NYFA 2015 : Bilan positif pour le Gabon
ActualitéArchives

NYFA 2015 : Bilan positif pour le Gabon

Devenu l’épicentre des affaires en Afrique Centrale depuis quelques années, le Gabon a conclu d’importants accords économiques lors de la 4e édition du New York Forum Africa (NYFA), laquelle a pris fin dimanche à Libreville. De nombreux analystes parlent d’un bilan positif pour le pays organisateur.

Le Gabon a signé d’importants accords économiques lors de l’édition 2015 du NYFA. Le premier accord a été signé entre le ministre gabonais de l’Economie, Régis Immongault, et la secrétaire d’Etat français, chargé du Développement et de la Francophonie, Annick Girardin, qui agissait pour le compte de l’Agence Française de Développement. Par cet accord, la France débloquera environ 18 millions d’euros en faveur de la lutte contre le braconnage, notamment celui des éléphants, au Gabon. Cet accord qui sera exécuté par l’Agence nationale des parcs nationaux et la direction générale de la Faune et des Aires protégées du Gabon permettra aussi d’intensifier la lutte contre le trafic d’ivoire, ainsi que la réalisation des programmes en faveur des populations menacées par les attaques des éléphants.

Le Gabon bénéficiera également des fruits d’une convention historique signée entre le groupe Olam et le géant américain de fabrication d’engins industriels : Caterpillar. Ce contrat d’un montant de 140 millions de dollars permettra l’achat de 475 bulldozers pour la réalisation du programme agricole GRAINE (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés). Dans le cadre de ce contrat, le groupe Caterpillar s’est engagé à assurer la formation de 25 Gabonais au Maroc et à installer un centre de formation au Gabon dans la zone industrielle de Nkok. La réalisation de ce contrat, selon le gouvernement gabonais, permettra la création de 200 emplois.

Le troisième accord majeur a été signé par le ministre gabonais de l’Enseignement supérieur, Pacôme Moubelet Boubeya, représentant l’Etat gabonais et Larry Simpson, recteur du Berklee Collège of Music, situé à Boston (USA). Cet accord aboutira à la création de l’African Music Institute, une institution panafricaine d’enseignement et de production destinée à valoriser les différents talents africains dans l’industrie du divertissement et des produits culturels. Le futur établissement panafricain sera érigé au quartier la sablière à Libreville. Il abritera des espaces d’études et de répétition, une salle de spectacle et de concert, un musé, un conservatoire de danse ainsi qu’un studio d’enregistrement aux standards internationaux.

A l’occasion de cette 4e édition du New York Forum Africa, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a procédé au lancement officiel du Fonds francophone pour l’innovation numérique. Ce fonds permettra la mise en place des projets novateurs dans le secteur de l’économie numérique, en faveur des jeunes et des femmes dans 5 pays de l’espace francophone. Notamment le Sénégal, Le Maroc, Haïti, le Bénin et le Gabon.

Le NYFA appelé à devenir « Libreville Africa Forum » dès l’édition 2016 programmée au mois de juin, ambitionne catalyser le développement durable et intégral du continent en permettant, d’années en années, des rencontres directes de haut niveau entre les opérateurs économiques d’horizons divers et un lieu privilégié de conseils et d’encadrement des jeunes porteurs de projets.


 

Par Pierre Eric Mbog Bataasi