ActualitéArchives

Le Gabon prépare le 6e forum de la coopération Chine-Afrique

Les travaux de l’atelier de consultations organisé le WWF-Gabon, en vue de la participation du Gabon à la 6e conférence ministérielle du Forum de la coopération Chine-Afrique ont débuté mardi à l’institut français du Gabon, à Libreville.

Le WWF a ouvert, le 31 mars 2015 à Libreville, une série de concertations visant à enrichir la préparation du Gabon à la 6e conférence ministérielle du Forum de la coopération Afrique-Chine (FOCAC). Selon Brice Nganda, coordinateur du programme forêt WWF-Gabon, il sera question au cours de ces assises, qui prennent fin le 3 avril prochain, de partager avec l’ensemble des parties prenantes, notamment la société civile, les administrations techniques, les partenaires techniques et financiers, les propositions et recommandations du WWF et solliciter leurs points de vue pour enrichir la préparation du Gabon aux travaux du 6e forum Afrique-Chine.

Fructifier les relations Chine-Afrique

Il sera également question, selon la directrice du WWF-Gabon, Marthe Mapangou, de contribuer à la formulation d’une stratégie africaine pour renforcer et fructifier les relations entre l’Afrique et la Chine, en vue notamment du développement durable du continent. Les travaux de cet atelier visent aussi à identifier les points de coopération qui pourraient faire l’objet de négociations bilatérales entre le Gabon et la Chine dans le cadre du FOCAC et à proposer un mécanisme d’inclusion de la société civile au forum.

Les représentants du WWF-Gabon ont souhaité que les travaux de cet atelier débouchent sur des propositions de champs d’actions prioritaires de coopération bilatérale entre le Gabon et la Chine, afin d’assurer la durabilité environnementale et l’inclusion sociale des investissements chinois au Gabon.

Promouvoir les bonnes pratiques environnementales

« Nous sommes là pour défendre les intérêts des communautés locales dans le cadre des investissements chinois au Gabon. Nous voulons également interpeller nos partenaires chinois sur la nécessité du respect des normes environnementales. Nous interpellons également les responsables de l’administration gabonaise sur le respect des lois du pays en matière de gestion environnementale et la corruption à l’origine du pillage et de l’exploitation illégale de nos ressources forestières et fauniques par nos partenaires chinois », a déclaré Constant Allogho, responsable d’une ONG locale.

Pour Augustin Mihindou Mbina, ingénieur des eaux et forêts, ce genre de rencontres devraient permettre aux administrations locales de proposer des stratégies devant permettre d’améliorer la qualité de la collaboration entre les entreprises chinoises qui exploitent les ressources naturelles du pays et encourager ces dernières à adhérer aux principes d’aménagement durable des forêts et de la conservation de la biodiversité.

Créé en 2000, le FOCAC est une plateforme de dialogue, de concertation et de coopération entre la Chine et 50 Etats du continent. Il vise à promouvoir un partenariat stratégique entre l’Afrique et la Chine. Cette dernière est considérée actuellement comme le principal partenaire commercial de l’Afrique. Le commerce global entre la Chine et le contient est passé à 210 milliards USD en 2013, multipliant ainsi par 21 le niveau estimé des échanges en 2000. Ce commerce repose essentiellement sur l’exploitation des ressources naturelles du continent.


Par Pierre Eric Mbog Batassi

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe