ArchivesLe dossier du mois

La 4G pas totalement viable sur le territoire ivoirien

Le ministre ivoirien de la Poste et des technologies de l’information et de la communication (PTIC), Bruno Nabagné Koné, a annoncé le 20 mai dernier, au cours de la deuxième journée de l’entreprise numérique, que les coûts des communications vont baisser. Son assurance, l’avènement du réseau de quatrième génération ou 4G.

« Notre prochaine priorité est la baisse des coûts des communications », a-t-il indiqué.

« Les tarifs de l’internet vont baisser avec la réduction des opérateurs à 4 auxquels l’Etat peut imposer des choses. L’Etat ivoirien est résolument engagé dans la mise en œuvre d’une économie numérique forte », a-t-il précisé. Pour l’heure, selon les spécialistes, la Côte d’Ivoire évolue sous le couvert de la 3 G.

Une licence à fort coût

L’Etat ivoirien a décidé de céder la licence 4G à tout opérateur à même de décaisser 100 milliards de FCFA (200 millions de dollars US) ! Pour l’heure, les opérateurs traditionnels qui se partagent le marché ivoirien ont tous fait des échéanciers, selon les sources du secteur contactées par ANA.

« Warid Télécom (Maroc) avait sollicité la licence avant de se désister. L’ex-Comium était en bonne position avec son matériel mais ça, ce n’est plus d’actualité avec l’arrêt des activités de cet opérateur », fait savoir un ancien de la maison, Landry Alaou. Il précise que pour cette technologie, « toute entreprise doit avoir 200 milliards de FCFA (400 millions de dollars US) », car relève-t-il, « la concurrence est rude ». « En Côte d’Ivoire, le secteur de la téléphonie représente 15% du PIB et emploie 150 000 personnes pour 22 104 575 millions d’abonnés », fait savoir Dr Séraphin Yao Prao, enseignant en Economie dans les Universités Alassane Ouattara (Bouaké, 379 Km d’Abidjan, au Centre-Nord) et Félix Houphouët-Boigny (Cocody-Abidjan). Il poursuit indiquant que « selon l’ARTCI (Agence de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire), en 2014, le nombre d’abonnés en Côte d’Ivoire disposant de téléphone mobile est 22 104 575, 290 000 pour le téléphone fixe, 443 364 d’une connexion internet et 6 090 532 pour le mobile money. Dans notre pays, le taux de pénétration Internet qui était de 0,23% en 2000 est passé à 2,60% en 2010 ».

Selon l’universitaire, « en 2012, le tarif mensuel pour un abonnement à l’Internet d’un débit de 256 Kbps est de 20 000 FCFA (30,53 euros) alors que le salaire moyen mensuel d’un Ivoirien est de 36 000 FCFA (55 euros), selon les données officielles. Ce tarif élevé est donc prohibitif au regard des faibles revenus des populations.

En tout état de cause, les données disponibles indiquent que pour l’instant, l’espace géographique de la distribution de l’Internet en Côte d’Ivoire reste principalement limité au territoire de la capitale économique (Abidjan) et à celui de quelques grandes villes de province. L’Internet est donc encore un phénomène essentiellement urbain en Côte d’Ivoire. »

Pour donc démocratiser la téléphonie et ses bienfaits, l’Etat a opté pour un relèvement de la technologie avec l’introduction de la 4G. Landry Alaou fait savoir que « la 4G est viable ; Orange et MTN ont déployé la 4G qui permet de voir une vidéo et suivre la télévision en ligne sans interruption », mais précise rapidement que « ça ne fonctionne pas en pleine puissance pour l’instant. Il y a du matériel pour optimiser la réception ».

Tout propos que confirme Doumbia Kossila, spécialiste des réseaux télécoms qui estime qu’ « aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, le régulateur n’a pas pris soin de faire une étude de marché. La 3G n’a pas fonctionné de façon concrète. En Afrique, nous sommes des consommateurs, on ne crée pas suffisamment de contenus locaux. Heureusement, quelques start-up comme Taxi-jet et Africab s’implantent ».

Il explique la tiédeur du fonctionnement de la 4G, au-delà de la grande publicité, par le fait que les « operateurs sont en phase de déploiement. La 4G ne couvre pas 20% du territoire national, il y a des antennes à installer, à redimensionner et l’Etat doit favoriser l’entrée des équipements qui favorisent la réception de la 4G, car l’ensemble des terminaux sont en 3G », révèle-t-il.

Il y a encore du chemin à parcourir avec les millions de kilomètre de câble comme le fait, actuellement sur le territoire ivoirien, l’Agence nationale du service universel des télécommunications, publique).

 

Un marché en pleine expansion

 

A fin 2015, sept opérateurs téléphoniques se partageaient le territoire ivoirien et sa population de 22 671 331 personnes. Le secteur de la téléphonie mobile, avec son produit phare, le « e-transfert », est en pleine évolution depuis son avènement dans le pays, en 1994. Le premier opérateur à arriver sur le marché a été Comstar de Cora du sénégalais Yérim Sow. Deux ans plus tard, en 1996, Ivoiris fait son entrée suivie dans la foulée de Loteny Télécom qui deviendra plus tard Orange Côte d’Ivoire (ivoiro-français) et MTN (Afrique du Sud). Jusqu’au retrait des licences de Koz (Comium), Green’N, Café mobile et Warid Télécom, il y avait sept operateurs. En plus de ces quatre forfaits, il y a Orange, MTN et Moov.

Selon Landry Alaou, « Orange a plus de 10 millions d’abonnés, MTN, plus de 8 millions d’abonnés et Moov se retrouve avec un peu plus de 5 millions d’abonnés. Au moment du retrait de la licence de Koz, nous en étions à 720.000 abonnés », indique-t-il.

Selon le ministre Bruno Koné, le « e-transfert », c’est 15 millions de FCFA de transfert quotidien. Des performances que l’avènement de la 4G devrait améliorer.

 

Dr Séraphin Yao Prao recommande de « tout faire pour augmenter le taux de pénétration d’internet. Dans notre pays, le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile est passé de 16 millions en 2010 à 21 millions aujourd’hui, soit plus de 90% de notre population. Le secteur des TIC a réalisé, en 2014, un chiffre d’affaires consolidé de près de 1.000 milliards de FCFA, ce qui représente 7 à 8% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays et il emploie environ 200.000 personnes. Mais le taux d’utilisation de l’internet reste faible dans notre pays. Aujourd’hui, c’est moins de 200.000 personnes qui sont concernées. Il est donc illusoire de dire que tous les Ivoiriens auront une connexion internet. Avant de promettre une connexion à tous les Ivoiriens, il faut d’abord investir massivement dans les infrastructures pour améliorer la connectivité à internet. L’Etat est d’ailleurs le premier bénéficiaire car selon diverses études réalisées par l’Union Internationale des Télécommunications et la Banque Mondiale, pour un pays comme la Côte d’Ivoire, une progression de 10% du nombre de personnes ayant accès à l’internet haut débit pourrait générer un accroissement du Produit Intérieur Brut (PIB) de 1 à 1,4 point par an », analyse-t-il.

 

L’enseignant-chercheur estime que l’amélioration du taux d’alphabétisation devrait être un facteur qui facilite la pénétration de l’internet dans le quotidien des Ivoiriens.

« Il faudra améliorer le taux d’alphabétisation. En effet, le taux d’alphabétisation est peu élevé. En Côte d’Ivoire, le taux d’alphabétisation est estimé à 51% dont les 2/3 sont des femmes, selon une étude faite par l’institut des statistiques de l’Unesco en 2002. En effet, le nombre d’analphabètes en Côte d’Ivoire était estimé à près de 5,4 millions de personnes dont l’âge est compris entre 15 et 45 ans. Depuis 2002, le taux d’alphabétisation a très peu évolué, car selon les statistiques du PNUD, en 2011, il se situe à 55,5. Si donc tous les Ivoiriens ne savent pas lire et écrire, alors, il sera difficile de promettre un ordinateur et une connexion à tous ».

Il croît qu’ « en Côte d’Ivoire, les TIC peuvent aider l’économie à migrer vers l’émergence » car « le numérique n’est pas un simple phénomène technique, mais elle transforme la société et la démocratie. L’action publique doit s’attacher à développer et à protéger les biens communs de la société numérique (internet, logiciels libres, données publiques ouvertes) », soutient-il.


 

Par Issiaka N’Guessan