A la uneL'editorial

Muhammadu Buhari « Nous payons littéralement le prix des politiques que d’autres poursuivent. Cela doit changer »

S’exprimant sur le changement climatique, la guerre russo-ukrainienne et la nécessité d’élections crédibles, le président Muhammadu Buhari, a appelé les dirigeants mondiaux à rester déterminés à assurer le développement durable, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGA77).

Lire la suite

Monsieur le Président, Messieurs les
Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Monsieur le Secrétaire général,
Distingués délégués,
Mesdames et Messieurs,
Monsieur le Président,

Au nom du gouvernement et du peuple nigérians, je vous félicite pour votre élection bien méritée à la présidence de la 77e session de cette Assemblée d’août. Je vous assure du plein soutien et de la coopération de la délégation nigériane pendant votre mandat.

Je félicite votre prédécesseur, SEM Abdullah Shahid, pour les nombreuses réalisations remarquables de l’Assemblée générale sous sa direction en ces temps difficiles.

Puis-je également féliciter le Secrétaire général, M. Antonio Guterres, pour ses efforts incessants et inlassables en faveur de la paix, de la sécurité et du développement, tout à fait dans le droit fil de son rôle exalté.

Monsieur le Président, la première fois que j’aurais pu m’adresser à cette Assemblée du mois d’août, c’était en 1984, alors que j’étais chef d’État militaire de la République fédérale du Nigéria. Trente et un ans plus tard, j’ai eu le grand privilège de m’adresser personnellement à l’Assemblée en 2015, en tant que Président démocratiquement élu de mon pays. Alors que j’approche de la fin de mon deuxième et dernier mandat de quatre ans, je me rappelle combien de choses ont changé au Nigeria, en Afrique et dans le monde, et pourtant, combien de défis subsistent.

Nous sommes maintenant plus durement éprouvés par ces défis mondiaux persistants et nouveaux, parmi lesquels figurent les conflits de plus en plus dirigés par des acteurs non étatiques, la prolifération des armes légères et de petit calibre, le terrorisme, l’extrémisme violent, l’utilisation malveillante de la technologie, le changement climatique, les la migration et les disparités dans les possibilités d’amélioration du niveau de vie.

Malgré l’environnement international difficile, l’ONU a prouvé qu’elle peut être forte lorsque la volonté de ses membres est mobilisée pour une action collective positive. Les principes directeurs de cette institution extraordinaire sont la promotion de la paix et de la sécurité, du développement et des droits de l’homme. Le dernier d’une série d’événements remettant en question ces principes est le conflit en Ukraine, qui a déjà créé des tensions qui sont peut-être sans précédent depuis une génération.

Un tel conflit aura des conséquences néfastes pour nous tous, entravant notre capacité à travailler ensemble pour résoudre des conflits ailleurs, notamment en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. En effet, la guerre en cours en Ukraine rend plus difficile la résolution des problèmes récurrents qui figurent chaque année dans les délibérations de cette Assemblée, tels que le désarmement nucléaire, le droit des réfugiés rohingyas de retourner dans leurs foyers au Myanmar, et le droit des Palestiniens ‘ aspirations légitimes à devenir un État et à réduire les inégalités au sein des nations et entre elles.

Le danger d’escalade de la guerre en Ukraine justifie en outre les appels résolus du Nigéria à un monde sans nucléaire et à un traité universel sur le commerce des armes, qui sont également des mesures nécessaires pour prévenir les catastrophes humaines mondiales. À cet égard, nous devons trouver des moyens rapides pour parvenir à un consensus sur le traité de non-prolifération nucléaire avec les engagements connexes des États dotés d’armes nucléaires.

Je reste fermement convaincu que les défis qui ont été si fortement mis en évidence ces dernières années et ces derniers mois soulignent l’appel du Nigeria et de nombreux autres États membres à la réforme du Conseil de sécurité et d’autres agences des Nations Unies. Nous avons besoin de structures plus efficaces et plus représentatives pour répondre aux demandes d’aujourd’hui qui ont depuis dépassé un système conçu pour le monde très différent qui prévalait lors de sa fondation en 1945. Le changement se fait attendre depuis longtemps.

Monsieur le Président, c’est la première réunion que nous tenons ici à New York sans les restrictions qui ont caractérisé ces trois dernières années. La pandémie de COVID-19 a traversé les frontières nationales comme un tourbillon toxique, laissant dans son sillage un héritage de douleur et de perte.

Heureusement, nous avons également été témoins d’un niveau incroyable d’innovation et de créativité de la part de ceux qui ont conçu des traitements et des vaccins. Ces réalisations louables ont été étayées par des partenariats et une coopération internationale. Nous avons également vu la bravoure, les soins et l’endurance des professionnels de la santé aux quatre coins du monde.

