ActualitéArchives

L’incubateur Express : Un Forum formateur pour entreprendre en Afrique

La troisième édition de L’incubateur Express, à l’initiative de l’association Initiative for Africa (AFT), s’est tenue samedi, au Campus Cluster innovation Paris. En tout, plus d’une vingtaine d’entrepreneurs de la diaspora, qui souhaitent créer leur entreprise en Afrique,  y ont participé et soumis leur projet à des professionnels et experts, qui les ont formé et donner des conseils tout au long de la journée. Tel est en effet l’objectif des organisateurs, qui proposent d’accompagner les futurs chefs d’entreprise intéressés par le continent. ANA y était. Reportage.

L’ambiance est très studieuse à cette troisième édition de l’Incubateur Express, à l’initiative de l’association Initiative for Africa (AFT), au Campus Cluster innovation Paris. Plus d’une vingtaine de jeunes futurs entrepreneurs en Afrique sont tous très enthousiastes de soumettre leur projet à des professionnels et experts, qui les forment et livrent des conseils tout au long de la journée sur la façon dont ils doivent procéder. Accompagner les futurs chefs d’entreprise en Afrique, tel est le but en effet de la rencontre, qui a débuté dès 8h30 précise ! Certains participants sont même arrivés dès 7h30, attendant patiemment l’ouverture du Forum, dans les couloirs de la renommée école, spécialisée sur l’innovation. Le thème de cette édition, « Afrique et nouvelles technologies ».

 

Ici on parle de business plan, des marchés, des réalités économiques du continent, des pièges à éviter, d’opportunités… C’est une véritable master class pour la modique somme de 20 euros, ou de 15 euros pour les étudiants et de 12 euros pour les membres de l’association Initiative for Africa, dirigée par Adebissi Djogan.

 

« Le Forum nous aide à nous poser les bonnes questions sur nos projets »

 

A la fin d’une journée de travail très chargée, tous les participants, réunis dans une des salles de l’école, dont certains ont encore les yeux rivés sur leurs ordinateurs, reconnaissent l’utilité du Forum. C’est le cas de Lionel Aba-Gangoué, un jeune homme, élégant, très grand de taille, qui souhaite monter une entreprise dans le domaine du soutien scolaire. « Cette journée est très utile. Nous sommes bien conseillés. Ca permet aussi de connaître l’étendu du marché en Afrique et de se repositionner », explique-t-il. « C’est très enrichissant car ça nous permet de réfléchir et de nous poser les bonnes questions sur nos projets mais également de rencontrer d’autres entrepreneurs et de partager nos expériences », estime pour sa part l’élégante Pamela Eanga, qui veut lancer une plateforme sur le coaching et développement personnel.

 

Même son de cloche pour Rakietou Mamadou Ouattara, arborant un énorme afro, qui prévoit de monter son entreprise, NigerLabo, pour promouvoir l’architecture locale dans son pays d’origine. « Je veux prouver qu’avec l’architecture locale on peut avoir d’aussi beaux bâtiments qu’ici mais plus adaptés au climat du pays, ce qui n’est pas toujours le cas », explique la jeune femme.

 

Il n’y a pas que de futurs chefs d’entreprises mais également ceux et celles qui sont là pour élargir leur réseau et trouver des contacts. C’est le cas de Chimère Njomou, qui prépare un mémoire sur les start-up africaines. La jeune femme, très coquette, est attentive à toutes les discussions, pour en prendre le meilleur parti.

 

Trois mois de formation pour monter son entreprise en Afrique !

 

Vers 17h00, les choses s’accélèrent. Le fameux pitch de cinq minutes va avoir lieu d’ici quelques minutes. Les responsables du Forum courent de droite à gauche pour dire aux participants de se préparer à rencontrer et convaincre en cinq minutes le jury de professionnels et d’experts sur la viabilité de leur projet. Au total, cinq entrepreneurs seront sélectionnés et bénéficieront de trois mois de formation gratuite. L’objectif, c’est qu’au bout de cette période, ils aient toutes les clés en main pour se lancer.

 

Après le passage des candidats, le jury délibère une trentaine de minutes et annonce les noms des cinq gagnants : Constant Wadj Bogne, Hélène Guhennène, Ismail Sylla, Mohamed Barkire Niandou et Yann Tekam. « Tous ceux qui n’ont pas été sélectionnés, qu’ils se posent les bonnes questions. Ils peuvent aussi nous contacter pour qu’on en discute », lance ce membre du jury. En attendant, les heureux lauréats sont conviés à faire la photo de famille avec tous les responsables d’Initiative for africa.

 

Il est 19h00. Le Forum touche à sa fin mais les participants sont invités à se rendre dans une autre salle pour assister à une table ronde, intitulé le IFA talk, pour sensibiliser la diaspora à l’entrepreneuriat et à l’innovation avec des intervenants de taille tels que Jeremy Hajdenberg, directeur des investissements chez Investissement et partenaires et co-auteur avec Jean-Michel Severino du livre Entreprenante Afrique (édition Jacob). Autres intervenants, Charlotte Libog, fondatrice et coordinatrice d’Afrique grenier du monde, ou encore Romuald Yonga, fondateur d’African Markets. Tous évoquent le potentiel économique de l’innovation en Afrique. Toutefois, ils mettent en garde sur la nécessité de bien comprendre le contexte local et de s’associer avec des partenaires fiables, qui apportent une plus-value à l’entreprise.

 

Le prochain rendez-vous d’Incubateur Express sera dans trois mois. Il sera suivi du IFA TALK, toujours dans l’objectif de former ceux qui ne rêvent que d’une chose : créer leur entreprise en Afrique.


 

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe