ActualitéArchives

MCA Bénin : Proposer de nouvelles solutions énergétiques

Dans l’espoir de trouver des solutions pour pallier aux problèmes de production et de distribution d’énergie électrique du pays, l’UCF / MCA Bénin présentait ses différents plans d’action élaborés avec le MCC appartenant au gouvernement américain lors d’une réunion à la CCI de Paris, ce jeudi 26 février 2015. L’UCF / MCA Bénin appelait les potentiels investisseurs, ONG, fournisseurs, entreprises… à proposer leurs idées d’énergie renouvelable hors réseau.

Le Bénin connaît un énorme déficit en matière d’énergie électrique. Aujourd’hui, seulement un tiers de la population du pays, qui compte 10 millions d’habitants, a accès à l’énergie électrique. Les plus touchés par ce phénomène sont les personnes vivant en zones rurales. « Plus de la moitié des citadins ont accès à l’électricité, alors que 4,5 % des habitants ruraux y ont accès. La consommation d’électricité au Bénin est inférieure à la moyenne des pays africains à faibles revenus, qui est de 110 kwh/habitant et par an, environ 0,01% de la moyenne pour les pays à revenus intermédiaires », précise Gabriel Degbegni, coordinateur UCF / MCA-Bénin (Unité de Coordination de la Formulation). En vue d’accroitre l’autonomie du pays dans le domaine de l’approvisionnement en énergie électrique, le gouvernement du Bénin souhaite trouver des solutions. C’est une raison qui a amené le Millenium Challenge Corporation associé à l’ UCF /MCA Bénin, à présenter leur second programme portant sur le secteur de l’énergie électrique du Bénin.

Cette réunion s’est déroulée à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, le 26 février 2015. Rappelons que le Bénin a déjà bénéficié de l’appui du MCC (Milénium Challenge Corporation) de 2006 à 2011 pour un 1er programme portant sur le foncier, la justice, le port de Cotonou… Le 10 décembre 2014, il est à nouveau sélectionné par le MCC pour un second programme portant essentiellement sur les questions d’énergies propres. La signature de ce compact, qui a coûté 300 millions de dollars, est prévue pour août 2015 et son entrée en vigueur se fera en 2016. En attendant ces deux dates importantes, l’UCF /MCA Bénin a dévoilé ses différents plans d’actions pour parvenir à développer l’énergie électrique dans son pays. Il a également appelé les potentiels investisseurs français et ceux issus de la diaspora à y contribuer en proposant des solutions.

Des difficultés dans la production et la distribution d’énergie électrique

Les pénuries d’énergies électriques dont souffre le Bénin sont essentiellement attribuées à l’accroissement de la population qui a doublé en une vingtaine d’années, mais aussi au « boom économique » qu’a connu le pays dans les années 90. Actuellement, le Bénin importe ses ressources électriques par le biais d’une société commune du Bénin, du Togo, du Ghana et du Nigeria : la CEB (Communauté Electrique du Bénin). Celle-ci est responsable du transport et de la production. Autrement, le Bénin dépend de la Société Béninoise d’Energie Electrique, (SBEE), distribuant l’énergie sur le plan national. « Ces sources sont toutefois loin d’être suffisantes. En 2012, 99% de l’énergie électrique distribuée à travers le réseau électrique national, soit 1065,4 GWh, a été importée principalement du Nigeria, tandis que 1%, soit (8,34 GWh), a été produit par les installations propres,  à savoir les centrales thermiques de la SBEE », précise Grégoire Zinsou, Assistant Coordinateur National chargé du suivi du second programme de l’UCF /MCA Bénin. Le pays enregistre également un niveau élevé de pertes techniques et commerciales sur le réseau de distribution qui est de l’ordre de -22 %. La qualité des services est jugée médiocre, le coût des services électriques très élevés, d’importantes coupures et retards dans la livraison électrique sont également signalés à travers le pays.

