Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneLe dossier du mois

 Made in Rwanda Une ambition au cœur du modèle de développement Rwandais

L’une des croissances la plus rapide, parmi les plus fortes également, le Rwanda fait figure de modèle sur le continent. Pour le chemin parcouru en deux décennies, sa stabilité et son attractivité, son ambition également. Tourné vers les nouvelles technologies, le pays vise à exporter du Made in Rwanda, et au-delà du Made in Africa, à travers le monde. Des produits agricoles transformés, des produits industriels, du savoir et de la haute technologie également. Focus sur le Made in Rwanda, un concept au cœur du modèle de développement rwandais.

 

Par Dounia Ben Mohamed

 

En octobre dernier, un nouveau smartphone faisait son entrée sur le marché, très concurrentiel, de la téléphonie. Un design « smart », un écran de 5,5 pouces, des options dernières tendances telles que les capteurs d’empreintes digitales… Le MaraPhone, de son nom, se présente comme un smartphone standard. A une exception près : il s’agit du premier smartphone 100% made in Africa. Made in Rwanda plus précisément. « Nous fabriquons les cartes mères, les sous-cartes pendant tout le processus… » soulignait son concepteur, Ashish Thakkar, lors de l’inauguration de son usine, le 7 octobre dernier, laquelle produit, quotidiennement, 1 200 MaraPhones destinés à aller inonder les marchés du continent… du monde également.

 

L’usine MaraPhones à Kigali produit 1200 smartphones par jour-DR

 

Du café, des uniformes, des produits pharmaceutiques, des smartphones et des voitures

 

Ainsi, après les premières voitures Made in Rwanda, sorties de l’usine Volkswagen ; les uniformes et autres produits textiles fabriqués localement ; les produits pharmaceutiques, sans oublier les nombreuses marques de café ; le Rwanda fait son entrée parmi les exportateurs de haute technologie. Et c’est bien là l’ambition du chef de l’État Paul Kagamé. A travers une stratégie inscrite au cœur de son modèle de développement, la promotion du Made in Rwanda. Au départ, une feuille de route destinée à rééquilibrer la balance commerciale, in fine, l’ambition d’intégrer les économies les plus compétitives de ce monde en jouant dans la même cour de récréation, celle du savoir et de la technologie.

 

Inauguration des premières voitures Volkswagen Made in Rwanda par Paul Kagame-DR

 

Une mission portée notamment par le Rwanda Development Bord (Interview Diane Sayinzoga, Head of Special Economic Zone and Export at RDB « La Zone économique spéciale est là pour encourager la productiondu Made in Rwanda »      ) _ un guichet unique où locaux et étrangers peuvent notamment enregistrer leur entreprise en six heures, accéder aux services gouvernementaux et obtenir tous les permis nécessaires_, et traduite, sur le terrain, par la Zone économique spéciale de Kigali. Une zone franche dédiée au « Made in Rwanda ». Grâce à une stratégique politique d’attractivité, plus de 30 multinationales manufacturières ont leurs usines dans la zone économique qui produisent des produits à partir d’aliments transformés, de textiles, de chaussures, de pièces détachées, d’automobiles et de téléphones portables, entre autres.

 

Kigali Innovation City : stimuler l’innovation made in Rwanda

 

Installée dans les hauteurs de la ZES, un nouvel espace est en train de se développer. La Kigali Innovation City (KIC), où la traduction, sur le terrain, de cette ambition rwandaise. Dédiée au « savoir », KIC doit produire le capital humain qui va contribuer aux besoins futurs et par conséquent au développement, non seulement du Rwanda mais également de l’ensemble de l’Afrique. Avec déjà installée et opérationnelle la Carnegie Mellon University, bientôt suivie par l’Université des leaders panafricains, en attendant l’entrée en action des compagnies internationales spécialisées in Tech, en biotechnologie, des incubateurs, et autres, KIC a vocation à stimuler l’innovation made in Rwanda, et au-delà, made in Africa. (Interview Tesi Rusagara, Responsable de Kigali Innovation City “ Créer des connaissances par les Africains pour les Africains et pour le monde “). Avec, par la même occasion, l’objectif de créer 50 000 emplois par an, KIC bénéficie d’un partenariat avec le fonds Africa50 qui doit mobiliser 400 millions de dollars pour le développement de la plateforme qui devra à termes, en plus du pôle d’innovation numérique, se muer en un espace de formation, de travail, de services, de divertissement, etc.

