Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneParcours

Good Practice Ouganda Une ONG fabrique des écrans faciaux à partir de plastique recyclé

Paige Balcom, ex-étudiante de Berkeley et Peter Okwoko, un activiste environnemental et communautaire ougandais, sont les cofondateurs de Takataka Plastics, une entreprise sociale basée à Gulu, en Ouganda. Ils recyclent les déchets plastiques en matériaux de construction abordables et, en réponse à la crise du COVID-19, ils ont conçu des écrans faciaux pour les centres médicaux.

 

En 2016, Paige Balcom, étudiante à l’Université de Berkeley, est tombée amoureuse de l’Ouganda. Arrivée à Lukodi, un village à l’extérieur de la ville de Gulu, après avoir décroché une bourse de recherche, elle travaille avec des agriculteurs et une école pour les jeunes filles mères, et s’initie au passage à l’aquaponie. Une communauté, dont beaucoup étaient des victimes de la Lord’s Resistance Army (LRA), un groupe rebelle ougandais dirigé par Joseph Kony, qui, à partir de 1987, a mené une violente campagne de près de 20 ans contre le gouvernement ougandais, avec laquelle elle tissera des liens forts. «J’avais beaucoup appris sur la culture, l’histoire et la richesse de l’Ouganda, je ressentais la chaleur des gens, j’entendais ce qu’ils avaient vécu et cela m’a vraiment frappé fort. Cela m’a donné envie d’aider. »

 

La plus grande découverte de Balcom, cependant, a été les profondes amitiés qu’elle a nouées avec les enseignants et les élèves de l’école. Une caractéristique de la LRA était d’enlever des enfants et de les forcer à travailler comme enfants soldats, porteurs et «épouses» ou esclaves sexuelles pour les combattants de la LRA. Une fois ses travaux effectués, elle rentre dans son pays… avant de revenir en Ouganda, où elle fonde, en janvier dernier, Takataka Plastics, une entreprise sociale à Gulu qui recycle une partie des déchets plastiques qui abondent dans le pays. « L’Ouganda génère 600 tonnes métriques par jour; jusqu’à 50% ne sont pas collectés là-bas, et à Gulu, c’est 80%. »

 

Ainsi, quand la pandémie Covid 19 est arrivée dans la région, Takataka, qui signifie «déchets» en swahili,  composée de cinq membres dont son cofondateur Peter Okwoko, un activiste environnemental et communautaire ougandais, se sont aussitôt mis à la tâche, fabriquant, à partir de plastique recyclé des écrans faciaux destinés aux médecins de Gulu.

 

«Les hôpitaux sont terriblement sous-équipés. La plupart n’ont pas de visières pour leur personnel. Le principal hôpital public de Gulu a un lit d’oxygène, qui ne fonctionne même pas. Il n’a pratiquement aucun équipement de protection individuelle »

 

«Les hôpitaux sont terriblement sous-équipés. La plupart n’ont pas de visières pour leur personnel », a déclaré Balcom. «Le principal hôpital public de Gulu a un lit d’oxygène, qui ne fonctionne même pas. Il n’a pratiquement aucun équipement de protection individuelle; un respirateur N95 est inconnu. Une barre de savon est censée être utilisée pour nettoyer une salle entière pendant une semaine. »

 

Okwoko et Balcom ont étudié les écrans faciaux sur le marché et, avec l’un des deux ingénieurs de Takataka Plastic, ont fabriqué un prototype à la main à partir de plastique recyclé. Il a fallu trois jours pour développer des échantillons à prélever dans une clinique locale pour analyse. « Le médecin a demandé au personnel de porter le prototype pendant une journée et de nous donner des commentaires », a déclaré Balcom. « Ils ont vraiment aimé, et l’un d’eux a dit: « Je n’ai même plus envie de l’enlever. »

 

400 masques fabriqués par jour pour 25 cents seulement chacun

 

Au bout de trois jours, ils ont ajusté la forme du bouclier transparent, qui couvre complètement le visage, l’élargissant pour se débarrasser de l’éblouissement que certains porteurs ont connu. Fabriqué à la main, le masque facial coûte 80 cents, mais avec les commandes provenant des hôpitaux locaux – il y a un hôpital public et plusieurs privés à Gulu – Balcom et Okwoko ont commandé des machines capables d’en fabriquer 400 par jour pour 25 cents seulement chacun.

Ce message est également disponible en : Anglais