Actualité

Maroc Moroccan Start-up Ecosystem Catalysts (MSEC), construire un écosystème start-ups de niveau international

A l’échelle africaine, les startups ont réussi à drainer, en 2018, plus d’$1 milliard d’investissement de la part d’acteurs internationaux du capital-risque, ce qui démontre leur impact économique et sociétal. Encore fallait-il leur fournir un écosystème adapté à leur besoin. L’initiative a été prise au Maroc où les acteurs clés de l’accompagnement à la start-up se sont fédérés pour promouvoir l’émergence d’un écosystème d’innovation performant.

La start-up suscite un intérêt croissant au Maroc depuis trois ans, que ce soit de la part des institutions publiques, des organisations internationales ou des entreprises. Aujourd’hui, le pays a l’ambition de construire un écosystème start-ups de niveau international et les structures d’accompagnement sont un maillon essentiel pour atteindre cet objectif. En France, par exemple, 200 millions d’euros ont été injectés au niveau des incubateurs et accélérateurs pour permettre au pays de se positionner sur la scène start-up internationale.

Dans ce contexte, l’association Moroccan Start-up Ecosystem Catalysts (MSEC) a pour objectif de porter les enjeux communs de l’écosystème start-up marocain, et en particulier de défendre les intérêts des start-ups. Elle œuvrera également à la promotion de standards professionnels et éthiques au sein de l’écosystème. 

Créée à l’initiative d’Enactus, Espace Bidaya, H7, IMPACT Lab, New Work Lab, Réseau Entreprendre Maroc et Start-up Maroc, l’association MSEC réunit l’ensemble des structures d’accompagnement labellisées par la Caisse Centrale de Garantie, ainsi que les structures œuvrant depuis plus de quatre ans dans le soutien à la start-up au Maroc. 

Dans le cadre de son action, l’association MSEC capitalisera en particulier sur l’expérience de son conseil d’administration qui cumule plus de 40 années d’engagement dans l’écosystème de l’entrepreneuriat innovant au Maroc, avec près de 800 start-ups accompagnées. De ce fait, elle sera l’interlocuteur clé des institutions publiques et des organisations nationales ou internationales sur l’ensemble des initiatives portant sur l’entrepreneuriat innovant.