 

Dédiée au Made in Rwanda, la Zone économique spéciale de Kigali-ANA

 

« Il y a eu plus d’un million de Rwandais qui ont été sortis de la pauvreté ces dernières décennies »

 

De quoi confirmer l’avance du Rwanda. Alors que les exportations ont d’ores et déjà quadruplé en dix ans, selon la Banque mondiale, le Rwanda confirme sa figure de modèle en Afrique en matière de modèle de développement : après avoir affiché une croissance moyenne de 8% sur les deux dernières décennies, le pays devrait s’élever, selon les pronostics de l’Institution, à la première place du podium de la croissance africaine, supplantant alors l’ex-champion continental, l’Éthiopie. Seul pays africain à avoir des perspectives de croissance au-delà de 8% en 2020, il devrait enregistrer un taux de croissance stable d’au moins 8% en 2021 et 2022, précise le rapport annuel de la BM. Une croissance, fait suffisamment rare pour le souligner, qui se traduit dans le quotidien des populations.

 

Les exportations du Rwanda ont quadruplé en dix ans-ANA

 

En effet, selon l’Institut national des statistiques du Rwanda (NISR), le taux de la population vivant en-dessous du seuil de la pauvreté est passé de 60 % en 2000 à moins de 38 % en 2018, tandis que le revenu par habitant a été multiplié par 3,5. « Il y a eu plus d’un million de Rwandais qui ont été sortis de la pauvreté ces dernières décennies. Il y a des performances économiques. Il y a eu création d’emplois qui fait qu’il y a un impact significatif sur la population » déclarait il y a peu Olivier Nduhungirehe, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères rwandais. Premières bénéficiaires de ce développement socio-économique, les femmes sont au premier rang de ce modèle rwandais, par ailleurs champion du monde en matière de parité. « Si notre pays est au rang premier en Afrique, et que le monde entier nous observe aujourd’hui, ce n’est pas parce que nous avons le Vatican, la Kabba, la Maison Blanche, l’ Élysée ou le Taj Mahal ici chez nous. Non plus parce que vous avez un certain Paul Kagamé comme chef d’État, mais plutôt parce que vous avez des fils et des filles du Rwanda dans ce pays, déclarait il y a peu le chef de l’État. Des hommes et surtout des jeunes et des femmes Rwandais qui se sont pardonnés entre eux, et qui ont pris le destin de leur pays en main par le sens du travail, des innovations et du patriotisme comme étant la clé de leur progrès et de leur développement. Ce que nous faisons ici au Rwanda n’est pas un miracle, ni impossible ailleurs, il s’agit tout simplement de l’engagement de toute une nation. »

 

« Le Rwanda sera non seulement au rendez-vous des civilisations, mais aussi des sciences et des technologies et de toutes les cultures qui domineront le monde »

 

Une nation désormais réunie autour de cette ambition. « Bientôt, nous aurons les meilleures université du monde chez nous,(NYU, Harvard, London school of Economics, FIT…) Nous aurons aussi les meilleurs hôpitaux au Rwanda. L’intelligence et la compétence de nos enfants seront égales ou supérieures à celle des grandes puissances, et notre pays le Rwanda sera une nouvelle porte d’opportunité, de savoir, de technologie et d’innovation pour tous les enfants Africains et du monde qui désirent appendre chez nous ou encore nous encore nous apporter leur savoir. Le Rwanda sera non seulement au rendez-vous des civilisations, mais aussi des sciences et des technologies et de toutes les cultures qui domineront le monde.»