En Bref

Kenya Les importations ont battu les exportations pour la première fois

Le Kenya a acheté pour la première fois plus que ce qu’elle a vendu à des pays africains au cours du semestre, indiquant que la compétitivité de ses produits sur le continent ne cessait de se dégrader. Le déficit commercial en Afrique – l’écart entre les importations et les exportations – s’élevait à 156 millions de shillings, soit le premier déficit enregistré depuis Nairobi depuis que la Banque centrale du Kenya (CBK) a commencé à tenir publiquement des registres du commerce en 1999. Les données de la Kenya Revenue Authority (KRA) montrent que les exportations totales en six mois jusqu’en juin ont chuté de 1,96% à 10,55 milliards de shillings par rapport à l’année précédente, soit plus de 0,99% pour les importations à 10,71 milliards de shillings. Selon les économistes, une croissance des importations supérieure à celle des exportations prive le Kenya d’une occasion de créer plus d’emplois, car les entreprises locales perdent le marché au détriment des usines et des commerçants étrangers. Le Kenya a du mal à accroître durablement ses exportations vers les pays africains depuis le début de la décennie, selon une analyse approfondie des statistiques commerciales officielles, un signe que les usines de Nairobi perdent leur part de marché en partie à cause du remplacement des importations et de la compétitivité industrielle en déclin.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe