Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneL'editorial

Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante « Pour reconstruire autrement et mieux, nous aurons besoin de la force d’inspiration de la culture »

Chaque année, le 24 janvier, la Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante célèbre les nombreuses cultures vivantes du continent africain et des diasporas africaines dans le monde entier, et les promeut comme un levier efficace au service du développement durable, du dialogue et de la paix. En tant que source riche du patrimoine mondial commun, la promotion de la culture africaine et afro-descendante est indispensable pour le développement du continent et pour l’humanité en général.

L’UNESCO a proclamé, à l’occasion de sa 40e session de la Conférence générale en 2019, le 24 janvier Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante. Cette date coïncide avec l’adoption de la Charte de la renaissance culturelle africaine, adoptée par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine en 2006. La célébration de cette journée se propose aussi de promouvoir la plus vaste ratification et mise en œuvre de cette Charte par les États africains, renforçant ainsi le rôle de la culture dans la promotion de la paix sur le continent.

Par Audrey Azouley, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de la culture africaine et afro-descendante

 

 

Avec cette nouvelle édition de la Journée mondiale pour la culture africaine et afro-descendante, l’UNESCO veut mettre à l’honneur et en lumière ces cultures, dans leur diversité, comme dans leur actualité.Des tambours du candombe à la ville de pierre de Zanzibar, pour ne parler que des biens classés au patrimoine matériel et immatériel, les cultures d’Afrique et de la diaspora ont tissé à travers les siècles et les continents des manières uniques de penser et de sentir, d’éprouver et de dire.
Sans cesse revisité, réinventé, réinterprété, ce patrimoine nourrit une créativité culturelle particulièrement vivante et que symbolisent par exemple l’industrie musicale haïtienne en pleine croissance, ou le florissant cinéma nigérian.Partout dans le monde, des concerts, des représentations, des projections permettent ainsi de découvrir et d’explorer ces cultures aux richesses infinies, à la fois surprenantes et inspirantes ; mais aussi de rendre hommage au travail de tous les artistes et créateurs, qui portent et renouvellent ces cultures.

Alors qu’ils connaissent d’immenses difficultés liées à la pandémie et à la crise profonde du secteur culturel qu’elle entraîne, il est plus que jamais indispensable de faire entendre leurs voix.C’est non seulement un enjeu économique, car des pistes très prometteuses de développement dépendent de ces artistes ; mais c’est aussi un enjeu anthropologique, car il serait dramatique que la crise sociale et économique les réduise au silence.

« En ce début d’année 2021, que les chefs d’État africains ont déclarée année pour les arts, la culture et le patrimoine, cette Journée mondiale est donc l’occasion de promouvoir ces cultures africaines et afro-descendantes, afin de leur permettre de jouer tout leur rôle pour le développement et pour la paix »
Ce serait amputer un pan entier de la culture humaine et nous priver des moyens de surmonter la crise. Car pour reconstruire autrement et mieux, nous aurons besoin de la force d’inspiration de la culture. C’est tout l’enjeu du mouvement mondial de débats Résiliart lancés par l’UNESCO, qui ont connu un grand succès en Afrique, aux Caraïbes et en Amérique centrale et du Sud, où les cultures afro-descendantes sont particulièrement importantes.
La promotion des cultures africaines et afro-descendantes est d’autant plus essentielle que la crise mondiale a exacerbé toutes les tensions de nos sociétés. Or ces cultures offrent de la fierté, des réponses, et de quoi guérir les blessures les plus intimes. C’est l’objet de l’action du Bureau de San José, qui travaille au plus près des écoles et des musées pour montrer toute l’importance des cultures afro-descendantes dans l’histoire et l’identité de la région. C’est aussi l’enjeu de nos programmes de la Route de l’Esclave, qui donnent à comprendre les causes et les conséquences de l’esclavage et éclaire les mécanismes du racisme et de la stigmatisation.
En ce début d’année 2021, que les chefs d’État africains ont déclarée année pour les arts, la culture et le patrimoine, cette Journée mondiale est donc l’occasion de promouvoir ces cultures africaines et afro-descendantes, afin de leur permettre de jouer tout leur rôle pour le développement et pour la paix.

Ce message est également disponible en : Anglais