A la uneActualité

Ouganda : l’économie est sur la voie de la reprise

L’économie ougandaise affiche une hausse de 3,3 % au cours de l’exercice 2020/21. Une reprise de l’économie qui reste tributaire de la gestion de la pandémie qui connait une nouvelle hausse des cas dans le pays. 

L’économie ougandaise est sur une tendance de reprise après avoir fait face aux impacts négatifs de la pandémie COVID-19 en cours. Selon Chris Mukiza, directeur exécutif du Bureau ougandais des statistiques (UBOS), les estimations préliminaires montrent qu’en termes nominaux, la taille de l’économie a augmenté à 148,278 trillions de shillings (environ 42,4 milliards de dollars américains) pour l’exercice 2020/2021, contre 139,711 trillions de shillings (39,9 milliards de dollars) pour l’exercice 2019/20.

En termes de produits intérieurs bruts (PIB), les estimations de l’UBOS montrent que l’économie a progressé de 3,3 % au cours de l’exercice financier actuel par rapport à la croissance révisée du PIB de 3,0 % en 2019/20.

« Le pays se remet des impacts négatifs de la pandémie COVID-19 »

L’expansion, bien que toujours inférieure au taux de croissance annuel potentiel de 6-7 pour cent, suggère que le pays se remet des impacts négatifs de la pandémie COVID-19 qui a frappé le pays en mars de l’année dernière, a déclaré Mukiza.

En termes de performance sectorielle au PIB, les chiffres de l’UBOS montrent que l’agriculture, qui est la source de subsistance de la majorité des Ougandais, a contribué à 23,7 pour cent cette année financière, contre 23,9 pour cent pour l’année financière 2019/20.

La contribution du secteur industriel a augmenté à 27,4 pour cent au cours de l’exercice 2020/21, contre 26,5 pour cent en 2019/20.

La croissance du secteur industriel, selon Mukiza, est attribuée à l’amélioration des performances des activités manufacturières qui ont augmenté de 2,1 pour cent cette année financière, contre 1,3 pour cent l’année précédente.

Le secteur des services a continué à être le plus grand contributeur au PIB bien qu’il ait enregistré un recul en 2020/21 avec une contribution de 41,5 % contre 42,8 % en 2019/20. Selon les experts, ce recul est dû aux restrictions liées à la fermeture de COVID-19.

Le gouvernement, selon le ministère des finances, présentera au milieu du mois son budget national détaillant la manière dont il gérera les impacts négatifs de la pandémie de COVID-19 dans le but de ramener le pays à la croissance prévue de 6 à 7 % par an.

Les chiffres publiés par la banque centrale du pays, la Bank of Uganda, au début de cette année, ont montré que la reprise prévue passera à 4,0-4,5 % et à 6,0-7,0 % pour l’exercice 2021/22, et pour les années suivantes, respectivement.

« Alors que les économies avancées s’attendent à une reprise rapide alimentée par les vaccins, les effets néfastes de la pandémie pourraient persister dans les économies moins développées qui pourraient ne pas recevoir les vaccins rapidement »

L’institution financière a toutefois attribué cette croissance à la rapidité avec laquelle le pays et la région auront accès aux vaccins COVID-19 pour limiter l’impact de la pandémie.

En février, la banque a déclaré qu’alors que les économies avancées s’attendent à une reprise rapide alimentée par les vaccins, les effets néfastes de la pandémie pourraient persister dans les économies moins développées qui pourraient ne pas recevoir les vaccins rapidement. La banque a cité le cas des exportations de l’Ouganda, qui visent en grande partie la région du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, où le déploiement des vaccins risque d’être lent.

Cet effet pourrait être préjudiciable à la reprise de la croissance économique nationale à moyen et long terme, a alors déclaré la banque centrale.

L’Ouganda est actuellement aux prises avec les impacts de la deuxième vague de la pandémie, avec des cas quotidiens confirmés allant jusqu’à 1 000.

Les chiffres du ministère de la santé montrent qu’au 1er juin, le pays comptait 49 759 cas confirmés depuis mars de l’année dernière et 365 décès.

Le ministère de la santé a averti que les établissements de santé du pays se remplissaient rapidement de cas graves de COVID-19.

Le président du pays, Yoweri Museveni, doit s’adresser au pays dimanche pour définir de nouveaux moyens de lutte contre la pandémie.

Les experts économiques ont cependant averti qu’alors que le pays prépare des moyens de lutte contre la pandémie, les restrictions imposées à nouveau risquent de nuire davantage à l’économie.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe