ArchivesChronique du week-end

Ludovic Kamgue, l’alliance entre la création et la gestion d’entreprise

Ludovic Kamgue, patron de la marque de prêt-à-porter, Stradel’s, a remporté le prix de l’entrepreneur africain spécial Planète PME, en juin dernier, à Paris. Un titre attribué par Africangels un business angels entreprenarial et la CGPME, (Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises), une organisation patronale interprofessionnelle, privée et indépendante dont le rôle est d’assurer la représentation et la défense des PME, au niveau national et international. Portrait de cet homme qui se définit avant tout comme un entrepreneur.

A 47 ans, Ludovic Kamgue, Directeur Général de la marque de prêt-à-porter Stradel’s, a remporté le prix de l’Entrepreneur Africain spécial Planète PME, en juin dernier, à Paris. Ce titre lui a été décerné par Africangels, un business angels qui encourage les PME qui participent au dynamisme économique de la France et au rayonnement de l’Afrique en collaboration avec la CGPME, (Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises), une organisation patronale interprofessionnelle, privée et indépendante dont le rôle est d’assurer la représentation et la défense des PME, au niveau national et international. Il doit ce prix à un savoir-faire hors pair, dans le domaine du prêt-à-porter et du sur-mesure, haut de gamme.

 

Originaire du Cameroun, Ludovic Kamgue est arrivé en France à l’âge de 13 ans où il poursuit ses études et obtient un Bac D, équivalent du Bac S, aujourd’hui.  A l’époque, il souhaitait entreprendre des études en médecine, mais s’est finalement, dirigé vers un tout autre domaine, celui de la confection vestimentaire. «Ma mère qui dirigeait une importante unité dans la confection de vêtements, au Cameroun, m’a suggéré d’entamer une formation en textile. J’ai accepté et au bout de 5 ans, j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur textile », raconte l’entrepreneur. Il crée sa maison de prêt-a-porter, Stradel’s puis ouvre, en 1999 sa première boutique du même nom, dans la rue du Champ de Mars, dans le VII ème arrondissement de Paris. Avec rigueur et malgré la concurrence dans le domaine de la mode, Ludovic Kamgue a su créer un univers de vêtements qui lui est propre. Il assure la conception de tenues masculines très contemporaines aux lignes épurées. «Je réponds à une clientèle très exigeante, constituée de cadres, cadres sup, qui souhaitent des vêtements confortables et chics. Je propose de belles collections sans fioritures avec des finitions et des ajustements parfaits. Toutes mes créations sont conçues en Italie » indique le patron de la maison Stradel’s. Les costumes sont réalisés en Italie et répondent à des exigences de qualité très hautes. S’il n’a pas souhaité dévoiler le chiffre d’affaires émanant de son activité, il assure cependant, que celui-ci progresse notamment grâce à des équipes efficaces.

L’ambition d’étendre son savoir-faire en Afrique

En plus de ces trois boutiques parisiennes, Ludovic Kamgue a ouvert trois autres boutiques au Cameroun et ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin. En effet, il désire ouvrir d’autres enseignes en Afrique de l’Ouest. «Sans vraiment être présent sur-place, les gens sont intéressés par nos produits et nous avons une certaine clientèle. D’ailleurs, nous sommes distribués par des indépendants, comme en Côte d’Ivoire, par exemple, mais nous n’avons pas encore de réel accord, de réelle représentation en Afrique de l’Ouest», précise-t-il. Qu’il s’agisse des produits proposés en France ou au Cameroun, les collections, selon les saisons, suivent les mêmes tendances ici et là-bas. La qualité est un critère recherché par bon nombre de ses clients, lesquels satisfaits non seulement du service, mais aussi des produits, restent fidèles à la marque.

Plusieurs casquettes

Ludovic Kamgue attribue la réussite de sa maison à la compétence de ses équipes dont il juge la force de vente, efficace. Perfectionniste mais prudent, l’entrepreneur préfère avancer progressivement, mais de manière certaine dans un monde où la concurrence est rude. «A ce jour, nous aurions pu développer d’autres boutiques, mais j’ai fait le choix de favoriser les compétences et la structure de mes équipes. D’ailleurs, avoir restructuré mes équipes me permet de pouvoir déléguer certaines tâches, lorsque je ne suis pas là, par exemple », ajoute-t-il. Stradel’s compte aujourd’hui, plusieurs dizaines de salariés en France et en Afrique et Ludovic Kamgue en véritable entrepreneur veille toujours au bon fonctionnement de la maison qu’il a fondé. «J’endosse plusieurs casquettes, non seulement celle de créateur, mais surtout et avant tout, celle d’entrepreneur. Au quotidien, je dois gérer de nombreuses tâches administratives, relatives aux achats, au réapprovisionnement des matières, à la qualité… Du fait que la gestion d’une entreprise est très importante, je me considère davantage comme un entrepreneur», précise-t-il.  Si Ludovic Kamgue a choisi d’être également présent en Afrique, c’est aussi une manière,  comme il explique, de valoriser ses compétences auprès de ses compatriotes et de ne pas oublier qui il est et d’où il vient.


 

Par Darine Habchi

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe