A la uneCart Afrik

Opinion : Il est plus que temps d’élargir le département africain du FMI

Fin 2021, le Fonds monétaire international a célébré le 60e anniversaire de son département africain. Ce jalon était une digne célébration du service extraordinairement dévoué des membres du personnel du FMI au fil des ans. Mais en prenant un peu de recul, il est clair que le département qui dirige l’engagement du FMI en Afrique pourrait encore faire plus. La composition divisée des nations au sein du département africain, et certaines des interventions du FMI, reflètent sans doute encore les traces du passé colonial du continent.

Par Thomas Laryea*

Le FMI a été créé en 1945 dans le cadre de l’architecture financière internationale issue de la Seconde Guerre mondiale. Parmi les premiers pays membres du FMI, seuls trois étaient issus du continent africain : l’Égypte, l’Éthiopie et l’Afrique du Sud. Si le Liberia a participé aux délibérations sur la création du FMI, il a d’abord refusé d’y adhérer et n’est revenu sur sa décision qu’en 1962.

Alors pourquoi la participation de l’Afrique était-elle si limitée au moment de la création du FMI ? Une partie de la réponse réside dans le fait que les statuts du FMI contiennent une disposition – l’article XXXI, section 2(g) – qui, à ce jour, stipule que « par leur signature du présent accord, tous les gouvernements l’acceptent en leur nom propre et à l’égard de toutes leurs colonies ».

En conséquence, l’ordre mondial international qui a reflété et soutenu le colonialisme a exclu la plupart des pays africains de l’adhésion au FMI, mais ils étaient soumis aux attributions de l’institution en tant que colonies de ses membres européens. En revanche, l’Inde a été admise comme membre initial du FMI à la fin de 1945, même si le pays a officiellement obtenu son indépendance du Royaume-Uni en 1947.

Nous avons parcouru un long chemin depuis cette époque ouvertement coloniale, mais pas suffisamment. Aujourd’hui, les 190 membres du FMI comprennent tous les pays africains. L’une des raisons qui incitent les pays africains à adhérer au FMI est que cette adhésion est une condition légale internationale pour devenir membre de la Banque mondiale.

Ces deux institutions basées à Washington peuvent, en principe, faire contrepoids à l’héritage de la dépendance coloniale dont les pays africains s’efforcent de s’extraire depuis un siècle. Inversement, le FMI et la Banque mondiale doivent rester vigilants pour ne pas être positionnés comme des instruments perpétuant les héritages coloniaux.

Certains problèmes de composition du FMI ont été résolus en cours de route. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que l’Afrique du Sud a été désignée comme faisant partie du département européen du FMI jusqu’en 1992. Bien sûr, il y avait des arguments techniques et politiques pour que l’institution traite le pays comme s’il faisait partie de l’Europe, même bien après que le FMI ait créé un département africain.

Mais si l’on regarde cela avec les yeux d’aujourd’hui, on constate que cette approche reflétait sans doute certaines des forces de la communauté internationale qui ont protégé le régime d’apartheid en Afrique du Sud de l’intégration économique et raciale avec d’autres parties du continent africain.

Pourtant, le département africain du FMI continue d’exclure les pays d’Afrique du Nord jusqu’au Soudan, qui sont plutôt classés dans le département Moyen-Orient et Asie centrale. La démarcation subsaharienne du département africain est plus que symbolique ; elle peut fausser les statistiques du FMI, les analyses nationales ou régionales et les prescriptions politiques.

Certes, le FMI doit faire des choix dans son organisation interne, mais ces choix sont eux-mêmes éclairés par des considérations stratégiques. Après l’effondrement de l’Union soviétique, la Russie a été acceptée comme membre permanent de l’institution. Et au fil du temps, les nouveaux États d’Europe centrale et orientale qui en sont issus ont demandé à adhérer au FMI.

L’anachronisme de la structure organisationnelle du FMI … résonne avec une mentalité de division et de conquête qui a été une partie indéniable des relations internationales avec l’Afrique.

Le FMI a d’abord réagi en créant un deuxième département européen pour s’engager auprès de ces nouveaux pays membres. Mais le directeur général de l’institution a supprimé cette division en 2003 et rétabli un département européen unique, reconnaissant les avantages d’une approche plus intégrée – d’autant plus que nombre des nouveaux pays membres du FMI étaient candidats à l’adhésion à l’Union européenne.

Depuis la création du département africain – partiel -, des institutions panafricaines d’importance similaire se sont développées, telles que la Banque africaine de développement et l’Union africaine. L’avènement de la zone de libre-échange continentale africaine en 2018 est un autre exemple des efforts déployés pour intégrer les économies du continent. Et pourtant, contrairement à l’Europe, l’Afrique reste divisée au sein du FMI.

Il est vrai que certaines réformes institutionnelles et opérationnelles, autres que l’organisation interne des ressources en personnel, sont importantes pour un engagement efficace du FMI envers l’Afrique. Au cours de la dernière décennie, certaines réformes ont légèrement renforcé la voix des pays africains au sein du FMI.

Par exemple, les modifications apportées aux statuts du FMI ont augmenté le poids des voix de base attribuées à chaque membre, ce qui a légèrement renforcé les droits de vote des pays à petite économie d’Afrique et d’ailleurs. Et la nomination d’administrateurs suppléants supplémentaires pour les groupes de pays comptant de nombreux pays a donné aux pays africains davantage de ressources pour être représentés au conseil d’administration du FMI.

Actuellement, la priorité consistant à canaliser la récente allocation de 650 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux de l’institution vers les pays à faible revenu, y compris ceux d’Afrique, est également bienvenue.

Si bon nombre de ces questions institutionnelles relèvent de la compétence de l’ensemble des membres du FMI, la structure interne des départements relève clairement du pouvoir de décision du directeur général. L’actuelle directrice du FMI, Kristalina Georgieva, a souligné à plusieurs reprises que l’Afrique était une grande priorité. Elle a l’occasion de traduire cette priorité dans la structure organisationnelle du FMI afin de créer une vision plus cohérente de l’Afrique.

L’une de mes préoccupations est que l’anachronisme de la structure organisationnelle du FMI résonne également avec une mentalité de division et de conquête qui fait indéniablement partie des relations internationales avec l’Afrique depuis bien trop longtemps.

Les réponses de politique économique à la pandémie du COVID-19 illustrent cette préoccupation. Le débat politique actuel semble animé à la fois par les manœuvres d’autres gouvernements qui cherchent à exercer une influence sur les pays africains et par l’indifférence à l’égard des intérêts exprimés à plus long terme par les nations africaines.

Par exemple, certains secteurs de la communauté internationale n’ont pas suffisamment accepté la leçon selon laquelle l’Afrique a besoin d’un accès durable à des sources privées de financement pour atteindre ses objectifs de développement. Le « Sommet sur le financement des économies africaines », convoqué par le gouvernement français en mai, en est une illustration déprimante. Les invitations étaient limitées au seul secteur gouvernemental, comme si la finance privée n’avait aucun rôle à jouer dans le développement de l’Afrique.

Aujourd’hui, le FMI peut contribuer à protéger l’Afrique contre l’utilisation abusive de la pandémie du COVID-19 pour ramener le continent dans des dépendances politico-économiques dépassées.

Une conversation récente, dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, entre Mme Georgieva et Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, a placé dans une perspective critique le passé, le présent et l’avenir de l’Afrique, ainsi que ses relations avec les institutions internationales. Cette proposition de réalignement de la structure organisationnelle et de l’orientation stratégique du FMI pour atténuer les divisions artificielles imposées aux nations africaines s’inspire de cette même perspective. Dans les années à venir, nous regarderons probablement en arrière et nous nous demanderons pourquoi il a fallu tant de temps.

*Thomas Laryea est un expert reconnu en droit et en politique de la finance internationale. Il a travaillé auparavant au Fonds monétaire international. En pratique privée, il représente souvent des débiteurs et créanciers souverains dans des affaires liées à la finance et à la restructuration de la dette, notamment l’Argentine, le Belize, le Mozambique, le Suriname, le Soudan et la Gambie. Il est « of counsel » chez Orrick, Herrington & Sutcliffe.

Source : Opinion de la rédaction de Devex.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe