ActualitéArchives

Les hommes politiques guinéens ont du talent (!)

La grande Consultation Nationale de la jeunesse qui vient d’être lancée par le gouvernement guinéen (1er au 31 juillet) s’inscrit dans le cadre de la campagne pour la réélection du président Alpha Condé.

Les élections présidentielles approchent à grands pas (octobre 2015), et c’est évidemment à cette aune qu’il faut juger la grande Consultation de la jeunesse initiée par le gouvernement guinéen et intitulée « Nos jeunes ont du talent ». Elle verra, durant trente jours, l’appareil de l’Etat mis en branle au niveau national comme local (9 commissaires, 38 commissaires régionaux et 304 rapporteurs) afin de « redonner la parole aux jeunes Guinéens en recueillant sur le terrain, leurs aspirations, leurs espoirs et leurs attentes ». Une opération fort à propos et qui ratisse large, puisqu’elle s’adresse au 15-35 ans.

Lors de l’annonce de l’opération, le 25 mai dernier, le président Alpha Condé effectuait une série de voyages officiels en Europe, et c’est le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Moustapha Naïté, qui s’était collé à l’exercice du service après-vente de cette « première en Afrique ». Accompagné d’une ribambelle de ministres (Kalifa Gassama Diaby, ministre des Droits de l’Homme, Amirou Conté, ministre de la Culture, Domani Doré, ministre des Sports et Albert Damantang Camara, ministre du Travail et de l’Enseignement professionnel), M. Naïté avait défendu l’initiative en rappelant que « depuis la première République et tous les régimes et gouvernements qui se sont succédés, les politiques nationales, les projets, les programmes imaginés, conçus et mis en œuvre au profit des jeunes Guinéens n’ont jamais tenu compte des besoins réels, des demandes réelles, des propositions, voire des approches de solutions de ces jeunes eux-mêmes ». Un oubli qui devrait donc être rattrapé grâce à l’organisation, un peu partout à travers le pays, de « séances plénières où toutes les catégories professionnelles auront la parole ».

Mais que fera donc le gouvernement de cette compilation de centaines de milliers d’espoirs personnels disparates ? Quelles statistiques, quelles conclusions pourra-t-il en tirer ? Et qu’en fera-t-il ensuite ? A cette question, le prometteur M. Naïté avait répondu par l’établissement de « statistiques par localité » et par la formulation d’un « certain nombre de propositions » à la fin officielle de l’opération, le 7 août prochain. De là à penser qu’Alpha Condé s’en servira comme d’une aide à la constitution d’un programme de campagne, il n’y a qu’un pas.


Par Julien Wagner