Différents points à améliorer

Afin de renforcer la capacité nationale de production d’électricité et accroître l’autonomie du Bénin dans son approvisionnement énergétique, l’UFC / MCA-Bénin a présenté plusieurs axes pour mener un travail efficace. Le premier concerne les domaines d’intervention. « L’un des objectifs fixés est d’améliorer la gouvernance et l’appui à la gestion technique, commerciale, financière tout en renforçant les capacités de production et en permettant une maintenance efficace des infrastructures de la SBEE », indique Samuel O. Batcho, Coordonnateur National UCF / MCA-Bénin. Améliorer la distribution en modernisant et en renforçant le réseau urbain tout en réduisant les pertes techniques et commerciales fait aussi partie de ce plan. Par ailleurs, en vue d’améliorer le cadre institutionnel, plusieurs réformes ont été proposées comme la mise en place d’une autorité de régulation du secteur, l’élaboration d’un cadre approprié aux IPP et enfin renforcer les capacités des acteurs. Pour être réalisable, ce programme doit bénéficier d’un taux de rendement supérieur à 10% et être mis en œuvre en moins de cinq ans. L’UCF MCA / Bénin a instauré en tout six réformes pour la production et la distribution des énergies électriques. La première consiste à établir un nouveau code du domaine électrique au Bénin, mais aussi avec le Togo. La seconde prévoit l’adoption de différents plans permettant de payer les arriérés des institutions publiques, de constituer des provisions suffisantes pour payer les factures de celles-ci. La troisième réforme porte sur la régulation et la définition des tarifs. « Le manque d’électricité au Bénin pousse les habitants à utiliser des groupes électrogènes très coûteux. Aujourd’hui, les prix moyens du kW sont très variables, les populations peuvent payer entre 150 – 200 FCFA, allant même parfois, jusqu’à 700 FCFA dans certaines régions. Le gouvernement souhaite fixer à 73 FCFA le prix du kW, provenant des productions solaires photovoltaïques », déclare Samuel O. Batcho, Coordonateur National UCF / MCA Bénin. La quatrième réforme concerne les différents modes de production d’électricité. La cinquième prévoit la constitution de normes et de standards afin d’améliorer l’efficacité énergétique. Et enfin, la sixième permettra de consolider les actions de la SBEE.

Des appels à idées de projets pour développer des énergies propres

Le dernier axe traité lors de cette réunion, avait pour objet de définir les appels à idées de projets pour mettre en place et développer des énergies renouvelables au Bénin. « MCC et l’UCF / MCA Bénin invitent les entreprises et organisations intéressées, de par le monde, à fournir des informations sûres de potentiels projets pouvant accroître l’accès à l’électricité renouvelable hors réseau SBEE », indique Grégoire Zinsou, Assistant Coordonnateur National chargé du suivi du second programme de l’UCF / MCA Bénin. Afin d’appuyer les propositions de projets et d’améliorer la compétitivité des entreprises béninoises, un Fond à frais partagés, (FAFP) est prévu. Il permettra de soutenir les idées retenues en apportant des fonds à hauteur de 100 000 dollars et n’excédant pas les 5 millions. Il intervient aussi dans les domaines des études, du conseil, de la sensibilisation… Pour être éligibles, les projets doivent aller en direction des infrastructures publiques, tels que les hôpitaux, les tribunaux, les écoles, les ports mais aussi être destinés à la population. Les groupes industriels, les ONG, les sociétés commerciales, les fournisseurs présents lors de cette réunion, ont pu exposer leurs interrogations, mais aussi soumettre quelques idées comme celles de l’utilisation de systèmes des eaux usées, ou encore celles liées aux hydroliennes fluviales et maritimes. Après réflexion, ils pourront soumettre des idées de méthodes respectueuses de l’environnement et permettant aux utilisateurs de réaliser des économies en matière énergétique. La date limite des soumissions d’idées est prévue le 13 mars 2015, à 17 heures, sous forme électronique uniquement. Un délai certes court mais qui permettra, peut-être, de concrétiser de grands projets.

Contact : ffpmca2@ufc.bj


Par Darine Habchi