ArchivesEn Bref

Le Ghana veut doubler ses revenus d’exportation à l’horizon 2019

Le Ghana ambitionne de doubler ses revenus issus des exportations à l’horizon 2019 avec une projection de l’ordre de 5 milliards de dollars. Toutefois, le Ghana, à l’instar des autres pays de la sous-région ouest-africaine, se trouve confronté au ralentissement du commerce intra-régional. Selon le secrétaire d’Etat au commerce et de l’Industrie, Mohammed Murtala, les échanges commerciaux entre le Ghana et les autres pays de la sous-région représenterait seulement 12% des revenus d’exportation. « Nous avons besoin d’explorer le marché africain. L’exportation représente seulement 12% ; ce qui n’est pas assez bon pour notre économie. Nous disposons d’un important gisement de sel estimé à environ 150 millions de tonnes au Ghana. Donc, le Nigeria qui en est un grand importateur pourrait s’en procurer ici », a souligné M. Murtala. Selon Ghana Export Promotion Authority (GEPA), environ 34% des produits non traditionnels d’exportation du Ghana sont dirigés vers le marché de l’union européenne contre 32% pour celui des Etats de la CEDEAO. En août 2014, le Ghana a engrangé environ 2,2 milliards de dollars des exportations des produits non traditionnels, dépassant les recettes issues de la filière du coton, troisième produit d’exportation du pays. Aujourd’hui, le pays met la barre très haute. Mais pour y parvenir, le secrétaire d’Etat au commerce et à l’industrie pense qu’il faudra booster le commerce intra-régional. Ceci grâce à une nouvelle politique de diversification de marché. Les différents produits non traditionnels d’exportation du Ghana sont les légumes, l’ananas, l’anacarde, les produits de la pêche, les exportations de bois exotiques et les produits d’horticulture.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe