En Bref

Maghreb Moins de 5% d’échanges intrarégionaux

Le Maghreb reste l’une des régions les moins intégrées du monde, indique une étude du Fonds monétaire international (FMI), avec des échanges intrarégionaux représentant moins de 5%.

Le Fonds évoque « des raisons géopolitiques et des politiques économiques restrictives empêchent l’intégration régionale au Maghreb ». 

L’étude invite les pays du Maghreb à une  «plus grande intégration entre les pays du Maghreb (qui) se justifie sur le plan économique, (elle) créerait un marché régional de près de 100 millions de personnes disposant chacune d’un revenu moyen d’environ 4 000 dollars en termes nominaux et d’environ 12 000 dollars en parité de pouvoir d’achat».

La région deviendrait ainsi la «plus attrayante pour l’investissement direct étranger, réduirait les coûts des échanges intrarégionaux et des mouvements de capitaux et de main-d’œuvre, et améliorerait l’efficience de la répartition des ressources».

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe