ActualitéArchives

L’industrialisation de l’Afrique, une priorité du G20

L’Afrique s’intéresse de plus en plus aux NTIC, et l’industrialisation du continent s’inscrit dans les priorités du G20., dans la perspective de promouvoir les opportunités liées à l’innovation, à l’économie. Des points que n’a pas manqué de souligner le président sénégalais Macky Sall.

Selon le président de la République du Sénégal, Macky Sall, « au prochain sommet du G20, l’Afrique plaidera pour la mise en place d’un dispositif mondial favorisant le transfert des technologies et des connaissances, qui tienne compte des spécificités du continent, exhorté à investir dans les ressources humaines, par le développement des compétences dans la Science et la Technologie ». Ces propos ont été tenus lors de l’ouverture des travaux de la 35ème session du Comité Exécutif des Chefs d’Etats et de gouvernements du NEPAD, à Kigali samedi 16 juillet 2016. Le président du Sénégal a également notifié que la Chine, qui n’est autre que le président du G20, s’est d’ailleurs engagé à soutenir le plan innovant de développement en direction de l’Afrique. Il n’a pas manqué non plus de spécifier que si l’Afrique voulait relever et réussir ce défi, qu’il est important que le continent donne une nouvelle orientation à son développement, qu’il se doit de répondre aux besoins des populations, de renforcer la coopération ainsi que l’intégration régionale, sans oublier de promouvoir une prospérité inclusive. Ces éléments figurent dans l’Agenda 2063, parmi les ambitions à atteindre par le continent.

Un programme de développement des infrastructures prometteur

« Les programmes du NEPAD, qui répondent aux défis économiques et sociaux, peuvent nous conduire à la réalisation de ces objectifs par la mise en œuvre de projets concrets, à même de créer les conditions pérennes d’une croissance solide », a déclaré le Président Macky Sall.

Il a également rappelé que la mise en œuvre des stratégies continentales est en train de s’accélérer et ce malgré les difficultés qui y sont liées. Toujours selon le dirigeant, la détermination de tous les chefs d’Etat au sujet du Programme de Développement des Infrastructures se poursuit sans relâche sur l’ensemble du continent. Le domaine des TICs n’est pas en reste. Pour exemple, le projet de la fibre optique à bande large vient d’être achevé. Ainsi, les cinq capitales des Etats membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est CAE) semblent être connectées. Il a également notifié que le déficit d’infrastructures en Afrique est en train d’être comblé. Macky Sall attribue aussi la transformation de l’agriculture, à la déclaration de Malabo. Pour lui, ce sont des « chaînes de valeur qui offrent des perspectives d’emplois aux jeunes et aux femmes tout en contribuant à la promotion de l’entrepreneuriat et du commerce agricoles ». Il a également ajouté : « l’Afrique veut aussi satisfaire aux services sociaux de base et aux objectifs de transformation économique et structurelle en vue d’un développement inclusif et axé sur l’être humain ». Le Président sénégalais se dit persuadé que les nouveaux moteurs de croissance favorisent l’industrialisation de l’Afrique et la capacité de production des habitants. « L’Afrique dispose déjà d’un potentiel de production industrielle à travers la jeunesse de sa population, l’importance de ses productions agricoles et animales et l’existence de ressources minières variées », a-t-il ajouté.


 

Par Darine Habchi

Ce message est également disponible en : Anglais Arabe