Je suis heureux de constater qu’au Nigéria, nos agences de santé ont pu former une gestion locale efficace et noué des partenariats internationaux avec des initiatives multinationales comme COVAX et des groupes privés comme la Fondation Bill et Melinda Gates. Ces efforts ont permis d’atténuer l’impact de la pandémie et nous ont heureusement épargné les images d’hôpitaux débordés, de personnel soignant débordé et de mortalité élevée que nous avons malheureusement vues ailleurs.

Avec le COVID-19, nous avons vu très clairement comment les États tentaient de relever le défi d’une menace qui ne pouvait être contenue à l’intérieur des frontières nationales. Les résultats ont été mitigés; mais au mieux, la coopération entre les parties prenantes était exceptionnelle. Il a facilité des solutions qui ont sauvé d’innombrables vies et allégé l’énorme fardeau de la souffrance humaine.

Ce même thème de l’unilatéralisme et de la promotion de l’intérêt national en concurrence avec la cause commune face à une menace existentielle a été notre expérience récurrente ces derniers temps. Dans chacune des allocutions que j’ai prononcées devant cette auguste Assemblée, j’ai insisté sur la question du changement climatique, d’autant plus qu’il alimente les conflits et complique la sécurité alimentaire.

Le changement climatique réduit les opportunités et la prospérité qui, en Afrique, en Amérique latine et dans certaines régions d’Asie, contribuent également à la criminalité transnationale organisée.

Dans le cadre des efforts déployés par le Nigéria pour atteindre son aspiration mondiale à zéro net, l’administration actuelle a adopté l’année dernière une stratégie nationale sur le changement climatique qui vise à atténuer le changement climatique de manière durable.

Les mesures que nous avons prises au niveau national exigent également la justice climatique. L’Afrique et les autres pays en développement ne produisent qu’une petite proportion des émissions de gaz à effet de serre, par rapport aux économies industrielles. Pourtant, nous sommes les plus durement touchés par les conséquences du changement climatique, comme en témoignent les sécheresses prolongées en Somalie et les inondations d’une gravité sans précédent au Pakistan.

Ces phénomènes et d’autres liés au climat deviennent malheureusement monnaie courante dans les pays en développement. En fait, nous payons littéralement le prix des politiques que d’autres poursuivent. Cela doit changer.

Lors de la COP26 à Glasgow l’année dernière, j’ai dit que le Nigeria ne demandait pas la permission de commettre les mêmes erreurs que d’autres ont commises en créant l’urgence climatique.

Heureusement, nous savons maintenant ce que nous pouvons faire pour atténuer les effets de la crise climatique et le défi énergétique qui en découle. Dans un premier temps, nous devons tous nous engager à débloquer le financement et la technologie pour créer un cadre stable et abordable pour la transition énergétique.

Les institutions financières de développement doivent accorder la priorité aux projets énergétiques réduisant les risques afin d’améliorer l’accès des projets renouvelables aux facilités de crédit. Aucun pays ne devrait être « laissé pour compte » dans cette équation.

La flambée des prix de l’énergie dans le monde est, en partie, le produit de conflits et de perturbations de l’approvisionnement en Europe et dans les Amériques. Pourtant, nous en payons tous le prix. Nous espérons donc que cette UNGA 77 et la prochaine COP27 contribueront à galvaniser la volonté politique nécessaire pour conduire l’action vers la réalisation des diverses initiatives existantes en matière de changement climatique.

Une autre caractéristique de la dernière décennie a été le partenariat croissant entre les États et les acteurs non étatiques de plus en plus influents. Il fut un temps où l’événement le plus important de cette Assemblée était le discours des dirigeants les plus puissants du monde. Désormais, un tweet ou une publication Instagram d’un influenceur sur des questions sociales ou environnementales peut avoir un impact plus important.

La technologie nous offre des opportunités presque illimitées et dépasse parfois l’imagination des régulateurs et des législateurs. Au mieux, les médias sociaux contribuent à renforcer les fondements de notre société et nos valeurs communes. Au pire, c’est une version numérique corrosive de la foule, hérissée d’intolérance et de division.

Lorsque j’ai commencé mon mandat de président en 2015, des distinctions ont été établies entre l’expérience des pays les plus pauvres et ceux apparemment mieux à même de gérer l’avalanche d’informations non filtrées. Le Nigéria a eu de nombreuses expériences peu recommandables avec des discours de haine et une désinformation qui divise. De plus en plus, nous constatons également que de nombreux pays sont confrontés au même défi. De toute évidence, les données ne connaissent pas non plus de frontières.

Face à ces défis, nous devons également nous unir pour défendre la liberté d’expression, tout en défendant d’autres valeurs qui nous sont chères. Nous devons continuer à travailler pour une norme commune qui équilibre les droits avec les responsabilités pour protéger les plus vulnérables contre les préjudices et aider à renforcer et enrichir les communautés.

Les efforts visant à protéger les communautés du fléau de la désinformation et de la mésinformation doivent également s’accompagner d’efforts visant à réduire les inégalités et à redonner espoir à nos communautés les plus pauvres et les plus vulnérables afin d’endiguer les nombreux facteurs de conflit socio-économique auxquels nous sommes confrontés.

Malgré nos efforts, les crises humanitaires continueront de ravager certaines de nos communautés. Le Nigéria implore donc nos partenaires mondiaux de faire davantage pour compléter nos efforts.

En effet, les défis multiformes auxquels sont confrontés la plupart des pays en développement ont entravé de manière débilitante leur espace budgétaire. Cela appelle également la nécessité de s’attaquer au fardeau d’une dette extérieure insoutenable par un engagement mondial en faveur de l’expansion et de l’extension de l’Initiative de suspension du service de la dette aux pays confrontés à des problèmes budgétaires et de liquidité, ainsi qu’à une annulation pure et simple pour les pays confrontés aux problèmes les plus graves.

Monsieur le Président, Excellences, Distingués Délégués,

La démocratie est une idée qui traverse le temps et les frontières. Certes, la démocratie a ses limites. Les rouages ​​de la démocratie tournent lentement. Elle peut exiger des compromis qui diluent les décisions. Parfois, il se plie trop aux intérêts particuliers qui exercent une influence, pas toujours pour le bien général, d’une manière disproportionnée à leur nombre. Mais d’après mon expérience, une culture démocratique donne à un gouvernement la légitimité dont il a besoin pour apporter des changements positifs.

Au Nigeria, non seulement nous avons travaillé pour renforcer notre démocratie, mais nous l’avons soutenue et promu l’État de droit dans notre sous-région. En Gambie, nous avons contribué à garantir la première transition démocratique depuis l’indépendance. En Guinée-Bissau, nous nous sommes tenus aux côtés du gouvernement démocratiquement élu lorsqu’il a fait face à une mutinerie. Et en République du Tchad, suite au décès tragique de son président, feu Idris Deby Itno sur le champ de bataille, nous nous sommes associés à ses autres voisins et partenaires internationaux pour stabiliser le pays et favoriser la transition pacifique vers la démocratie, un processus qui est en cours.

Nous croyons au caractère sacré des limites constitutionnelles des mandats et nous y avons fermement adhéré au Nigéria. Nous avons vu l’impact corrosif sur les valeurs lorsque des dirigeants ailleurs cherchent à changer les règles pour rester au pouvoir. En effet, nous préparons maintenant les élections générales au Nigeria en février prochain. Lors de la 78e UNGA, il y aura un nouveau visage sur ce podium parlant pour le Nigeria.

Le nôtre est un vaste pays renforcé par sa diversité et ses valeurs communes de travail acharné, de foi durable et de sens de la communauté. Nous avons beaucoup investi pour renforcer notre cadre pour des élections libres et équitables. Je remercie nos partenaires pour tout le soutien qu’ils ont apporté à nos institutions électorales.

En tant que président, je me suis fixé comme objectif que l’un des héritages durables que je voudrais laisser est d’ancrer un processus d’élections libres, équitables, transparentes et crédibles par lesquelles les Nigérians élisent les dirigeants de leur choix.

Monsieur le Président,

Les multiples défis auxquels nous sommes confrontés sont véritablement interconnectés et urgents, et votre choix du thème de cette session, « Un moment décisif : des solutions transformatrices à des défis interdépendants », est tout à fait approprié. Conformément à nos obligations en tant qu’États membres de cette noble Organisation, nous devons tous faire tout notre possible pour travailler avec vous à leur résolution. A cet égard, je réaffirme la coopération entière et résolue de ma délégation.

Permettez-moi de transmettre ma dernière réflexion depuis ce célèbre podium. Nous vivons une époque extraordinaire avec des défis interdépendants mais d’énormes opportunités. Le rythme du changement peut sembler déconcertant, avec parfois un sentiment palpable et troublant d’incertitude quant à notre avenir. Mais si mes années de service public m’ont appris quelque chose, c’est qu’il faut rester fidèle à ces valeurs qui perdurent. Celles-ci incluent, mais sans s’y limiter, des valeurs telles que la justice, l’honneur, l’intégrité, l’effort incessant et le partenariat au sein des nations et entre elles.

Nos moments les plus forts ont toujours été lorsque nous restons fidèles aux principes fondamentaux de tolérance, de communauté et d’engagement constant envers la paix et la bonne volonté envers tous.

Je vous remercie tous.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe