A la uneL'editorial

Kwibuka 28 : Paul Kagame  » Chaque année qui passe nous rend plus forts et meilleurs »

Le Président Paul Kagame et la Première Dame Jeannette Kagame ont présidé la 28ème commémoration du génocide de 1994 contre les Tutsi au Mémorial du Génocide de Kigali, où ils ont déposé une gerbe sur les restes de plus de 250.000 victimes qui y reposent et ont allumé la flamme du souvenir, avant que le Chef de l’Etat ne prononce le discours principal. Vous trouverez ci-dessous l’intégralité de son discours.

Tout d’abord, un jour comme celui-ci – l’heure, le jour, la semaine, l’année – nous en sommes à la 28e année, se souvenir. C’est un moment où les gens sont sans voix. Pas privés de liberté de parole, comme certains voudraient nous désigner, comme un pays qui n’a pas de liberté de parole. C’est n’importe quoi. Cela n’a tout simplement aucun sens.

Mais la raison est également claire. Imaginez les témoignages que nous venons d’entendre. Des gens traqués, jour et nuit, pour ce qu’ils étaient, pour ce que certains d’entre eux sont encore aujourd’hui.

Imaginez aussi que ceux d’entre nous qui portaient des armes, si nous nous étions permis de poursuivre ceux qui tuaient notre peuple sans discernement et les avaient également tués. Tout d’abord, nous aurions eu raison de le faire. Mais nous ne l’avons pas fait ; nous les avons épargnés.

Certains d’entre eux vivent encore aujourd’hui – dans leurs maisons, dans leurs villages, d’autres sont au gouvernement, ils font des affaires – certains de ceux qui étaient responsables, ou qui en ont bénéficié. Nous n’avons pas fait cela. Et pourtant, les gens ont le courage de dire ce qu’ils disent de nous, ou de faire contre nous, et ils le font encore aujourd’hui.

« Nous sommes un petit pays, mais nous sommes grands en matière de justice »

Laissez-moi vous dire : Nous sommes un petit pays, mais nous sommes grands en matière de justice. Et certains de ces pays sont grands et puissants, mais ils sont très peu enclins à la justice. Ils n’ont aucune leçon à donner à quiconque, car ils font partie de cette histoire qui a vu périr plus d’un million de nos concitoyens. Ils en sont la cause. Les Rwandais ont simplement exécuté, tué leurs compatriotes rwandais. Mais l’histoire de cela a pris naissance là où nous le savons tous, elle a pris naissance à partir de cela.

Les raisons mêmes de ce que nous avons souffert, de ce que nous avons enduré ici, viennent de là, et c’est la raison pour laquelle ils ne peuvent pas nous donner la paix. Ils veulent dissimuler leur responsabilité. Ils veulent dissimuler leur silence alors que des millions de personnes ici au Rwanda avaient besoin qu’ils parlent, qu’ils s’expriment, qu’ils leur viennent en aide.

Au final, l’histoire devient celle de, vous savez : Ces Rwandais, ces Africains, ne font que s’entretuer, ils se tuent eux-mêmes. Il n’y a personne qui a raison, personne qui a tort. Nous sommes tous pareils, selon eux.

Nous ne sommes pas pareils.

C’est pourquoi nous n’avons pas tué un autre million de personnes en plus de celles que nous avons perdues aux mains de ces criminels. Certains d’entre eux sont même protégés, aujourd’hui encore, par les pays qui parlent de justice, qui donnent des leçons de justice.

Oublions la justice, parlons d’autres choses.

Ils parlent de démocratie, ils parlent de toutes sortes de choses. Pour autant que je sache, il y a trois systèmes qui gouvernent le monde. L’un est ce qu’on appelle la démocratie. L’autre est ce qu’on appelle l’autocratie. Le troisième, entre les deux – qui est silencieux, qui est puissant – est l’hypocrisie. Trois systèmes : La démocratie ; l’autocratie entre les deux ; et le plus puissant – très silencieux, efficace – qui est l’hypocrisie.

« Je dis toutes ces choses pour le bénéfice de nos jeunes. Ceux qui sont nés à cette époque ont aujourd’hui 28 ans. Cette jeunesse a dû leur apprendre les leçons de notre histoire. L’histoire de cette terre. Le pays où l’on trouve des hommes et des femmes très courageux – des héros, si vous voulez »

Pour nous, nous avons appris nos leçons. Nous porterons les noms que l’on voudra bien nous donner. Je n’ai aucun problème avec cela.

Mais la leçon que nous avons apprise et la leçon que nous savions de toute façon dès le début, certains d’entre nous, c’est que la distance à parcourir à partir d’ici n’a pas d’importance. À des milliers, des dizaines de milliers de kilomètres, vous ne trouverez pas de personnes plus importantes ou ayant des vies plus importantes que nous. Il n’y a pas de personnes plus importantes que nous, qui ont des vies plus importantes que les nôtres. Beaucoup de nos vies ont été détruites, ont été gâchées, comme nous le dit le témoignage de ce jeune homme là.

Je dis toutes ces choses pour le bénéfice de nos jeunes. Ceux qui sont nés à cette époque ont aujourd’hui 28 ans. Cette jeunesse a dû leur apprendre les leçons de notre histoire. L’histoire de cette terre. Le pays où l’on trouve des hommes et des femmes très courageux – des héros, si vous voulez.

Mais j’ai un problème avec le mot héros, et sa définition, car il n’y a pas de héros dans une situation comme celle-ci. Lorsque vous parlez de héros, vous parlez d’une situation qui était si mauvaise qu’il fallait que les héros fassent ce qu’ils ont fait – les bonnes choses, les bonnes choses, pour se sauver et pour sauver les autres de ce qui allait mal.

Mais alors, je me demande si la meilleure chose à faire n’est pas d’avoir des héros. C’est de ne pas avoir une situation qui produit des héros. Comme dans notre situation, comment devient-on un héros, alors que vous savez que vous avez perdu plus d’un million de personnes ? Plus de personnes ont été tuées que ce qui aurait pu être sauvé, et cela devait être sauvé. Donc si cela signifie être un héros, je souhaite que nous ne l’ayons pas. Je souhaite que nous n’ayons pas cette situation qui doit produire des héros. Nous serions mieux lotis.

Une autre chose qui me pose problème avec ce mot est que vous pouvez aussi fabriquer des héros. Vous pouvez décider de baptiser quelqu’un héros, surtout quand vous êtes puissant. Vous pouvez le créer, et si quelqu’un soulève un argument, il est censé s’asseoir, se taire.

C’est ce que je voulais dire quand je disais que les puissants sont puissants. Ils sont grands, mais petits en matière de justice. Ils parlent même de libertés, et pourtant, comme nous le savons, ils créent de fausses histoires sur les gens, sur le Rwanda, sur le génocide. Et quand vous discutez des faits, quand vous voulez présenter des faits – en fait, ils savent aussi qu’il y a ce pouvoir de dire à tout le monde de ne pas vous donner l’espace pour exprimer votre opinion, pour répondre, pour argumenter. Et pourtant, ce sont les mêmes personnes qui vont commencer à accuser les autres de manquer de liberté d’expression.

 » Vous avez le Rwanda dans notre constitution, dans notre ensemble de lois, qui a aboli la peine de mort, la peine de mort »

Mais ce dont je parle n’est pas une vieille histoire qui remonte à la dernière fois. Non, cela se produit même aujourd’hui. Ils trouveront un journal renommé, dans un lieu puissant, qui falsifie des histoires sur nous, sur les Rwandais, sur le génocide, sur notre histoire. Et lorsque quelqu’un veut dire, écoutez, ce n’est pas correct, voici ce qu’il en est, ce sont les faits, vous verrez que c’est comme s’ils s’étaient mis d’accord entre eux – tous les canaux par lesquels vous auriez pu communiquer ou placer une réponse – pour ne pas vous écouter, parce qu’ils veulent avoir la seule chose qui joue dans les oreilles de tout le monde.

Mais ne vous méprenez pas. Dans ce pays, notre pays, aussi petit qu’il soit, il n’y a pas de petites gens. Comme nous l’avons fait dans le passé, guidés par la vérité, par ce qui est juste, et nous n’avons pas utilisé les moyens que nous avions, la possibilité que nous avions, pour tuer ceux qui ont tué notre peuple.

Vous pouvez imaginer, les gens doutent même de notre système judiciaire. Ensuite, vous avez le Rwanda dans notre constitution, dans notre ensemble de lois, qui a aboli la peine de mort, la peine de mort. Certains de ces pays puissants pendent encore des gens ou les électrocutent. Ils le font.

En fait, le fait que nous ayons même envisagé d’abolir la peine de mort à un moment où nous avions tant de personnes à pendre à juste titre, et que ces personnes ne comprennent pas cela ? Ils ne comprennent pas que nous sommes un pays de justice, un pays de lois. Nous croyons en l’État de droit. Parce que si ce n’était pas le cas, pourquoi faisons-nous toutes ces choses ? Il n’y a pas de pression – ne laissez personne vous mentir. Nous l’avons fait nous-mêmes. Ce n’est pas parce que quelqu’un nous a influencés ou a fait pression sur nous. Car qui pourrait nous mettre la pression, alors que ce sont eux qui font la même chose, de toute façon.

Et puis nous avons même des gens que nous avons pardonnés et qui sont associés à cela, à la façon dont cela s’est passé, dont nous avons entendu parler dans le témoignage. Des gens qui ont fait partie de cela, qui continuent à en faire partie, même maintenant, et qui oublient que nous leur avons pardonné. Ils sont donc pardonnés, ils ont été jugés par des tribunaux, reconnus coupables, et au milieu de leur peine, nous leur pardonnons.

« Nous avons le devoir de nous assurer qu’ils comprennent cela, et qu’ils sont là pour cette terre, pour les gens de cette terre »

Ce sont les personnes qui sont censées apporter la démocratie au Rwanda ? C’est une blague. Et vous le faites au mauvais endroit, dans un endroit qui comprend beaucoup de choses sur nous, nos limites, mais notre pouvoir de défendre et de protéger cette terre et les gens de cette terre.

Ces gens qui disent n’importe quoi tous les jours, ils devraient prendre un moment et se souvenir. La situation comme celle dont nous parlons aujourd’hui, qui en fait se rappelle aussi qu’elle a produit des gens différents dans ce pays. Nos enfants, nos petits-enfants. Nous avons le devoir de nous assurer qu’ils comprennent cela, et qu’ils sont là pour cette terre, pour les gens de cette terre.

Mais nous savons aussi beaucoup de choses, y compris nos limites. Nous n’avons pas le pouvoir de l’arrêter ou de l’empêcher. Mais nous avons le pouvoir d’y faire face. Cela arrive tous les jours. Mais cela nous donne, à certains d’entre nous, une bonne occasion de rappeler tout cela aux gens.

Je ne peux terminer sans remercier les dirigeants de notre pays, les citoyens de notre pays, les jeunes qui trouvent encore en eux la force d’être des êtres humains normaux, compte tenu de ce qui leur est arrivé. Je suis vraiment surpris que nous ayons tant de personnes qui trouvent encore en elles l’énergie de vivre comme il se doit, comme des êtres humains normaux.

« Et pour être ce que nous voulons être, c’est à nous de décider, et non à quelqu’un qui décide pour nous ce que nous devons être et comment »

Mais la chose la plus importante est que ces leçons très dures et mauvaises ne doivent jamais être gaspillées. Au cours des 28 dernières années, chaque année qui passe nous rend plus forts et meilleurs. Et pour être ce que nous voulons être, c’est à nous de décider, et non à quelqu’un qui décide pour nous ce que nous devons être et comment.

Pour ceux qui continuent à diffuser leurs fausses histoires – imaginez que les gens ne pourraient même pas – je pense, pour être juste, que la majorité des gens dans ce monde reconnaissent ce qui s’est passé ici et lui donnent le nom qu’il faut. Mais il y en a d’autres qui disent non, mais vous voyez, non, ce ne sont pas seulement les Tutsis qui sont morts. Il y a aussi d’autres personnes. Je veux dire, tout d’abord, vous ne faites que dire l’évidence. Dans cette situation, ce que vous dites est évident. Mais je pense qu’ici, nous parlons de quelque chose d’autre.

Tout le monde le sait, ceux qui veulent le savoir, il y a des gens qui étaient appelés cafards ici. Le nom de cafard était réservé à un groupe spécifique de personnes. Et quand ils tuaient, ils tuaient des cafards. C’est ce qu’ils disaient. Ils le disaient publiquement. Dire que c’était un génocide visant les Tutsis, comment cela peut-il être faux ? Comment cela peut-il être remis en question ? Comment peut-on en débattre ? A moins que vous n’ayez quelque chose d’autre, un autre problème.

« Les leçons apprises pour les jeunes, pour notre pays, dans ce pays, c’est de dire : Faisons simplement pour nous-mêmes ce que nous devons faire, pour être ce que nous voulons être, et le reste, c’est une lutte, c’est un combat, nous nous battrons »

Et c’est maintenant ce qui permet à tous ces autres génocidaires de commencer à parler de la défense de la démocratie – leur nouvelle race de personnes qui sont démocratiques, qui veulent apporter la démocratie au Rwanda – un Rwanda qui manque de démocratie, qui manque de liberté d’expression, qui manque de tout ce qui est normal et humain.

Mais que faites-vous si quelqu’un vous insulte ? Vous l’acceptez. C’est mieux de ne pas insulter en retour. Vous l’absorbez simplement et faites ce que vous voulez pour vous-même. Donc, les leçons apprises pour les jeunes, pour notre pays, dans ce pays, c’est de dire : Faisons simplement pour nous-mêmes ce que nous devons faire, pour être ce que nous voulons être, et le reste, c’est une lutte, c’est un combat, nous nous battrons.

Merci beaucoup.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe