits producteurs laitiers. Ce faisant, nous avons maintenu plus de 50 familles actives dans le secteur laitier et créé des emplois pour les jeunes qui sont nos agents de fabrication et de vente, entre autres.”

Désormais, convaincue de l’impact de son concept, la jeune femme est à la recherche de financements pour mener son activité encore plus loin et toucher plus de communautés. 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe