ArchivesLe dossier du mois

Mali : Faible impact de la baisse du prix du pétrole

Le coût des hydrocarbures a connu une baisse effective dans les différentes stations au Mali. Mais pour autant, les effets de cette baisse tardent à impacter sur la vie des populations qui estiment vivre toujours les mêmes difficultés.

La nouvelle de la baisse du prix des carburants devrait constituer une bouffée d’oxygène pour les propriétaires de véhicules et autres motos qui pullulent au Mali, notamment à Bamako. Mais ces derniers rongent leur frein. A Baco-Djicoroni, quartier situé à la périphérie de Bamako, les stations d’essence poussent comme des champignons. L’occasion de rencontrer un fidèle automobiliste qui déplore l’impact minime de la baisse de l’or noir sur le marché local. Samba Diakhaté, la trentaine, avance : « nous apprenons que depuis trois mois, il y a une baisse sur le prix des carburants, mais jusque-là nous ne sentons pratiquement pas cette baisse ». En revanche, pour ce chauffeur de bus de la compagnie Sotrama du nom de Békaye Traoré, la baisse a eu un léger impact sur leurs recettes. « Avant, pour les 20 litres de gasoil, je déboursais dans les stations Total la somme de 13 740 CFA, mais maintenant, ces 20 litres me reviennent à 12 880 FCFA à la même station », confie-t-il.

Depuis juillet 2014, les prix des hydrocarbures ont officiellement baissé. Le litre de gasoil est passé de 687 CFA à 644 CFA tandis que celui de l’essence coûte désormais 742 CFA au lieu de 784 CFA. Si les consommateurs ne comprennent pas l’effectivité de la nouvelle mesure, à l’Office Nationale des Produits Pétroliers (ONAP), on tente d’expliquer cette situation. « Le niveau de répercussion ne peut pas être automatique dans la mesure ou plusieurs autres aspects entrent en ligne de compte dans la fixation des prix à la pompe, comme la transformation du pétrole brut en hydrocarbure, le transport, la marge des importateurs, les taxes douanières », dira Ibrahima Dansokho, le Directeur général de l’ONAP avant d’indiquer qu’à « chaque fois qu’il y a une hausse, l’Etat renonce en partie ou même en totalité à ses recettes pour soulager ses citoyens ».

Malgré la baisse dans la plupart des stations et points de vente, au Mali, les coûts des hydrocarbures restent élevés, particulièrement dans les stations Shell et Total. Les stations Birgo, Dia Négoce ou encore station BDS proposent les tarifs les plus abordables.