Le dossier du mois

Muhammadu Buhari « Nous pouvons faire du Commonwealth une véritable puissance mondiale »

Pourquoi nos 54 pays ne se donneraient-ils pas mutuellement du poids dans les instances internationales, en renforçant notre influence comme le fait l’UE ?

Par Muhammadu Buhari*

Que devient le Commonwealth si l’un de ses 15 membres qui n’est pas une république rejoint les 39 autres qui le sont ? La Jamaïque envisageant une telle démarche, cette question est posée. Mais elle est déplacée : le Commonwealth moderne a été constitué en 1949 spécifiquement pour accueillir une république – l’Inde nouvellement indépendante – précisément après un tel changement constitutionnel. 

Néanmoins, il est juste de débattre de l’avenir du Commonwealth. Bien qu’il soit parfaitement viable sous sa forme actuelle, ce serait rendre un mauvais service à ses membres que de considérer les niveaux actuels de coopération comme la limite de nos aspirations.

« Nous devrions travailler plus étroitement sur l’interopérabilité de la défense et le soutien mutuel dans la lutte contre le terrorisme mondial – désormais centré sur l’Afrique, et qui menace de nouvelles vagues de réfugiés en Occident »

Pour commencer, nous devrions nous efforcer de réduire les barrières commerciales, étant donné l’unité que nous avons presque tous grâce à la langue anglaise, à la jurisprudence et aux systèmes éducatifs. Nous pourrions envisager de nous regrouper plus facilement dans des forums intergouvernementaux tels que les Nations unies afin d’obtenir des résultats pour un membre individuellement ou pour tous collectivement. Nous devrions travailler plus étroitement sur l’interopérabilité de la défense et le soutien mutuel dans la lutte contre le terrorisme mondial – désormais centré sur l’Afrique, et qui menace de nouvelles vagues de réfugiés en Occident.

Certains invoqueront des facteurs tels que l’appartenance des pays du Commonwealth à des blocs commerciaux régionaux, les scrutins des Nations unies où les membres votent dans des sens opposés et le manque de compatibilité militaire pour prouver qu’une coopération plus étroite est impossible. Il est possible de prouver que ces personnes ont tort – mais seulement si nous essayons de le faire.

La prochaine réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM), en juin prochain, devrait être un moment où le potentiel de notre club est réimaginé. Cet organe décisionnel de haut niveau, qui se réunit deux fois par an, est accueilli par le Rwanda : une république, rien de moins, et une bonne idée, puisque le plus grand contingent de pays du Commonwealth est africain.

La question de savoir comment le Brexit continuera à nous affecter tous ne sera pas loin de l’ordre du jour officiel.

Déjà, le tarif mondial du Royaume-Uni (UKGT) a réduit, supprimé ou simplifié les taxes sur des milliers de produits importés, ce qui constitue une étape importante dans la reconfiguration du commerce du Commonwealth. Lorsque la plus grande économie du club était incapable de pratiquer le libre-échange qu’elle a longtemps prôné, les autres n’étaient guère incités à abaisser les barrières. L’association au sein de leurs propres blocs commerciaux n’est pas prohibitive. Les membres peuvent encore faire beaucoup plus à l’intérieur de leurs cadres respectifs.

« un accord potentiel avec la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), appelée à devenir la plus grande zone de libre-échange du monde, annonce la plus grande opportunité »

Un certain nombre de membres africains du Commonwealth ont désormais signé des accords commerciaux par produit avec le Royaume-Uni. Mais un accord potentiel avec la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), appelée à devenir la plus grande zone de libre-échange du monde, annonce la plus grande opportunité.

Le Royaume-Uni a signé l’année dernière le premier protocole d’accord au monde avec ce bloc naissant. Un futur accord garantirait un libre-échange simultané avec dix-neuf membres africains du Commonwealth, représentant collectivement la majorité du PIB de l’Afrique. Cet accord présagerait probablement d’autres accords entre la ZLECAf et d’autres membres, ouvrant davantage le commerce intra-Commonwealth.

Le commerce pourrait s’accompagner d’une plus grande coopération en matière de défense. Les membres africains du Commonwealth sont actifs sur de nombreux théâtres à travers le continent, qu’il s’agisse de combattre les militants affiliés à ISIS dans la région du Sahel à l’ouest, dans la Corne de l’Afrique à l’est ou au Mozambique au sud. Les armes et les équipements défensifs font partie de la solution.

Il n’y a aucune raison pour que l’un des principaux fabricants militaires du monde ne vende pas plus largement à notre association lorsqu’il s’agit d’un groupe d’alliés. Lorsque la Grande-Bretagne ne le fait pas, elle doit chercher ailleurs. Aujourd’hui, nous avons une mosaïque de systèmes incompatibles. Or, notamment en Afrique, où les membres se retrouvent sur les mêmes missions, l’interopérabilité aurait un impact matériel sur le terrain.

« Et en diplomatie, lorsque les liens commerciaux et de défense se resserrent, les intérêts géopolitiques se rapprochent également »

Et en diplomatie, lorsque les liens commerciaux et de défense se resserrent, les intérêts géopolitiques se rapprochent également. Les 27 membres de l’UE ont tendance à se soutenir mutuellement, par exemple lors des votes à l’ONU. Pourquoi les 54 partenaires du Commonwealth ne s’organiseraient-ils pas de la même manière, en se soutenant mutuellement dans ces organes et en exerçant une plus grande influence ?

Lors de la CHOGM, ces nouvelles opportunités peuvent être saisies. Ce qui nous retient n’est que la limite de notre ambition. À ceux qui disent que c’est impossible, je réponds que nous ne le saurons jamais tant que nous n’aurons pas essayé.

*Muhammadu Buhari est le président de la République fédérale du Nigeria.

Le Commonwealth, Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM), Nigeria, Muhammadu Buhari, Brexit, Boris Johnson

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe