Noureddine Mouaddib
ActualitéArchives

Noureddine Mouaddib : « Créer un réseau d’universités en Afrique »

Noureddine Mouaddib, PDG de l’Université Internationale de Rabat, l’une des premières universités du Maroc, a annoncé à Casablanca, vendredi 3 avril 2015, à l’occasion du Hub Africa, 3e salon des investisseurs et des entrepreneurs en Afrique, son intention de créer un fonds d’investissement de 8 milliards de dirhams pour financer un réseau africain d’universités.

En quoi consiste le fonds d’investissements que vous avez l’intention de créer ?

Nous prévoyons de créer un fonds d’investissement de près de 8 milliards de dirhams (un million de dollars) en nous associant avec des Banques de développement assez importantes pour créer dans certains pays d’Afrique subsaharienne des écoles et des universités, d’ici au maximum un an et demi. La Banque mondiale nous accompagne. Ces fonds seront disponibles à condition que les Etats développent des outils de financement des études en s’associant avec des partenaires, des banques internationales de développement.

 

Quelle est votre stratégie africaine ?

Nous voulons dupliquer notre modèle. J’ai fondé l’UIR en 2010 suite à un constat fait 6 ans plus tôt : 52 000 Marocains étudiaient à l’étranger tandis que les étudiants les plus modestes avaient de plus en plus du mal à obtenir un visa. Ma volonté a été de ramener les connaissances que les Marocains venaient chercher en Europe sur le continent. Aujourd’hui, il s’agit de créer un réseau africain d’universités. Notre but est de créer un espace de mobilité africain.

 

Combien l’UIR compte-elle aujourd’hui d’étudiants subsahariens ?

A l’UIR, nous avons pour objectif de réunir 15 à 20% d’étudiants originaires d’Afrique subsaharienne. Aujourd’hui, nous en comptons une cinquantaine dont l’essentiel sont des boursiers, c’est-à-dire que la scolarité leur est offerte par l’UIR. Nous voulons d’abord consolider l’UIR avant de réaliser une véritable campagne de recrutement. Dès qu’un étudiant est accepté à l’université, nous le suivons et nous pouvons l’aider dans ses démarches, notamment d’obtention de visa.

 


 Par Julie Chaudier

 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe