ActualitéParcours

Parcours Aïssa Doumara « La discrimination, telle que je l’ai vécue, m’a poussée à devenir l’activiste que je suis aujourd’hui »

Première lauréate du prix Simone Veil 2019, décerné par Emmanuel Macron à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, le 8 mars, la Camerounaise Aïssa Doumara, est une militante de la première heure. Son combat : les violences faites aux femmes.

Mariée de force à 15 ans, Aïssa Doumara est une survivante. Comme beaucoup d’autres femmes, elle a tiré de sa propre expérience la force pour porter un combat, celui des violences faites aux femmes, dans son pays en premier lieu, le Cameroun, plus largement en Afrique.

« J’ai perdu ma mère quand j’avais 11 ans, et dès que j’ai eu 15 ans, mon père et sa famille ont décidé de me marier à un homme de leur choix, sans mon consentement, confiera-t-elle dans une interview publiée sur le site des Nations-Unies. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je devais faire quelque chose pour moi-même. La discrimination, telle que je l’ai vécue, m’a poussée à devenir l’activiste que je suis aujourd’hui. » Décidée à ne pas rester une victime, Aïssa commence par poursuivre ses études, bravant l’opposition de sa belle famille, avant de s’engager pour les autres femmes.

« Je dédie ce prix à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram »

Cofondatrice d’une antenne de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) à Maroua, dans le nord du Cameroun, elle a reçu, le 8 mars dernier, le premier prix Simone Veil décerné par Emmanuel Macron à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes. « Je dédie ce prix à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram », déclare-t-elle à cette occasion.

Un « engagement de plus de 20 ans au service des femmes, mené dans le silence, parfois l’opprobre »

Aujourd’hui âgée de 47 ans et mère de trois enfants, Aïssa est un « exemple de courage » déclarera le président Emmanuel Macron, lors de la remise du prix. Saluant  son « engagement de plus de 20 ans au service des femmes, mené dans le silence, parfois l’opprobre. Vous vous êtes indignée et vous n’avez pas cédé. C’est un exemple de courage, celui de remettre en cause le poids des héritages. »

Créé par Emmanuel Macron en hommage à l’ancienne ministre, décédée en 2017, le  prix Simone Veil de la République française pour l’égalité femmes-hommes a pour vocation de distinguer chaque année « une personnalité ou un collectif contribuant à faire avancer la cause des femmes dans le monde », explique l’Élysée. Décerné par un jury composé de neuf personnalités engagées dans la lutte pour le droit des femmes, il est doté de 100.000 euros.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe