En Bref

Nigeria: 30 000 personnes fuient la ville de Rann pour échapper à Boko Haram

Pour échapper aux tueries menées régulièrement par Boko Haram, 30 000 personnes ont fui la ville du nord-est du Nigeria, Rann, désormais sous le contrôle du groupe terroriste. «  Toute la population semble paniquée et a pris la fuite pour tenter d’échapper à la mort en l’espace de 48 heures », a déclaré mardi 29 janvier le porte-parole du Haut Commissariat des Réfugiés, Babar Baloch, au cours d’un point presse à Genève. La localité de Rann est située à la frontière avec le Cameroun, qui lutte également contre le groupe terroriste dans l’extrême-nord de son territoire. Cet exode soudain a été déclenché par le retrait dimanche des troupes camerounaises, qui y avaient été déployées après l’attaque du 14 janvier, qui avait fait 14 morts. L’organisation terroriste avait pris le dessus contre une base de l’armée, puis incendié la ville, où étaient réfugiés plus de 35000 déplacés. A son arrivée au pouvoir, le président nigérian Muhammadu Buhari avait promis d’éradiquer définitivement Boko Haram. En vain. L’insurrection armée, qui sévit dans le nord du pays, est toujours aussi meurtrière.