ArchivesParcours

Koffi Gbondjidè Gervais Djondo, un homme de «vision et d’action»

Panafricain dans l’âme, Gervais Koffi Gbondjidè Djondo a tout gagné : un success story africain d’un entrepreneur adepte de l’afro-optimisme. Cet octogénaire togolais aux cheveux blancs est un grand bâtisseur d’idées nobles qui ont bouleversé les conceptions de ceux qui ne croyaient pas au panafricanisme. Djondo, cet homme de « vision et d’action », a un parcours professionnel bien rempli et un curriculum vitae bien fourni. Un parcours qui lui a valu beaucoup distinctions à l’échelle mondiale. Gervais Djondo, par ses idées et ses initiatives, lance un défi aux jeunes Africains qui doivent suivre ses traces pour écrire leur propre histoire, celle de la jeunesse africaine qui ose, aime-t-il dire.

Discret, courtois mais rigoureux, Gervais Koffi Gbondjidè Djondo a toujours prouvé sa passion pour l’intégration économique africaine. Elevé par un père particulièrement sévère car influencé par la présence du colonisateur allemand, de 1884 à 1914, Gervais Djondo a un parcours professionnel atypique qui mérite considération. Il n’a jamais posé ses valises dans les sphères des institutions financières internationales avant d’écrire son success story.
Un parcours qui suscite admiration et respect
Ancien boursier togolais, formé à l’Institut des Hautes Etudes d’Outre-mer et de l’Institut des Sciences Sociales du Travail d’Economique de Paris et comptable de formation, il a connu un parcours exceptionnel. Du poste de manager de la Circonscription administrative (Préfet) de Lomé, il est devenu Directeur général de Compensation, des Prestations familiales et des Accidents du travail du Togo, actuelle Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), en 1964.
En 1974, Gervais Djondo quitte la Caisse de Sécurité Sociale pour se lancer dans le privé en devenant délégué pour le Togo de la Société Commerciale de l’Ouest Africain (SCOA), en 1975, avant d’être nommé à la tête de la Chambre du Commerce, d’Agriculture et d’Industrie du Togo, en 1978.
Il sera à l’initiative de la création de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de l’Afrique de l’Ouest, qu’il présidera de 1978 à 1984. « C’est durant cette période que l’idée de la mise en place d’une banque panafricaine est née avec la création de Eco-Promotion, qui va plus tard créer le groupe Ecobank, dont je suis membre fondateur avec comme partenaire le groupe bancaire américain City-Bank », confie-t-il d’un air rassurant. Ensuite, il sera nommé ministre de l’Industrie et des Entreprises publiques, de 1984 à 1991.
A la base de projets remarquables
Gervais Djondo est le créateur des fleurons du panafricanisme économique que sont Ecobank et Asky Airlines. En 1985, il œuvre avec deux entrepreneurs nigérians, Henry Fajemirokun, Adeyemi Lawson, à la création du réseau bancaire africain, Ecobank dont le siège est basé à Lomé. Président du Conseil d’Administration dudit réseau bancaire de 1996 à 2003, Gervais Djondo en devenait, une année plus tard, le Président d’honneur. Le groupe est actuellement installé dans 35 pays et dispose également d’une opération sous licence à Paris et des bureaux de représentation à Beijing, Dubaï, Johannesburg, Londres, Etats-Unis et Luanda.
Le Groupe Ecobank est primé « Meilleure banque africaine » et « Meilleure banque d’investissement » via sa filiale Ecobank Capital par le magazine britannique «Emeafinance».
Comme pour dire que les mains de Djondo touchen portent chance. En acteur avisé de l’intégration africaine, il a constaté très tôt le vide laissé par la défunte compagnie aérienne panafricaine, Air Afrique après sa liquidation.
Avec l’appui de quelques investisseurs privés africains, mais également du milieu bancaire notamment Ecobank, la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC) et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), en plus d’un partenariat avec Ethiopian Airlines, il a lancé la compagnie African Sky (Asky) dont les activités ont démarré en janvier 2010. La réussite n’a pas tardé à être au rendez-vous, quelques années plus tard. Aujourd’hui, la compagnie a déjà transporté plus de 2 millions de passagers après cinq années d’exercice. En mars 2014, la compagnie aérienne a été élue, à Genève, « Meilleure entreprise africaine de l’année », lors des Africa CEO Forum awards.
La reconnaissance internationale du manager
Gervais Djondo est un manager africain qui fait bouger son continent et ne cesse de recevoir des distinctions honorifiques pour toutes ses œuvres. Il a été nominé au « Lifetime Achievment Award », en 2013, à New York, au cours d’une Assemblé générale de l’ONU. Son parcours lui a aussi permis de remporter le Prix de la bonne performance individuelle du Magazine « Aviation & Allied Business » à Gaborone au Botswana, pour la contribution au secteur du transport aérien en Afrique et le Prix d’excellence de l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) à Marrakech (Maroc). En manager africain avisé, Gervais Koffi Gbondjidè Djondo passe pour un exemple à suivre, celui de la détermination et du courage pour une Afrique meilleure.
« J’aime notre continent et je souhaite qu’il se réveille. Je désire que l’Afrique entre dans un réel concert du développement. Il appartient à nous, Africains, de faire avancer les choses. Je pense en premier lieu à l’intégration africaine. C’est pour cela qu’Ecobank est une banque panafricaine et qu’Asky est une compagnie aérienne panafricaine. Tant que l’Afrique ne comprendra pas l’importance de son union, pour changer avec le reste du monde, elle ne fera que reproduire le schéma colonial des Etats dont les économies sont peu développées et qui se contentent de faibles échanges commerciaux entre eux a», a déclaré Gervais Djondo.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe